leral.net | S'informer en temps réel

M. B, meneuse de jeu des Amazones : Un ballon rond à la place du…cœur

M. B., 18 ans est une footballeuse qui a de beaux jours devant elle. Ce, malgré les réticence de ses proches.


Rédigé par leral.net le Mercredi 23 Février 2011 à 10:11 | | 2 commentaire(s)|

M. B, meneuse de jeu des Amazones : Un ballon rond à la place du…cœur
Sa féminité est mise à nu par ses tresses et sa poitrine un peu avancée. Sinon rien de la physionomie de cette petite taille ne renvoie à l’appartenance de Mariama B. à la gent féminine. La meneuse de jeu des Amazones de Grand-Yoff doit cette transformation à son amour pour le football. Et ce, depuis le bas âge. « C’est à l’age de 10 ans que j’ai compris que je suis faite pour le foot », se justifie la fille de sa mère. Pourtant cette dernière s’érige en barrière contre la volonté de sa fille qui rêve de grands jours dans le foot. Elle ne faiblit pas. Et ne raconte pas de fables.

De son mètre 50 qu’elle déplace sur ses 60 kilos sur l'aire de jeu, la fille de Grand-Yoff bénéficie de la confiance de son coach. Qui ne tarit pas d’éloges à son endroit. Samba Traoré : « elle fait partie de mes meilleurs éléments ». Une de ses coéquipière renchérit: «Elle est très généreuse et précises sur le terrain ».

Son ballon de foot qui subit la hardiesse de ses pieds magiques, M. B raconte le jour de sa vie. «en 2009 alors que je venais à peine d’intégrer l’équipe, le coach a placé en moi une confiance au point de me titulariser. C’est le jour de ma vie », se remémore la Marie. Mais comme il n’y a jamais deux sans trois, il faut aussi reconnaître que le bonheur est toujours poursuivi par le malheur qui finit par le rattraper. Et Marie ne dérogera pas à cette règle. Son modus operandi qui consistait à sécher les cours pour assister aux entraînements de son équipe tombe dans l’oreille de sa maman. Qui entre dans une furie indescriptible. « Elle ne m’a pas raté ce jour-là. Elle a proféré des injures de tout genre à mon encontre », force-t-elle le sourire qui cache mal sa gêne à revenir sur cet épisode sombre de sa vie de joueuse.

Comme pour effacer cela de sa petite tête, elle se met à jongler son ballon qui quitte ses pieds pour atterrir sur ses genoux avant qu’un amorti de la poitrine ne fasse monter la balle à la tête…M. est dans tous ses états. Et rappelle le doué hollandais Edgar Davids de Crystal Palace. Coïncidence pour coïncidence, le milieu offensif des Amazones révèle : « c’est mon idole ». « Je l’aime pour la hargne qu’il met dans son jeu », renchérit-elle. Non sans déclarer sa flamme pour une joueuse des Sirènes de Grand-Yoff. « Du coté des femmes, c’est Absa des Sirènes qui est mon idole », soutient Marie. Et de poursuivre : « c’est mon portrait craché ». Mais le sommeil de cette élève en classe de 2nd au Lycée de Thiaroye est hanté par un seul souci : « convaincre ses proches qu’elle a été moulée avec un…ballon. Pour ne pas dire que des restes de balles circulent dans ses veines. Eh oui, c’est la conviction… d’Edgar Bamba.

Abdou K. Cissé



1.Posté par omzo le 23/02/2011 18:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bon courage et patience avec ta maman car elle finira par comprendre les choses. Il faut éviter la confrontation directe..

2.Posté par thug le 24/02/2011 12:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

demal gua seuyi ta mere a raison

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image