leral.net | S'informer en temps réel

M.S., père de A. S, violée par un jardinier : «Ma fille de 3 ans a été sodomisée»

Ma femme et moi avions constaté que, depuis un certain temps ma fille avait de la fièvre, surtout la nuit. Elle vomissait presque tout le temps. Cela lui arrivait de pleurer souvent la nuit. Aussi au début, nous ne nous sommes pas trop inquiétés. On avait ensuite remarqué qu’elle n’allait ni aux selles, ni urinait quand elle était sur la petite cuvette. Je me suis demandé : pourquoi elle n’arrivait pas à aller aux selles ? J’ai dit à ma femme de regarder ce qu’elle avait au postérieur.


Rédigé par leral.net le Lundi 27 Décembre 2010 à 03:43 | | 13 commentaire(s)|

M.S., père de A. S, violée par un jardinier : «Ma fille de 3 ans a été sodomisée»
«Elle ne cessait de pleurer, elle avait de la fièvre, elle vomissait»
Après examen, nous avons constaté une sorte de brûlure sur cette partie de son corps. Comme nous ne comprenions pas ce qui lui était arrivé, je dis à ma femme de l’emmener chez sa mère pour qu’elle nous dise ce qu’elle en savait. Ma belle-mère a pensé que c’était peut-être dû aux vers parasitaires. On l’a alors emmenée au district sanitaire, mais rien. La nuit, elle ne cessait de pleurer, elle avait de la fièvre, elle vomissait. Un jour, on a même trempé une serviette, ensuite on l’a mise sur son front. Dieu sait qu’on ne savait pas ce qui se passait. On est reparti au district. On y a trouvé des Américains, qui l’ont examinée et ont conclu qu’il y avait une infection quelque part mais, on ne savait toujours pas où. On a tout fait, mais ses douleurs persistaient encore.
Nous avons décidé de l’emmener chez le Docteur Ndoye qui est au centre de santé de Darou Khoudoss. C’est lui qui, après examens, nous a dit que la petite fille avait subi des abus sexuels. Il a regardé le sexe et a vu de petites blessures semblables à des égratignures, il n’avait pas encore regardé derrière. De retour à la maison, ma femme a de nouveau examiné l’enfant et a constaté que de telles traces étaient aussi présentes derrière. On l’a interrogée sur l’origine de ses blessures, elle a prononcé le nom d’un homme. Mes beaux-parents ont dit à ma femme de faire doucement parce qu’après tout ce n’étaient que des déclarations d’enfant.
Ce n’est que vers la fin de la semaine que j’ai été mis au courant, je suis aussitôt parti saisir la police, j’ai porté plainte contre X. De retour chez moi, j’ai soumis ma fille à un feu roulant de questions. Quand je lui ai demandé qui l’avait blessée derrière, elle m’a toujours répondu : «All ba» (à la forêt). Elle ne disait pas le nom du gars. J’ai insisté et elle a lâché un nom. Au départ, j’avais des soupçons. Elle a répété le nom du gars et le même terme «All ba» revenait toujours.
«Quand on l’a raconté à la sœur du violeur, elle s’est mise à pleurer»
L’affaire a commencé à faire du bruit dans le quartier. Je suis allé voir ma belle famille, je lui ai dit que l’enfant avait cité un nom. La nuit, ma femme s’est dit que comme la sœur du gars était une copine à elle et comme elle ne pouvait pas lui dire directement ce qui s‘est passé, elle est partie voir une amie commune pour qu’elle l’avise. La sœur du violeur est venue la nuit voir ma femme, elles sont montées à l’étage et elle lui a exposé les faits. La femme s’est mise à pleurer. Après, elle est allée voir son frère pour lui faire part que nous l’accusions d’avoir violé notre fille. Il a nié et a soutenu que bien qu’il soit un drogué, il n’ose pas faire de pareilles choses. Mais le lendemain, on ne l’a plus revu. Pourtant, il venait chaque jour à la boutique d’en face. C’est là où il passait le plus clair de son temps.
Je suis ensuite allé à l’hôpital Aristide Le Dantec, on m’a confirmé qu’elle avait été violée, sodomisée, qu’il y avait même un début d’infection. Nous n’en savions rien, on pensait que c’était un excès de fièvre or, ce n’était pas le cas. C’est alors qu’on m’a mis en rapport avec Adama Sow, j’ai déposé une plainte à la police de Thiaroye. Certains m’ont signifié que cela pourrait être lent et qu’il fallait saisir le procureur au tribunal de Dakar. Là-bas, la secrétaire m’a fait comprendre que puisque la plainte avait déjà été déposée à Thiaroye, il valait mieux s’en tenir là puisque de toute façon, elle viendra sur le bureau du procureur.
«Jusqu’à présent l’homme court toujours»
Depuis lors, les limiers n’ont pas réagi. Un jour, je suis même allé les chercher pour les guider chez le violeur, mais lorsque nous sommes arrivés, sa famille nous a dit qu’il n’était pas à la maison. Jusqu’à présent l’homme court toujours. Mais il ne vient plus dans le quartier. Il avait un jardin derrière chez nous, mais depuis que sa sœur l’a informé, il vient dans le quartier en cachette.
(Désolé) Ce qui me fait plus mal, c’est de savoir qu’il est là libre comme l’air. J’ai fait mon devoir, j’ai porté plainte. Même Adama (Sow) m’a mis en rapport avec le commissaire de la Brigade des mineurs. On m’a dit qu’il fallait que ma fille et moi fassions trois séances avec lui à l’issue desquelles si elle prononce le nom de son violeur, on pourrait venir l’appréhender. Mais on a fait qu’une seule séance et l’on n’est pas arrivé à faire la deuxième séance. Lui n’a presque pas le temps.
(Visiblement dépassé par les évènements) je ne comprends pas que de tels faits se soient produits et qu’il n’y ait aucune suite. Et ce malgré tout ce que le gouvernement a dit à propos du viol. Dernièrement nous avons été reçus par Madame Viviane Wade avec l’association Grave. Mais jusqu’à présent la justice n’a pas réagi, je ne sais pas pourquoi. Et pourtant les faits sont là. J’ai même enregistré les propos de l’enfant sur mon téléphone portable. Et nous savons que l’enfant ne ment pas. Même jusqu’à hier, elle est revenue sur ses propos. Alors qu’elle discutait avec un autre enfant, elle lui a dit : «Je vais te dénoncer à (elle dit le nom du gars) pour qu’il te blesse au postérieur.»
(Un peu traumatisé par les propos de sa fille) j’ai compris que ma fille n’avait pas encore oublié cela. Pourtant, elle n’a que trois ans et quatre mois.
«Je ne sais pas s’il avait déjà commis de pareils forfaits, mais tout le quartier sait qu’il est un drogué»
Il paraît que le gars qui lui a fait ça est né dans les années 1960. Je ne sais pas s’il avait déjà commis de pareils forfaits auparavant, mais tout le quartier sait qu’il est un drogué. Mais cette fois, il est bien l’auteur. C’est lui qui a violé ma fille. Parce que si j’étais à sa place, si c’est moi qui étais accusé de viol, je viendrais régler le problème la nuit même. Ces faits se sont transmis dans le quartier de bouche à oreille.
(Très peiné)Moi, j’ai fait mon devoir de père, je ne peux pas aller me venger. Je laisse la justice faire son rôle et jusqu’à maintenant elle n’a pas réagi.
Source : Weekend Mag via galsentv.com



1.Posté par tèy le 27/12/2010 06:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dara leeroul ci lingeene wax fi. A base de ça arreter quelqu'un, c'est arbitraire.

2.Posté par dieng le 27/12/2010 08:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Imbécile, parce que c'est pas ta fille, ta nièce ou ta soeur

3.Posté par MERE le 27/12/2010 10:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mon chere frère soigne ta fille et remets toi à DIEU au Sénégal c'est comme si la loi protège les délinquants. j'ai vecu le meme cas avec un voisin mais jusqu'à présent
le violeur est libre comme le vent.

4.Posté par b diaz le 27/12/2010 11:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

cé votre problem il fau surveiller vos enfan

5.Posté par me le 27/12/2010 11:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

tt est claire khana kegne da gua beugue protégé pédes bou bon bi ndakh sénégal gui kou amoul bras long rek do avancé cii len ; deug deug je m'inquiète pour les enfants car ils ne sont plus protégés.

6.Posté par MAK le 27/12/2010 12:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

téy ; toi t un vrai fils de pute, dans cette histoire tt est clair, jj'ai honte pour mon pays ,de l'etre humain ke je suis ,c aberrant de voir ces actes ignobles ne pas etre punis, un enfant de 3ans dont il pouvait etre le pére mbok yi nanou ragal yalla té dieuf lou rafet le jugement dernier dina méti !!!!

7.Posté par raison le 27/12/2010 12:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Yarouléne way gayi ay mak nguéne.Pourquoi s'acharner sur Téy, il n'a fait k dire ce qu'il pense bouléne nékhé yéne aussi nguéne wakh sén khalate mais saga bi diaroukofi

8.Posté par NAY LERR le 27/12/2010 17:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cette histoire racontée comme telle mérite une enquête de la police, je pense qu'il serait bien de rechercher l'accusé et de bien le cuisiner. Si ce dernier est drogué il pourrait bien recommencer avec la fille d'autrui. Justice Réveil Toi!!!

9.Posté par tèy le 27/12/2010 18:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

dieng et MAK, un peu de retenue svp! Si la police doit mettre en prison quelqu'un, ça doit etre les parents de l'enfent. Comment peut on laisser un seul instant un enfant de cet age sans savoir où est ce qu'elle est et avec qui? Le gars n'est pas son enseignant, alors comment pouvait il etre en contacte avec elle.?

10.Posté par TTT le 27/12/2010 18:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

surveillez vos enfants. meme si le coupable est arrété. rien ne peut effacer les faits. surveillez vos enfants

11.Posté par mandou le 27/12/2010 20:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

hé tey je vois bien ke tu es un con si ct ta fille ou in menbre de ta famille la tu serai la premiere personne a intervenir
sale con !!!!!

12.Posté par naru tiris le 30/12/2010 14:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je suis d accord pour que l on surveille et nos enfants et notre langage,JAPPOO,DEFAR JICKO YI,les malades il y en a partout,il faut etre vigilant,signaler les attitudes suspicieuses,merci a tous,YARU AK TEGGINE

13.Posté par Fem le 31/12/2010 11:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quand je lis ce genre d'article, j'ai envie de vomir. Comment peut on faire ça à un enfant de 3 ans alors que maintenant les femmes sont tellement faciles. Ce gars merite la prison à vie

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image