leral.net | S'informer en temps réel

MSF expérimente un vaccin oral contre le choléra

La réponse aux épidémies de choléra dans le monde pourrait être améliorée selon Médecin sans frontières (MSF) dont les équipes en Guinée ont récemment vacciné 117.000 personnes contre la maladie dans la région de Boffa, à 150 kilomètres au nord de Conakry.


Rédigé par leral.net le Jeudi 31 Mai 2012 à 20:32 | | 0 commentaire(s)|

MSF expérimente un vaccin oral contre le choléra
‘’C’est la première fois en Afrique que des populations sont protégées pendant une épidémie grâce à un vaccin oral pris en deux doses. Suite à cette vaccination, c’est toute la réponse aux épidémies de choléra dans le monde qui pourrait être améliorée’’, indique l’ONG, dans un communiqué transmis à l’APS.

En collaboration avec le ministère guinéen de la Santé, MSF s’est concentrée sur une région côtière près de Conakry, qui était considérée comme un foyer actif de choléra, précise la même source.

Entre la fin avril et la mi-mai 2012, MSF a déployé 31 équipes de vaccination sur trois bases : Boffa, Tougnifili et Koba.

‘’Le travail de nos équipes à permis de vacciner 68 % de la population cible (estimée à un peu plus de 163 .000 personnes) avec les deux doses du vaccin. Cette opération s’est tenue en collaboration avec le ministère de la Santé guinéen et les autorités sanitaires présentes sur la zone littorale de Boffa’’, indique MSF.

De plus, les équipes de l’ONG ont entrepris de vacciner près de 50.000 personnes dans la région de Forécariah, au sud de la capitale Conakry. Selon le communiqué, ‘’il s’agit d’un vaccin anticholérique validé par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) qui s’administre en deux doses espacées de deux à six semaines’’.

‘’Il offre une protection de plus de 60 % pendant au moins deux ans. Ce vaccin est bien connu de MSF. Dans le passé, l’organisation a utilisé le vaccin à titre préventif dans des pays endémiques mais c’était la première fois qu’elle y recourait pendant une épidémie en Afrique’’, lit-on dans le document.

‘’Nous étions confrontés à un début d’épidémie et nous souhaitions tout d’abord protéger les gens en les vaccinant et ainsi limiter la propagation du choléra’’, a expliqué expliqué le Dr Dominique Legros, en charge des initiatives innovantes pour MSF à Genève, cité dans le texte.

‘’La vaccination orale nous donne un nouvel outil pour essayer d’endiguer la maladie, qui évolue très rapidement. C’est en contrôlant les foyers actifs que nous pourrons diminuer la propagation. On se doit d’utiliser cette nouvelle approche et d’en documenter les résultats’’, a-t-il poursuivi.

Selon MSF, ‘’bien que le vaccin anticholérique représente un nouvel outil prometteur dans la réponse aux épidémies de choléra, celui-ci ne peut être utilisé seul’’.

‘’Les activités d’information, de prévention et d’hygiène auprès des communautés demeurent les mêmes, ainsi que la prise en charge médicale des cas déclarés. De plus, un accent particulier doit être mis sur l’accès à une eau potable de qualité’’, estime l’ONG.



SOURCE:P.-S.
OID/AD






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image