leral.net | S'informer en temps réel

Lutte contre le blanchiment de capitaux: Une somme d'1,3 milliard saisie et bloquée, 106 déclarations suspectes reçues et 62 instruites


Rédigé par leral.net le Vendredi 18 Novembre 2016 à 12:00 | | 0 commentaire(s)|

Waly Ndour, le président de la Cellule nationale de traitement des informations financières (Centif), le correspondant national du Groupe intergouvernemental d'action contre le blanchiment d'argent en Afrique de l'Ouest (Giaba) a participé avant-hier, à Saly-Portudal, à la 26e session technique de cette structure. A l'occasion, il a révélé 106 déclarations d'opérations émises sont suivies au Sénégal par la Centif dans le cadre de la lutte contre le blanchiment de capitaux.

La tenue de la 26e session technique du Groupe intergouvernemental d'action contre le blanchiment d'argent en Afrique de l'Ouest (Giaba) offre une opportunité au Sénégal de parler des mesures prises à l'interne pour renforcer sa politique de lutte contre la criminalité financière. Selon Waly Ndour, le président de la Cellule nationale de traitement des informations financières (Centif), sa structure a reçu, au cours des 12 derniers mois, 106 déclarations d'opérations suspectes émises par des assujettis du secteur financier et non financier.

En outre, la Centif a instruit 62 déclarations d'opérations suspectes dont une douzaine ont fait l'objet d'une production de rapports transmis au Procureur de la République. Les mesures conservatoires prises par le juge ont permis de verser à la Caisse de dépôt et de consignation la somme d'un milliard trois cent millions (1.300.000.000) de F Cfa saisie et bloquée dans les banques à la suite des rapports de la Centif dans l'attente des décisions définitives de justice.

Waly Ndour a fait part des principaux nouveaux défis à relever au Sénégal à savoir la finalisation du processus d'adoption du projet de loi relatif à la lutte contre le blanchiment d''argent et le financement du terrorisme en des textes y afférents; la conduite à son terme de l'évaluation nationale des risques en cours en plus de la formation et de la sensibilisation de l'ensemble des acteurs nationaux sur le nouveau cadre juridique. A l'en croire, le processus national d'évaluation des risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme continue son chemin de manière correcte avec l'appui des experts désignés à ces fins par la Banque mondiale.

Le patron de la Centif n'a pas manqué de d'annoncer que l'évaluation mutuelle du Sénégal va se tenir en septembre 2017. Pour lui, le processus d'adoption du projet de loi devant internaliser la Directive 02 /2015 /CM/UEMOA du 02 juillet 2015 concernant la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme se poursuit. Le vote de ce texte par le parlement est attendu avant la fin de l'année 2016. Et le Code pénal et le Code de procédures pénal récemment adoptées entre dans la dynamique des résolutions des Nations unies relatives au terrorisme.

Brian Sayati, le directeur adjoint du Giaba a fait part de l'adoption, au cours des travaux de la session, du rapport d'activité du directeur général lors des six derniers mois, l'examen et l'approbation des résultats des groupes thématiques sur le suivi de la mise en œuvre des recommandations issues du rapport d'évaluation mutuelle des États. La validation de propositions et de résultats de recherches du secrétariat sur des questions pendantes et émergentes relatives aux faits de l'actualité internationale et régionale reste, pour lui, une obligation dans le but de l'inscrire au rang des priorités pour apporter des réponses. Il a fait un focus sur l'expérience ghanéenne, objet d'une visite d'un groupe d'experts évaluateurs.

Source: Sud Quotidien






Hebergeur d'image