leral.net | S'informer en temps réel

"Macky Sall Président du Groupe de Contact CEDEAO pour le Burkina : Pour quoi faire ?", Par Ibrahima Sène

Les Patriotes, Républicains et Démocrates Sénégalais auraient applaudi des deux mains à une telle nomination du Président Macky Sall, s’il n’y avait pas le précédent des APE.


Rédigé par leral.net le Samedi 8 Novembre 2014 à 06:16 | | 1 commentaire(s)|

"Macky Sall Président du Groupe de Contact CEDEAO pour le Burkina : Pour quoi faire ?", Par Ibrahima Sène
En effet, l’on se souvient avec indignation, qu’il a fallu que le Chef de l’Etat de Côte d’Ivoire le fasse nommer à la tête du « Groupe de facilitation » dans les négociations sur les APE au sein des Chefs d’Etat de la CEDEAO, pour que le Sénégal, qui a été longtemps à la tête du refus de cet accord proposé par l’Union Européenne, change spectaculairement de position.

C’est ainsi, qu’il a été l’artisan de la capitulation des derniers résistants à l’acceptation des APE, au corps défendant de l’équipe d’experts sénégalais mandatés dans ces négociations.

Ce précédent, conjugué, d’une part, à sa proximité avec le Président déchu du Burkina, et d’autre part, aux liens entre celui-ci et le principal bailleur sénégalais de son parti, resté bloqué à Dakar par la révolution du peuple Burkinabè du 30 Octobre 2014, devraient faire craindre la ré édition contre ce peuple, du coup tordu contre les peuples de la CEDEAO, avec les APE.

Ce coup tordu contre le peuple Burkinabè consisterait à manœuvrer pour imposer la participation des partisans du Président Compaoré, à la gestion de la transition, ouverte par la Révolution d’Octobre du peuple Burkinabè.

Ce serait, le cas échéant, la voie, non seulement à la réhabilitation de ceux que le peuple, par la rue, et au prix de son sang, vient d’éjecter du pouvoir pour s’ouvrir de nouvelles perspectives républicaines , démocratiques et citoyennes, mais aussi, la consécration de l’impunité de ceux d’entre eux qui ont commis de graves délits économiques, ou de crimes de sang.

Comme au Sénégal il n’est pas question que Wade et ses partisans, liés à de graves délits économiques et à des crimes de sang, même démocratiquement déchus du pouvoir par l’expression du suffrage du peuple Sénégalais, soient réhabilités et impunis, il ne devrait pas en être autrement pour Compaoré et ses partisans, chassés par le peuple Burkinabé par la rue.

La France, pour des raisons géostratégiques, a besoin d’un tel coup fourré contre le peuple Burkinabè, après avoir procédé à l’exfiltration de Campaoré et de ses proches vers la Côte d’Ivoire ; de même que l’Union Européenne en a besoin pour sauvegarder le processus de ratification des APE par les Parlements nationaux des Etats de la CEDEAO.

La dissolution, par l’action du peuple Burkinabè, de l’Assemblée nationale de ce pays, plombe, en effet, le processus de ratification des APE, au moins durant une année, en attendant l’élection d’une nouvelle, sans que l’Union Européenne soit sure de l’issue.

Le peuple Burkinabè, en chassant l’Assemblée nationale, donne ainsi aux peuples de la CEDEAO, la latitude pour faire changer d’avis leurs Chefs d’Etat, et si nécessaire, l’exemple de ce qu’il faut faire à cet effet.

Les Patriotes, Républicains et Démocrates Sénégalais sont interpelés pour empêcher que le Président Macky Sall récidive contre le peuple Burkinabè et son aspiration à un avenir républicain, démocratique et citoyen.

L’Afrique et le monde entier nous regardent !
Ibrahima SENE PIT/SENEGAL
Dakar le 7 Novembre 2014






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image