leral.net | S'informer en temps réel

Macky Sall : «Je ne suis pas un Président qui prend des engagements qu’il ne pourra pas respecter».

Le prix du carburant pourrait connaitre une nouvelle baisse. Mais elle dépendra de la persistance de la tendance actuelle. Le chef de l’Etat a fait cette déclaration, ce samedi, lors de la cérémonie de remise des 71 véhicules aux transporteurs.


Rédigé par leral.net le Lundi 8 Février 2016 à 12:37 | | 34 commentaire(s)|

Macky Sall : «Je ne suis pas un Président qui prend des engagements qu’il ne pourra pas respecter».
Il n’est pas exclu que le prix du carburant connaisse encore une baisse. Mais ceci dépendra des tendances et de leur persistance. En effet, répondant à l’interpellation du député Diop Sy sur la cherté du carburant, le Président Macky Sall s’est montré optimiste, mais prudent.

«Diop Sy a fait tout à l’heure une demande, mais je ne vais pas y répondre tout de suite. Puisque je ne suis pas un Président qui prend des engagements sous le feu des applaudissements, alors qu’il est sûr de ne pas pouvoir les respecter. Toutes fois, je vous promets que je vais en discuter avec mes services compétents et on verra ce qui est possible de faire pour les jours à venir», a-t-il déclaré.

Selon lui, le prix du carburant qu’on taxe d’être plus cher au Sénégal que chez ses voisins découle de plusieurs facteurs : «Il faut qu’on sache la proportion que les transporteurs occupent dans la consommation totale du carburant. Les gens font la comparaison avec des pays comme le Mali, la Mauritanie où le carburant est moins cher qu’au Sénégal. Mais ils doivent savoir qu’en matière de transport, notre pays est le plus avancé dans la sous-région. Le Sénégal occupe la première place en Afrique de l’Ouest en matière de voieries, a-t-il expliqué.

Le chef de l’Etat de détailler : «Nous avons 15000 Km de routes bitumées, 5200 km de voiries classiques au prix minimum de 3 milliards FCfa le kilomètre. Nous avons aussi 70% du taux de disponibilité en états des routes, 15000 km de voiries classiques, 20 000 km de pistes. Il faut donc un budget colossal et un budget, c’est l’impôt», conclut-il.

Les 71 camions réceptionnés font partie d’un lot de 3000 véhicules que l’Etat va acheter pour les besoins du renouvellement du parc des gros porteurs. Ce projet coûtera la rondelette somme de 250 milliards de FCfa, et va inclure l’implantation d’une usine de montage de camion.

Ousmane Demba Kane






Hebergeur d'image