leral.net | S'informer en temps réel

Ma Réponse à Monsieur Faouzou Dème Expert en Tourisme – (Par Thierno Lo)


Rédigé par leral.net le Samedi 27 Août 2016 à 21:25 | | 16 commentaire(s)|

Depuis2012, tu inondes ma boîte mail de réflexions sur le tourisme et j’en suis très ravi. Tu as le tourisme dans les veines et tu en es un expert émérite et j’en sais quelque chose pour avoir travaillé avec toi dans ce secteur pendant 3 ans.
Toi et moi, nous sommes convaincus que le tourisme doit occuper une place importante dans notre économie et je pense que nous partageons cette conviction avec son Excellence Monsieur le Président Macky Sall.

Ce secteur a pris du retard dans notre pays car on ne lui a jamais donné son importance. Il suffit de revisiter les différents budgets alloués au ministère en charge du tourisme qui ne font pas le tiers du budget de l'agence de promotion touristique d'un pays comme le Maroc.
Tu te souviens aussi en 2012 lors de la première édition du salon TICAA que j'ai eu à organiser au Sénégal et qui d’ailleurs m'avait valu la médaille d'or de la fédération internationale du tourisme, de la déclaration de son Excellence le Président Abdoulaye Wade lors de la cérémonie d’ouverture au CICES et je le cite : "J’ai toujours nommé des ministres du tourisme sans croire au tourisme mais Thierno Lo m’a convaincu". Il ajouta "Thierno vous allez voir la différence entre un Président qui regarde faire et un Président qui accompagne". Voila ce qui explique en partie le retard de ce secteur stratégique pourvoyeur de devises et d’emplois sans oublier son effet catalyseur sur les autres secteurs économiques.

Mais cher ami Faouzou, il y a aussi la responsabilité des acteurs que sont l'administration et le privé qui sont porteurs du mal le plus partagé en Afrique et au Sénégal en particulier qui est le manque de continuité.
Comment peux-tu admettre mon ami Faouzou que l’on puisse proposer au Président, l’organisation d’un conseil présidentiel sur le tourisme qui ne serait que du piétinement, de la répétition des différentes études qui ont été réalisées et qui donnerait certainement les mêmes résultats que les journées nationales sur le tourisme dont les conclusions sont dans les tiroirs des fonctionnaires du ministère du tourisme et de tous les acteurs qui y ont participé ?

Un diagnostic sans complaisance a été fait par les acteurs et les conclusions furent :
- Assainissement du secteur : lutte contre les résidences clandestines, sécurité du touriste et des sites, gestion de l’environnement, mise en place d’une police touristique avec des moyens conséquents ;
- Classification des hôtels par une commission nationale ;
- Mise en place d'un crédit hôtelier pour le financement du secteur pour de nouvelles infrastructures devant permettre le maintien du niveau des standards ;
- Revalorisation de l’offre touristique ;
- Mettre un accent particulier sur la formation par la décentralisation de la formation hôtelière et l'harmonisation des curricula ;
- Aménagement et développement de sites touristiques dont les études ont été validées ;
- Développement d’un tourisme durable au bénéfice des populations ;
- Mise en place d’un compte satellite du tourisme pour mesurer son apport dans le PIB ;
- Donner une valeur juridique au foncier pour permettre son utilisation comme garantie bancaire aux hôteliers;
- Meilleure implication des collectivités locales et des structures régionales pour le développement de sites touristiques et de la promotion ;
- Réduire la Tva sur les activités touristiques ;
- Organisation d’un salon international du tourisme ;
- Mise en place d'un agenda culturel entre tourisme et culture ;
- Mise en place de bureaux du tourisme au niveau de nos représentations diplomatiques ;
- Et pour finir confier l’aménagement des zones touristiques à de véritables développeurs aux conditions d’investissements les plus favorables.
- Organiser avec bailleurs et Institutions financières une conférence internationale sur la protection côtière ;
- Requalification de la station balnéaire de Sally.

Mon cher Faouzou, nous avions bien lu ces conclusions et nous avions commencé à les mettre en œuvre en commençant à classer les hôtels, en réduisant la TVA de 18 à 10%, en organisant deux éditions de salon du tourisme (SalonTICAA 2010 et 2011).
Nous avions aussi commencé l'assainissement du secteur en luttant contre les résidences clandestines et nous avions aussi doté de moyens la police touristique pour qu'elle puisse jouer son rôle. Nous avions aussi introduit un outil essentiel dans la promotion qui est l'e-tourisme projet que tu as eu l'honneur de piloter. Nous avions aussi mis un accent particulier sur le tourisme sous régional dont le développement devait permettre de détourner les regards vers la zone ouest africaine en développant le tourisme des destinations multiples pour qu’un touriste qui entre au Mali puisse venir à Dakar et vice versa.

C’est dans ce même cadre que nous avions organisé la conférence internationale sur les parcs transfrontaliers pour développer l'écotourisme sans oublier notre intervention lors de la 7éme réunion des ministres en charge du tourisme de l’OCI pour le développement du tourisme religieux.
Pour finir, nous avions mis un accent particulier sur le développement du tourisme intérieur en organisant ce que nous avions appelé la Caravane des Merveilles avec la presse nationale qui devait nous aider dans la promotion pour que les Sénégalais puissent profiter de ces sites magnifiques en dépensant moins et y passer de bonnes vacances.
Toutes ces actions nous avaient valu l’honneur d'accueillir à Dakar l'Assemblée Générale d’ATA (African Travel Association), regroupant des tours opérateurs et investisseurs des USA. Nous avions également commencé la pénétration du marché russe.

Mon cher Faouzou, il me sera très difficile de citer tout ce que nous avons eu à faire et tous les autres projets qui restaient à mettre en œuvre pour relancer définitivement ce secteur. Tu conviendras avec moi qu'aucun conseil ministériel ou Présidentiel ne pourra sortir des conclusions en dehors de ce travail déjà fait par l'ensemble des acteurs et que la chose qui vaille c'est d'assurer la continuité en corrigeant ce qui doit l’être, en innovant. Il faut être généreux avec le Président qui porte une attention particulière au secteur en créant des réformes et des incitations très intéressantes pour le secteur. Il reste aux acteurs de prendre leurs responsabilités et aux fonctionnaires d'arrêter les parcours du combattant qu'ils font faire aux ministres de passage.
Thierno Lo, ancien ministre
Président Alliance pour la Paix et le Développement (APD)






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image