leral.net | S'informer en temps réel

Lutte contre la piraterie et la contrefaçon : Interpol déclenche la grande offensive contre les réseaux criminels

Les produits contrefaits ont gangrené tous les secteurs de la vie occasionnant du coup des pertes énormes aux économies des différents pays sans compter les conséquences dévastatrices dans la santé des populations. L’Organisation internationale des polices criminelles (Interpol) veut être à l’avant-garde du combat contre les atteintes à la propreté intellectuelle.


Rédigé par leral.net le Vendredi 21 Mai 2010 à 12:33 | | 0 commentaire(s)|

Lutte contre la piraterie et la contrefaçon : Interpol déclenche la grande offensive contre les réseaux criminels
Un atelier opérationnel de formation réunissant des officiers et enquêteurs, venus de 28 pays de l’Afrique du Nord et de l’Ouest, s’est ouvert depuis hier à Dakar. L’atelier, prévu pour durer cinq jours, est co-organisé par la police sénégalaise et l’Organisation internationale des polices criminelles (Interpol). Il porte sur la lutte contre les atteintes à la propriété intellectuelle communément appelé la piraterie et la contrefaçon. La douane, la gendarmerie et le secteur privé prennent part également à cet atelier de renforcement des capacités des enquêteurs de terrain.
L’idée est d’outiller ces différents acteurs à mieux faire face à ce fléau des temps modernes qui menace à la fois et en même temps les économies et la santé des populations. Car, selon le ministre sénégalais de l’Intérieur, Bécaye Diop, la contrefaçon et la piraterie concernent 10 % du commerce mondial. Et s’agissant de notre pays, les médicaments et les produits alimentaires sont les plus concernés par la contrefaçon, rapporte le directeur de la police judiciaire, le commissaire Mamadou Thiandoum. Ailleurs, comme en Amérique Latine, 70 % des jouets sont contrefaits avec des matières interdites en Europe à cause des risques de maladie qu’ils peuvent causer, selon le responsable du programme Interpol sur les droits de propriété intellectuelle, John Newton.

C’est pour toutes ces raisons qu’Interpol, qui se veut à l’avant-garde de ce combat salutaire, veut miser sur la formation afin que des opérations coups de poing soient menées dans tous les secteurs de la vie économique où ce trafic illicite est mené par des gens organisés et qui ne cherchent qu’à se faire beaucoup d’argent sur le dos des populations. ‘Face au caractère transfrontalier de ces criminels, il y a de remède que de se mettre en synergie pour apporter une réplique organisée contre ses groupes criminels’, note le commissaire divisionnaire de classe exceptionnelle, Codé Mbengue, directeur général de la police nationale.

Directeur général de la police du Burkina Faso et par ailleurs président des chefs de police de l’Afrique de l’Ouest, Rasmané Ouangraoua ne dit pas autre chose. Selon lui, pour réussir cette permanente bataille, il faut une synergie d’action et une lutte infernale, surtout avec les frontières poreuses de nos pays qui favorisent les trafics illicites de tout ordre y compris les armes légères et les drogues dures. Quant au secrétaire adjoint principal au ministère de l’Intérieur de Singapour et président d’Interpol, Khoo Boon Hui, il invite les 188 pays membres de l’Organisation internationale des polices criminelles, qui compte 53 Africains, à travailler ensemble pour mettre fin à ces réseaux criminels.

Mais pour lui, la stratégie de lutte doit impliquer la justice, les organisations de lutte contre la contrefaçon comme le Bureau sénégalais du droit d’auteur ou l’Institut sénégalais de normalisation, la pharmacie nationale et le secteur privé. A sa suite, le ministre de l’Intérieur, face à l’ampleur du phénomène de la piraterie et de la contrefaçon a appelé de ses vœux la mise en place d’une synergie de lutte et a dit l’engagement du gouvernement pour la coopération entre les polices du monde.

Mamadou SARR






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image