leral.net | S'informer en temps réel

MOHAMED NDAO « TYSON » SUR SON COMBAT DU 4 AVRIL « Je veux retrouver ma place de VIP de l’arène »

Il était 13 heures passées à la salle de musculation Dunya. Si ce n’est pas au bord de mer, lieu de prédilection d’entrainement des lutteurs, endroit ne pouvait plus indiqué pour jauger la préparation de l’un des deux acteurs du combat du 4 avril 2010. Au lendemain de son séjour aux Etats-Unis, c’est dans l’enceinte de Dunya que le Chef de file de Boul Falé a choisi pour s’adresser à la presse. Large sourire au coin Vêtu d’un pantalon salopette, Mohamed Ndao Tyson, déguste une sucette et devise tranquillement avec un de ses fidèles lieutenants, Eumeu Sène. Son corps tout dégoulinant de sueurs pouvait témoigner des poids soulevés et mettait en exergue la belle sculpture du leader de la génération Boul Falé. Au grand bonheur des photographes et cameramen qui ont joué des coudes pour immortaliser la dernière phase de la préparation de son combat du 4 avril. Un Retour que le leader de Boul Falé tient plus que tout autre chose. « Il s’agit de le réussir. Après trois ans, nous voulons que ce retour soit évènementiel », clame t-il. Ce qui, dit-il, doit lui permettre de revenir à sa véritable place « Celui des Vip de l’arène ». Mais, s’il a relativisé les propos tenus par Yékini, l’enfant de Ndagane s’est projeté dans l’après combat du 4 avril et agite certaines questions liées à l’évolution de l’arène. Entretien.


Rédigé par leral.net le Vendredi 12 Mars 2010 à 14:52 | | 4 commentaire(s)|

MOHAMED NDAO « TYSON » SUR SON COMBAT DU 4 AVRIL « Je veux retrouver ma place de VIP de l’arène »
Quel est l’état actuel de la forme de Mohamed Ndao Tyson

« Vous de la presse, vous êtes les plus indiqué pour jauger de l’Etat de ma forme. Ce qui est essentiel dans ce combat du 4 avril, c’est le retour que j’effectue. C’est connu, j’étais éloigné de l’arène pendant une période de trois ans. Tout le monde sait également que j’ai des admirateurs et des supporters qui ont réclamé mon retour. Maintenant que je suis de retour, l’important aujourd’hui, c’est de me concentrer sur ce retour. Il s’agit de le réussir. Que ce soit mon adversaire ou un autre, nous avons tous en commun la lutte. Mais, je le répète, ce qui sera déterminant sera certainement que le retour de Tyson se passe dans de très bonnes conditions. Et que les amateurs et tous mes supporters sachent que Tyson a effectué son retour en toute sérénité. Je prie pour cela. J’avais dit que j’en faisais de ce combat un challenge personnel. Revenir à la compétition de haut niveau après trois ans, demande de la motivation, de la persévérance mais aussi de l’abnégation. Tout cela n’est pas si facile. Personnellement, je m’étais fixé ce challenge et je savais qu’il ne serait pas du tout facile de retrouver une forme optimale dont on a besoin pour un très grand combat ».

« Yékini » dit qu’il va aller te chercher ?

« Je ne suis pas un bavard. On ne peut rien prédire. Chaque lutteur à sa propre stratégie et doit respecter celle de son adversaire. Ce qu’il a dit le concerne. Il garde sa stratégie et moi, je garde le mien ».

Pour un retour pourquoi avez-vous portez votre choix sur un adversaire d’un tel calibre ?

« Nous sommes nés et grandis dans la banlieue. Nous ne nous complaisons pas dans la facilité. Franchement, la facilité ne fait pas parti de notre vocabulaire. Par la grâce de Dieu, nous sommes partis de rien du tout pour en arriver à un certain niveau. Maintenant, l’homme ne peut que proposer et Dieu dispose. Il faut dire aussi que je suis venu de quelque part et je n’avais pas demandé à être en dehors de l’arène. Maintenant que je suis revenu, je ne veux qu’être à ma véritable place. C’est-à-dire la « Cour des grands ». Je ne revendique rien du tout. Comme vous avez l’habitude de le dire, la Cour des grands, ce cercle vicieux ».

La place des Vip ?

« Je veux retrouve ma place, celle des Vip de l’arène. Je l’ai toujours dit que je suis venu dans l’arène pour travailler. Que ce soit des titres ou des couronnes, cela m’importe peu car je fais du sport business. J’ai signé un contrat avec un promoteur qui s’appelle Gaston Mbengue et je vais respecter ma parole et ma part de ce contrat Inch Allah. Il fera également de même envers moi. Moi et mon adversaire, nous assumerons toutes les conséquences en tant que professionnels. Nous sommes tous les deux des lutteurs. Aucun lutteur ne doit se surestimer et minimiser son adversaire. Car, chacun travaille pour la victoire qui est du ressort de Dieu ».

Jusqu’où êtes-vous aujourd’hui prêt pour la victoire ?

« Je ne connais pas de demi- mesure. Je suis un professionnel et je veux que l’évènement soit d’abord une réussite totale pour le sport. C’est important. Que ce soit moi ou mes pairs lutteurs, notre souhait est de porter très haut la lutte. Nous ne devons pas décevoir. On sait que la lutte avait atteint un niveau du fait des Mbaye Guèye, Robert, Pape Kane, Pape Diop, Moustapha Guèye, Ibou Ndafa et aujourd’hui , c’est Tyson. La vraie victoire ne sortira pas du combat entre deux lutteurs, mais la touche que l’on va apporter qui va rester indélébile dans la mémoire des gens ».

Tyson était donc en train de préparer ce retour durant ces trois ans de retrait ?

« Tous les grands champions ont connu un break à un certain moment de leur carrière. Que se soit Mickael Jordan, Mike Tyson, Mohamed Ali, ils ont tous marqué un arrêt. Dieu a voulu qu’il en soit ainsi pour moi. Je suis encore jeune et je pense être au même niveau qu’il y a trois ans ».

Est ce à dire qu’une victoire ou une défaite vous laissera indifférent ?

« Quand on parle de business, on est coriace. Il n’y a pas de sentiment car je suis venu pour gagner mon dû à la sueur de mon front . Quand je parle de business, je pense surtout au professionnalisme. Chacun se bat pour que sa valeur marchande grimpe. Un lutteur qui touche 20 millions aspire à gagner plus en cas de victoire ».

Combien de temps comptez-vous rester encore dans l’arène

« C’est difficile de le dire. Il ya aujourd’hui beaucoup de jeunes qui émergent. C’est réconfortant et c’était mon rêve. Je disais en 2000 que je suis arrivé à un moment où mes combats sont des montages financiers. Quand je le disais, les promoteurs n’y pensaient même pas. On disait même que ce garçon est prétentieux et on se demandait comment un lutteur pouvait percevoir 100 millions de FCfa. Je crois que l’histoire nous a donné raison. On nous dit qu’il ya plus de 4000 licenciés, mais si Bombardier, Yékini et Tyson sont les seuls lutteurs à s’en sortir, on aurait échoué. Nous souhaitons qu’au sortir de ce combat s’assoir et débattre sur l’évolution de l’arène. Il n’est pas acceptable pour un lutteur de percevoir moins de 500.000 FCfa. Il faut que les lutteurs trouvent leur compte sur l’activité qu’ils exercent. Il ya va du développement du sport ».

Quelle appréciation faites-vous aujourd’hui sur ces lutteurs de la jeune génération tels Eumeu Sène, Lac de Guiers n°2, Modou Lô qui émergent. Voyez-vous quelqu’un qui pourrait être un futur Roi des arènes ?

« Il ne faut pas se focaliser sur le mot « Roi ». Ce n’est pas important pour nous à Boul Falé. On ne paie pas de factures avec ce titre ni aller au marché. C’est un titre qui suscite des débats inutiles. L’essentiel est de faire en sorte que les futures générations soient disciplinées sur leur travail et le faire avec abnégation ».

Qu’est ce Tyson était allé faire aux Etats-unis ?

« Tout cela entre dans le cadre de la préparation. Il s’agissait pour nous de prendre du recul. C’est souvent difficile ici parce que l’environnement ne s’y prête pas. Par rapport à la récupération, aux salles d’entraînement ».

La lutte a aujourd’hui un impact dans la banlieue. Vous qui prônez le Boul Falé au début, comment voyez vous maintenant l’impact social qu’on ressent au niveau de la banlieue ?

« Cela demande une organisation. Il est temps de poser le débat parce que l’évolution de la lutte a surpris tout le monde durant ces dix dernières années. Gérer, c’est prévoir et il faut que tous les acteurs réfléchissent pour lui donner une nouvelle orientation ».

Est qu’au sein de votre écurie, il y a un lutteur qui correspond à votre poids et qui peut vous être utile dans la préparation et le travail de contact ?

« Eumeu Sène est un lutteur qui peut être d’un bon apport à ce niveau. Il y a également Aliou Mané, Gambien et même Jordan qui peuvent m’être utiles dans le cadre des entraînements ».

Vos partenaires d’écurie n’ont pas connu d’issue favorable dans leurs différentes sorties.

« Nous avons eu des combats en si peu de temps. Cela montre que nous sommes des professionnels et que notre écurie marche ».

Quelle leçon tirez-vous de votre dernière défaite ?

« J’ai appris qu’il faut respecter son adversaire. Une défaite reste une défaite et il faut la respecter. C’est la loi du sport ».

Qu’avez-vous appris durant les trois ans de retrait ?

« J’en ai profité pour faire d’autres métiers. J’ai appris à cuisiner, à faire de la maçonnerie dans les chantiers ».

La lutte a tendance à s’accompagner de la violence. Ton combat face à Yékini va drainer beaucoup de monde. Quel message lances-tu en direction des amateurs et supporters ?

« C’est surtout par rapport aux messages qu’on lance aux fans. Elle commence aux propos que les deux adversaires s’échangent. Ce qui peut réchauffer le public. Si tout ce passe de manière très courtoise, très modérée, les gens auront tendance à se calmer. Il n’y a pas lieu d’être violent le jour de l’indépendance parce qu’il y aura des invité. Respecter tout le monde pour le bien être du sport ».

sudonline.sn



1.Posté par G-Unit le 12/03/2010 16:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le 4 avril di na saf sap dé !!!!!!

Sinon ¨Peeeeeeeeeeeee :)

2.Posté par G-Unit le 12/03/2010 19:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

INCHA'ALLAH, Yane nou Yallah may gnou téwé ko té tal ko.
AMINE

3.Posté par tyson le 13/03/2010 16:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

tyson daye daan sou fékée day door cou

4.Posté par Paco le 14/03/2010 03:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ma HONDA CIVIC grise immatriculée DK 1770 E a été volée ce samedi 13 mars 2010 à Dieupeul 1. Merci d'appeler au 77 219 75 84 - 76 679 79 74 si vous la voyez!!!!!!!!

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image