leral.net | S'informer en temps réel

Macky 2012 : Conte de fée ou magnétisme divin ?

Ni Senghor, le père de l’indépendance, ni Cheikh Anta diop, l’homme prodigieux, le tombeur des falsificateurs historiques, entre autres, Mamadou Dia, le fulgurant président du Conseil, la victime expiatoire d’un vaste complot bien orchestré, sans oublier Abdou Diouf, le démocrate, n’ont autant marqué les esprits durant leur époque.


Rédigé par leral.net le Samedi 18 Août 2012 à 15:11 | | 13 commentaire(s)|

Macky 2012 : Conte de fée ou magnétisme divin ?
Pour les nouveaux chantres passés maîtres des complaisances absolues, ces figures de proue, qui ont laissé une empreinte indélébile, sont reléguées au second plan et ne représentent apparemment rien par rapport à un Macky Sall, exceptionnellement un don de dieu, déjà couvert de gloire avant l’heure, pour un bilan pourtant provisoirement maigre, du moins illisible sur le terrain, jusqu’à preuve du contraire.

L’homme est-il donc né sous la bonne étoile que n’importe quel autre sénégalais pour susciter autant d’engouements et de passions déroutantes. Que s’est-il donc passé ? Ce qui est sûr, c’est que derrière cette machine à gagner, se cache une remarquable habileté hautement pensée jamais égalée jusqu’ici dans l’échiquier politique.

Qui est donc Macky Sall ?
Ingénieur-géologue de formation, militant du pds depuis 1988, jusque là, il reste dans l’anonymat total et demeure un inconnu du paysage politique sénégalais. En mars 2000, Abdoulaye Wade accède à la magistrature suprême. De décembre 2000 à juillet 2001, Macky Sall est nommé directeur général de la Société des Pétroles du Sénégal [de droit sénégalais]. Les Etablissements Maurel & Prom et Orchard sont associés à Pétrosen.
De mai 2001 à Août 2003, il est ministre d'Etat, ministre des mines, de l'Energie et de l'Hydraulique. Grâce à la confiance du chef de l’Etat, l’homme bénéficie d’un parcours fulgurant, ministre de l'intérieur (2003-2004). Premier ministre (2004-2007). 2007 : Directeur de campagne du président Wade, candidat à la présidentielle. Il vote par force sans sa pièce d’identité. Les Sénégalais anesthésiés par le culot, n’en reviennent pas.
2007-2008 : président de l'Assemblée nationale. Justement en 2008, commence alors sa descente aux enfers, suite à une convocation du fils du président de la république, en l’occurrence, karim Wade, devant les députés pour une explication sur son action, concernant l’Anoci [Agence nationale pour l'Organisation de la Conférence Islamique] tenue finalement à Dakar en mars 2008.

Macky Sall paya un lourd tribut à ce "crime de lèse-majesté" avec la mise en place d'une loi réduisant de cinq à un an le mandat de président de l'Assemblée nationale. Poussé à la porte, suite à l’adoption du nouveau texte en novembre 2008, il rend le tablier. Il devient un opposant de circonstance et prend" le maquis".

D’ailleurs, la gestion sur les travaux de l’anoci jugée calamiteuse, avait fait l’objet de controverses avec la publication d’un ouvrage particulièrement époustouflant au titre saisissant " Conte et Mécompte de l’anoci" du journaliste d’investigation, Abdoulatif Coulibaly de notoriété publique, bien connu sous l’acronyme ALC. La suite est connue.

Entre ce qu’ils appellent la peste et le choléra, les Sénégalais ne votent pas Macky, mais sanctionnent Wade au soir du 25 mars 2012. C’est la fin du wadisme. Le produit
manufacturé made in wade prend sa revanche contre le maître. Comme tout se tient en politique, la faute se paye cash. "kouy mi ngay yar moley daan"- le bélier engraissé de la bonne graine, décidera, tôt ou tard du sort de son maître. Voilà que chacun son tour chez le coiffeur ! Rebelote, place maintenant à l’éternel trouble-fête !

Comme toujours, les inondations ne dérogeant point à la règle, quelque soit le vainqueur des urnes, elles restent ubiquitaires et impriment sa marque indélébile contre les élites impuissantes, tombées des nues. Les inondations ne font aucune distinction entre wade et Macky. Mais cette fois- ci, curieusement, les mêmes Sénégalais s’accordent à donner des circonstances atténuantes à l’homme du moment. Hypocrisie ou balourdises ? Tout y est. Est pire celui qui voit le soleil, mais ne l’admet pas sous aucun prix.

Les inondations ne comptent nullement et le gouvernement continue ses vacances normales comme si rien n’était. Cela nous rappelle les années des wade pendant lesquelles les populations laissées et lassées pour compte par les inondations monstrueuses avec ses dégâts collatéraux de victimes, ils faisaient le tour de la terre, en dépensant sans compter. Les sénégalais ont-ils donc la mémoire courte ou sont-ils ensorcelés par le talisman imparable ?

Et que dire de ces éminents intellectuels de forfaiture, symboles de la tartufferie, dont figure en première loge, Arona Coumba Ndoffène Diouf, nommé récemment ministre conseiller, pompier de pacotille, en service commandé, changent leurs vestes, en fonction de la météo du moment, se travestissent en mendiants de la charogne, et qui étaient pourtant abonnés absents par leur couardise congénitale, compte tenu de leur insuffisance honorable, car ces mêmes piètres renégats étaient bien logés au chaud, hier, au pays de l’Oncle Sam, parce qu’ayant choisi volontairement d’être déconnectés, pendant que le M23, la cheville ouvrière, subissait les affres de la soldatesque wadienne de service au péril de leur vie ?

Mais où était-il donc, Arona Coumba Ndofféne Diouf en 2007, à quelques jours des élections présidentielles, lorsque Moustapha Niasse, Abdoulaye Bathily, Tanor Dieng, par exemple, étaient copieusement tabassés à coups de gourdins électriques, avant d’être mis dans panier à salade ?

Dans la perspective de prendre des galons supplémentaires, le boulimique, déjà bien servi, puisqu’il est ministre conseiller, a pris goût sûrement sous les lambris dorés du palais, cherche à en avoir un peu plus, en tirant à boulets rouges sur les sentinelles du M23.
Ce que nous disions sur les sorties au vitriol de Iba Der Thiam, suite aux affaires Millicom et la tentative de corruption du fonctionnaire du fmi, est aussi valable pour Arona Coumba Ndofféne Diouf. Voici ce que nous écrivions : « Iba Der Thiam, réquisitionné, professeur émérite dans l’art des mensonges organisés, colmate les brèches après la langue pendue de son maître, pris de panique, craignant le retour du bâton de l’Oncle Sam bien décidé à en découdre avec le Mussolini local. Les faits sont là et têtus. »

Arona Coumba Ndofféne Diouf sait-il vraiment ce que c’est un intellectuel ? Il est mal placé pour donner des leçons au M23.
Un intellectuel n’est certainement pas un ramassis de connaissances mécaniques, abstraites, mais plutôt, une personne dont l'activité repose sur l'exercice de l'intelligence, qui s'engage dans la sphère publique pour faire part de ses analyses, de ses points de vue sur les sujets les plus variés ou pour défendre des valeurs, et qui dispose d'une forme d'autorité.

Aujourd’hui, les mêmes paresseux, transmués en poltrons déclarés, sont subitement plus loquaces qu’ils ne l’étaient et qui n’ont jamais participé à une quelconque manifestation de la Diaspora, surgissent de leurs trous au grand jour, comme si rien n’était, lorsque la table est bien garnie, en brocardant ces jeunes courageux. Non, nous disons que ces gens là, doivent se taire, absolument au nom de la morale, en faisant profil bas, plutôt de s’offrir vulgairement en spectacle, puisqu’ils ne disposent de la moindre fibre d’honneur pour décider du maintien d’un sénat, décrié, inutile et budgétivore au regard du sénégalais libre en toute conscience.

On se met à la jointure du vainqueur à grande pompe publicitaire, tout en se focalisant sur l’iniquité nauséabonde du régime précédent pour se couvrir sous l’habillage d’une fausse bonne gouvernance des mots.

C’est d’autant plus inquiétant pour l’avenir de la démocratie et l’équilibre de l’unité nationale absolument menacée par ceux qui prônent une sainteté de façade, qui ne convainc personne, à l’exception d’une minorité gloutonnée et abrutie par les sinécures de la république. Le comble, c’est qu’une certaine presse apparemment respectable, complice de premier plan, à la recherche du miel, maquille les faits et s’accorde à distiller des mensonges cousus de fil blanc, tente d’atténuer les effets dévastateurs des déluges mortels, admet que le président de la république est si affecté qu’il en est malade. On tombe des nues en entendant de telles âneries gonflées. Ce que l’on refusait à wade que nous ne regrettons nullement, on l’accorde au grand timonier. C’est inacceptable et incongru !

On entend du tout et n’importe quoi. On est dans une république où tout est anormal ou presque. On y perd même son cocc barma. Les flagorneurs encore requinqués par la victoire de Macky 2012 ne manquent ni de piments, ni de culot, ni d’audace pour flatter sans discernement le bienheureux élu à défaut et par dépit. Tenez-vous bien et lisez le discours pitoyable !

Le choc des titres de la presse de l’abondance révulse et nous met dans nos gongs, en réalité, propagandiste, dans son substrat débridé, martèle sans discontinuité : « Pour une bonne stratégie de communication gouvernementale, facteur de promotion du Yonou Yokoute ».
Il y a là un manque chronique de méthode de travail de la part d’une partie de l’apr. C’est une médiocrité affligeante. En matière de bonne gouvernance, point n’est besoin de trop parler, il faut agir sur le terrain. La parole doit être substantielle à l’action tangible, sinon c’est suspect. Or jusqu’à présent, le miracle ne se produit pas, sauf les superlatifs, les propos dithyrambiques à l’égard du bien aimé.

La stratégie des bombes communicationnelles audibles à haut débit relève de ce qu’il est convenu d’appeler dorénavant la pensée mécanique, rappelle bien des temps anciens, pour
ne pas dire une dictature, en arrière plan, tendant à cacher par la ruse une incapacité notoire face à la demande sociale, pressante, en anticipant en aval comme en amont sur un probable échec cuisant bien programmé pour résoudre les problèmes épineux. D’autres illuminés, plus zélés, voire même bornés, enfoncent le clou et déclarent comme Seydou Gueye: "les Sénégalais n'ont pas voté les Assises nationales". C’est bien la stratégie huilée des mensonges organisés médiatiquement et parfaitement. Dire qu’ils prennent les sénégalais pour des demeurés est presque une litote.

Ou S’agit-il alors d’une habileté communicative hors du commun ? Nous pensons que toutes les supputations sont autorisées, car l’ivresse avec laquelle se livrent à coeur joie certains de nos concitoyens aveuglés par le tsunami politique de l’heure, nous dérange dans notre for intérieur.

Les gesticulations hasardeuses, puériles avec ses charrettes de tâtonnements ubuesques nous donnent la mesure d’apprentis sorciers, pris la main dans le sac. Habileté déconcertante ou roublardise démesurée ?

A force de tarir d’éloges pompeux, verbeux et creux à l’égard de l’homme du moment, on verse dans le ridicule. Une attitude singulière sénégalaise, qui n’en pense pas moins de ce qu’il avance, dans l’espoir d’une largesse éventuelle venue du palais.

Quelle mouche a piqué les courtisans, convertis en chambellans dévoués pour Sa majesté née sous la bonne étoile. Que se passera-t-il dans les jours, les mois et les années à venir après l’euphorie ? Ne met-on pas la charrue avant les boeufs ?

Encensements tous azimuts, l’homme providentiel, le messie, le sauveur, le demi-dieu, l’homme le plus populaire, peut être de l’histoire du pays depuis son existence, l’inimitable, l’immortel, la bonne gouvernance « vertueuse et sobre » en marche, bref, il est parfait, rien que des qualités peu crédibles, qui fusent de toutes parts au point que les camériers et les bouffons à la solde du locataire du palais de l’avenue Roume perdent leurs têtes. Si ces pseudos intellectuels à la tête pleine se mettent au créneau et cribler déloyalement le célèbre M23, en le traitant de tous les noms d’oiseau, il y a sûrement le risque d’encourir une grâce écourtée, car la chronique d’une rupture annoncée de Bennoo Bok yakaar, reportée sine die, pour bien des raisons obscures, créera les conditions nécessaires, salutaires, de nouvelles législatives, certainement plus favorables pour les alliés de Macky.

Alors, à ce moment là, la donne changera de camp. Voilà pourquoi le sémillant « doungourou », Arona Coumba Ndoffène Diouf, envoyé aux charbons, prend son bâton de pèlerin pour arrondir les angles. Macky lui-même le sait. Il est assis sur des braises. Il ne prend aucun risque pour en découdre avec ses alliés du moment. Il sera le grand perdant si toutefois il y aura clash. L’apr peut continuer à jaspiner à l’infini, mais il ne pourra pas modifier sa trajectoire. Les hostilités ne viendront pas de lui. C’est ce que nous croyons, à moins qu’il se suicide à scier la branche sur laquelle il est assis.Même le gourou des sectes ne dispose point autant de cette aura auprès de ses sujets. Rien ne manque pas pour glorifier, sans retenue « le Commandeur de l’ordre juste » sur cette terre sénégalaise un peu spéciale. Etrange ! Conte de fée ou magnétisme divin ? La grâce

éternelle semble le poursuivre devant l’éternel. Les communicateurs traditionnels ne sont pas en reste, au contraire, ils sont aux anges et semblent être enivrés par le philtre Macky, devenu le devin extraordinaire, plus qu’un héros de toute l’histoire politique de l’indépendance à nos jours.
Les gesticulations et les effets d’annonce accrochent, envoûtent par son écran de fumée. Pour l’instant, la machine des rapines politiques que rien ne semble arrêter, tourne en plein régime, pour jouer les prolongations d’une grâce hypothétique, car le malaise social pressant, aggravé par les inondations massives et à répétitions, risquent de donner du fil à retordre à un maquillage jusque là intact. Macky 2012 est-il donc un devin, né sous la bonne étoile ? Et Jusqu’à quand ? Qui vivra, verra !
A bon entendeur, salut !
Le combat continue !



Ahmadou Diop



1.Posté par Kemit le 18/08/2012 16:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

HOTEP
Tres bonne analyse,
Autant Arona devrait être gêné de jouer ce rôle, autant Macky doit le rappeler à l'ordre (comme d'ailleurs quand ARONA a eu des propos désobligeants sur la candidature de You), Il représente bien peu pour prétendre a quoi que ce soit, il disait avoir des solutions pour l'énergie avec la tourbe, pourquoi il ne le donne pas à Macky, non c'est juste des pétards mouillés à l'image de tous ces discours aériens que nous servent ces troubadours.
Le M23 a du mérite certes mais beaucoup de ceux qui s'agitent aujourd'hui étaient absents aux heures de lutte, mais cela importe peu tant qu'on travaille pour le peuple.
Continuer la lutte et ne prenez pas la grosse tête.
En attendant Yonu Yokkute wa keur Macky (Nioom gnou ngui amm Yokoute , mou dess sénégalais yi , khawma kagne la gnouy am yokute)
Que Dieu nous assiste peuple du Sénégal et d'l’Afric
Amen

2.Posté par maketbi.com le 18/08/2012 18:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Voila

3.Posté par VERTAFRIC le 18/08/2012 18:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

COMME L'ECRIVAIT MARX, "SEULE LA VERITE EST REVOLUTIONNAIRE"

4.Posté par senerusse le 18/08/2012 22:52 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tree Bonne analyse. He suis choquer on a un president prisonnier de see allies et de ses engagements.

5.Posté par Fafa le 19/08/2012 00:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

MACKY EST UN IMBECILE ,MENONS LA GUERRE CONTRE TOUS SES PROCHE .PAS DE DICTATURE

6.Posté par lolly le 19/08/2012 01:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

BRAVO no comment, c'est bien la première fois que je lise une analyse digne, tout est si bien dit félicitations

7.Posté par Ok le 19/08/2012 04:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Hahaha ouy magui deh Le titre de vaif être ARONA Coumba Ndofféne Diouf le dougourou de Macky

8.Posté par cherif baldé le 19/08/2012 06:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

vous les laudateur de macky je vous demande de bien vouloir arreté cette prostitution politique, vous navé po honte de joué aux griots? c'est enervant a la fin!

9.Posté par bira le 19/08/2012 10:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

macky a trahi son pére wade en s'alliant avec ses vieux zébres comme niass tanor dansokho alioune tine etc................qui l'on pri en otage et le trahiron a la premiere occation

10.Posté par Moussa Sarr le 19/08/2012 11:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je trouve que Arona coumba ndofene diouf s'y prend mal dans ses interventions.Mais cela ne veut pas dire à mon avis,qu'il faut jeter le bébé avec l'eau du bain.Dans toute chose il faut de la mesure.Macky Sall vient juste de faire cinq mois de présidence et on qu'il règle touts les laissés en chantier par Wade.je pense que parmi ceux qui critiquent il y'a beaucoup de gens de l'ancien regime.Eux,ils ne veulent que Macky réussisse.En tout cas,ce que je remarque c'est respecte ses engagementset il veut travailler.Il faut l'aider à travailler.Notre mal au Sénégal est que nous sommes trop braillards.Nous sommes un peuple de l'oral.Si nous voulons atteindre le dévelopement etre un peu plus actif.

11.Posté par Alboury Ndiaye le 19/08/2012 16:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Malheureusement macky sall ne fera pas grand chose pour calmer ses troupes. Un vrai republicain saurait faire la difference entre une vie privee et la republique. On ne peut pas nommer pardon faire elire son griot a l'assemblee nationale, nommer son propre beau-frere et beau pere a des postes de responsabilite et se reclamer republicain. Un republicain ne saurait accepter que le pdt du senat puisse assurer línterim devant le pdt de l'assemblee nationale etant donne que le pdt du senat est nomme et pas elu.

12.Posté par bass le 19/08/2012 21:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Macky ressemble pluto comme un robot teléguidé.Il salit l'image de la nation.On n c pa si c le journal "menteur"l'obs qui dirige ce pays ou pas,à chak fw qu"il publie un article,Macky l'execute.aktuelma les inondations secouent le pays et les ministres en vacances.Thiey Senegal

13.Posté par ngor le 21/08/2012 10:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je suis de tout coeur avec Macky mais retenez que l'APR risque comme le PDS de se voir offrir un regroupement du genre ''génération du concret'' ce qui sera malheureux
faisons attention

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image