leral.net | S'informer en temps réel

[MUSIQUE] Quand les sexy girls détrônent les old ladies !

Photo : Titi Au début des années 80, Kiné Lam, de même que les Khar Mbaye Madiaga, Dial Mbaye, Daro Mbaye faisaient leurs débuts dans la musique moderne. Elles séduisaient le public qui venait de découvrir leur incursion réussie dans la musique moderne. Mais il faut dire qu’elles attiraient plus les hommes d’âge mûr qui prisaient, indépendamment des thèmes pudiques qu’elles véhiculaient dans leurs chansons, leurs ports vestimentaires essentiellement composés d’habits traditionnels, à savoir des grands boubous, des tailles basses, des « ndokettes » et un mouchoir de tête élégamment noué autour de la tête.


Rédigé par leral.net le Samedi 28 Février 2009 à 14:13 | | 1 commentaire(s)|

[MUSIQUE] Quand les sexy girls détrônent les old ladies !
Et ces tenues traditionnelles qui corrélaient avec leurs chansons d’essence traditionnelle, même si elles étaient jouées sous une rythmique moderne, étaient embaumées par une fragrance enivrante à laquelle les hommes adultes ne pouvaient pas résister. D’ailleurs, elles savaient puissante la force d’attraction de ces tenues traditionnelles si bien que dans tous leurs clips ou lors de leurs concerts, elles mettaient en exergue un arsenal de ces types d’habillements. N’a-t-on pas vu dans beaucoup de clips une femme comme Kiné Lam porter tour à tour plusieurs boubous de valeur ? A un certain moment, le téléspectateur devise plus sur le port vestimentaire que sur la thématique de la chanson de la diva.
Mais les années 2000 semblent avoir effiloché cet intérêt accordé à ces tenues traditionnelles des cantatrices des années 80 de même que l’engoument portée à l’endroit de leurs chansons. Elles sont devenues ringardes, vieillottes ; leurs chansons et ports vestimentaires ne font plus recettes devant la modernité incarnée par une génération de sexy girls. Les grands boubous et les pagnes et autres tenues traditionnelles pudiques ont fait place aux jupettes, shorts moulants, aux décolletés, aux « Joumbax out » ou au dos nus osés. Seule Fatou Guéwel, qui n’est pas de cette génération 80 mais qui a le même style et les mêmes goûts (du côté chanson comme du côté vestimentaire), tient encore la corde au sein d’une meute de jeunes meufs audacieuses et mutines qui chantent et s’habillent moderne. Même Fatou Laobé, qui est du même calibre que l’autre Fatou précitée, met en relief ses rondeurs voluptueuses dans ses sorties cathodiques ou ses prestations sur scène. En effet, les jeunes cantatrices à taille fine ou à popotin pulpeux, comme les Coumba Gawlo Seck, Titi Tine, Viviane Chudid, Arame Thioye, le trio Alif arborent des tenues occidentales sexyssimes, abordent dans leurs chansons des thèmes salaces comme « Ma yeur li nga yoor », « sa li sa lé » de Coumba Gawlo, en les accordant à des déhanchements lascifs pour appâter un public si friand de ces satanismes. Dans plusieurs clips, les téléspectateurs s’intéressent plus à la mini-jupe tendance et les clins d’œil provoc de Coumba Gawlo, au décolleté de Titi qui laisse transparaître une poitrine bombée (comparable à celle de la sex symbol Scarlett Johansson) faisant pâlir d’envie plus d’une chanteuse, au short moulant de Viviane Chudid enveloppant des cuisses plantureuses dont plusieurs croyaient pigeonnantes, au pantalon serré de Arame Thioye qui a du mal à contenir son dodu popotin ou au bustier de Malouida bouffi par une poitrine capitonnée. Et sans oublier la robe hyper courte de la lolita affriolante du groupe Alif en l’occurrence Mamy Mbaye qui exhibe des cuisses lisses et charnues et les tenues sexyssimes de l’aguicheuse Amy Mbengue qui garde intact son sex appeal. Mais il faut aussi se dire que ces nymphes, qui font chavirer les cœurs des jeunes voire des hommes d’âge mûr, ont réussi à combiner harmonieusement avec brio thèmes érotiques dans leurs chansons et look sexy. Du coup, elles enterrent leurs pudiques devancières dépassées mais qui résistent à l’air du temps en refusant de déserter les tréteaux. Mark Senghor


Source : Icône Magazine/xalimasn com



1.Posté par diop mouhamed le 28/02/2009 17:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

la musique n'est plus ce qu'elle etait c'est le reflet de la societe qui est mis en scene avec la benediction des medias en mal de scoop, rien ne va plus l'exibitionisme qui prevaut demontre qu'il y' a aucune limite de la degradation de nos moeurs ,c est le senegal d'aujourd'hui avec l aval de nos objecteurs de consciences qui se disent diplomes des plus hautes ecoles ici et à l'etranger ;entre tintamarre et cacaphonie ,ou se situe la musique ,car ce que l'on entend n'est pas bonne à ecouter alors si c'est celà la musique , j'ai mal compris ma leçon au lycee, la nouvelle generation pense pouvoir detronner les anciens c'est mal connaitre ou faire l'amalgame entre faire du bruit et faire de la musique qui sont ces juges et ces arbitres pour definir ce que c'est que les bons musiciens ,et aussi faire la part des choses, j'aimerais bien comprendre dans quel pays l' on est ,et qqui sont ces pro- professionnels de la musique , arretons de pervertir ce noble art qu'est la musique

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image