leral.net | S'informer en temps réel

MANIFESTATIONS CONTRE LES DELESTAGES ET LES INONDATIONS Le tribunal de Pikine et une permanence du Pds saccagés

NETTALI.NET- Dakar et ses environs font face depuis deux jours à des manifestations violentes. Ainsi après les quartiers périphériques de Dakar qui ont manifesté mardi contre les délestages de la Senelec, Pikine et Guédiawaye ont pris le relais pendant presque toute la journée du mercredi. Des arrestations ont été notées du côté des jeunes manifestants qui ont tout de même réussi à saccager les locaux du tribunal départemental ainsi que la permanence du Parti démocratique sénégalais (Pds) dans la commune d’arrondissement de Pikine Dagoudane.


Rédigé par leral.net le Jeudi 3 Septembre 2009 à 12:55 | | 1 commentaire(s)|

MANIFESTATIONS CONTRE LES DELESTAGES ET LES INONDATIONS Le tribunal de Pikine et une permanence du Pds saccagés
Les violences notées depuis quelques jours dans certains quartiers de Dakar ne connaissent pas de répit malgré la forte présence des forces de l’ordre qui sillonnent les rues les plus « chaudes ». Après des quartiers de Grand-Yoff, Hlm, Castors, Médina, c’est au tour de Pikine de prendre le relai. Dans la journée du mercredi, Pikine et Guédiawaye ont en effet vécu des scènes de violences, avec notamment des pneus que les jeunes manifestants ont brûlés dans les principales artères.

Mais les forces de l’ordre ont, tant bien que mal, tenté de contenir les manifestants. Elles ont ainsi réussi à arrêter quelques jeunes. Toutefois, c’est en début de soirée que les violences ont véritablement commencé. Des manifestants en colère se sont ainsi attaqués au bâtiment qui abrite le tribunal département de Pikine. Un bâtiment qu’ils ont réussi à saccager avant même l’intervention des forces de l’ordre. Et presque au même moment, d’autres jeunes s’en sont, eux, pris aux agences des banques établies à Pikine ou Guédiawaye dont ils ont juste cassé les enseignes.

Les cars de transport n’ont pas été épargnés. Et ce sont les minibus Aftu qui ont surtout souffert. Si certains chauffeurs ont préféré immobiliser leurs véhicules, d’autres ont été les victimes innocentes des jeunes en colère.

Dans la commune d’arrondissement de Pikine Dagoudane, c’est le siège local du Parti démocratique sénégalais (Pds) qui a été la cible des manifestants qui dénoncent les coupures intempestives d’électricité, mais aussi la passivité de l’Etat face aux inondations.

A quelques heures de l’arrivée du Président Abdoulaye Wade, ce sont toutes les forces de sécurité qui sont en alerte. Des rumeurs ayant fait état de la volonté de certains jeunes d’accueillir le chef de l’Etat avec des manifestations. Le retour du président Wade prévu ce jeudi pourrait même être reporté d’après certaines sources.



1.Posté par RACE le 19/07/2010 13:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Communiqué de presse

Manifestations anti-délestages au Sénégal

NOUS SOMMES TOUS SENEGALAIS !

Depuis quelques jours, l’actualité sociale au Sénégal est marquée par une recrudescence des mouvements de revendications des populations pour le droit d’accès à l’électricité.
Exaspérés par les délestages interminables, les usagers manifestent de plus en plus bruyamment leur courroux. Cette grogne populaire témoigne à la fois d’un malaise évident, mais aussi d’un indéniable dynamisme du mouvement consommateur sénégalais.

Par la voix du RACE (le Réseau Associatif des Consommateurs de l’Energie), les usagers d’électricité du Cameroun expriment leur solidarité et leur soutien aux consommateurs Sénégalais.

A quelques différences près, la sempiternelle question de l’accès des populations à l’énergie électrique se pose en de termes semblables dans les deux (02) pays. Au Cameroun, dans des conditions similaires en septembre et novembre 2007, de violentes manifestations de protestation contre des rationnements intempestifs de l’électricité dans 02 villes, s’étaient soldées par la mort de 03 jeunes manifestants, tombés sous les balles de la police, de nombreux blessés graves ainsi que des dégâts matériels importants.

Par ailleurs, des données comparatives sur les deux (02) pays montrent des similitudes déconcertantes. En effet, comme au Cameroun, à peine 1 Sénégalais sur 3 aurait accès à l’électricité. Plus précisément, le taux d’accès à l’électricité au Pays de la Térenga serait de 33% environ pour un taux de couverture de 57% en milieu urbain et 10% en zone rurale. Les chiffres concernant le Cameroun ne sont pas très différents.

Il faut néanmoins noter qu’au contraire du Sénégal où le service, bien que médiocre, continue à être assuré par un opérateur public (la SENELEC), au Cameroun, la reforme du secteur en 2001 a conduit à la privatisation de la Société nationale d’électricité (la SONEL) au bénéfice d’un unique opérateur privé Américain (AES CORPORATION), qui se trouve de fait en situation de monopole.

Malheureusement, ce changement de statut du fournisseur d’électricité n’a pas eu d’incidence sensible sur la condition du consommateur, l’offre de l’énergie restant largement inférieure à la demande ; pourtant, à la différence du Sénégal, pays sahélien, le Cameroun possède le meilleur potentiel hydroélectrique d’Afrique après la République Démocratique du Congo. Hélas, neuf (09) ans après la privatisation du service public de l’électricité, la situation n’a presque pas changé ; on déplore toujours autant de désagréments électriques, aux conséquences désastreuses pour toutes les catégories de consommateurs.

Par conséquent, en dépit des moments difficiles qu’ils traversent, nous tenons à dire aux Sénégalais et à d’autres compatriotes Africains en lutte pour l’accès aux droits fondamentaux, que la privatisation n’est pas une panacée. Nous pensons que l’électricité comme l’eau ne sont pas de vulgaires produits marchants. En plus d’être des secteurs de souveraineté, ce sont des biens de première nécessité qui relèvent du service public et ne doivent pas être soumis à la seule loi du marché. Partout où ces secteurs ont été privatisés, on a déploré de graves dysfonctionnements, une insécurité d’approvisionnement et une flambée des prix.

Aucun développement économique durable n’est possible sans une énergie électrique disponible en quantité et en qualité. La solution à la crise énergétique chronique en Afrique passe par une nouvelle gouvernance du secteur, mais aussi et surtout par une mise en commun des moyens et une harmonisation sous-régionale des politiques publiques nationales en matière d’énergie. Les consommateurs d’électricité de tous les pays doivent rester mobilisés pour faire valoir leurs droits légitimes. Nous sommes en réalité tous Sénégalais.

L’accès à l’énergie est un droit essentiel et inaliénable !

Fait à Douala, le 17 Juillet 2010

Pour le Bureau Exécutif du RACE

Paul Gérémie BIKIDIK

Président

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image