leral.net | S'informer en temps réel

Macky Sall au Club de Paris, crise au sein des cadres de l’Apr, rapports avec les apéristes des Parcelles assainies, Locales… Djibril Bâ, cadre de l’aéronautique civil, dit tout

Cadre de l’aéronautique civil en service à l’Agence des aéroports du Sénégal, Djibril Bâ a la certitude clé en main que le Plan Sénégal Emergent (PSE) aura un impact certain sur la croissance et l’emploi. Responsable de l’Alliance pour la République (Apr) aux Parcelles assainies et président de la Commission «Infrastructures, Equipements et Transports» de la Coordination des cadres républicains membre, il reste convaincu que ceux qui critiquent la décision du président de la République, Macky Sall, de diriger la délégation devant prendre part au Club de Paris, édition 2014, font un mauvais procès au chef de l’Etat. Dans cet entretien accordé à Actusen.com, Djibril Bâ évoque ses rapports avec ses camarades apéristes des Parcelles assainies, les élections locales en vue, entre autres sujets.


Rédigé par leral.net le Lundi 17 Février 2014 à 16:03 | | 1 commentaire(s)|

Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs qui ne vous connaissent pas ?

Je m’appelle Djibril Bâ. Je suis cadre de l’aéronautique civil en service à l’Agence des Aéroports du Sénégal (ADS). Durant mes 20 ans de service à l’Asecna , j’ai participé à plusieurs combats pour l’amélioration des conditions des travailleurs et pour la défense de leurs intérêts, en tant que membre fondateur du Syndicat des cadres de l’aéronautique civile (Sydcas). Je salue au passage mes compagnons d’armes Thierno Alassane Sall , Mor Ngom et Imam Mbaye Niang, pour ne citer que ceux-là.

Président de la commission « Infrastructures, Equipements et Transports »(IET) de la Coordination des cadres républicains (Ccr), je milite aux Parcelles Assainies où je suis le coordonnateur adjoint de la CCR/PA.

Vous sortez d’une rencontre avec le ministre de l’Economie et des Finances en direction du Club de Paris, quels enseignements tirez-vous de la rencontre ?

Tout d’abord, permettez moi de saluer cette belle initiative du ministre de l’Economie et des Finances de partager le Plan Sénégal Emergent (PSE) avec l’ensemble des acteurs de la société (secteur privé, partenaires sociaux, parlementaires, conseil économique…etc.). Cette démarche instruite par le Président Macky Sall au Ministre de l’Economie et des Finances (MEF) est novatrice et gage d’une appropriation certaine du PSE par les acteurs et partenaires qui ne manqueront certainement pas de contribuer à sa réussite.

Pour en venir à votre question, je peux affirmer avec conviction que les cadres de l’Alliance pour la République (Apr) vont s’approprier le PSE qui aura un impact certain sur la croissance et l’emploi. Bien entendu, notre contribution, en tant que cadre, dans l’élaboration du programme « Yoonu Yokuté» est prise en charge dans ce plan.

Ce plan est une vision à long terme du Président Macky Sall de propulser le Sénégal vers l’émergence à l’horizon 2035 autour de valeurs fortes que sont la solidarité et l’état de droit. Le document très bien étudié et présenté par les experts du MEF nous a permis de mieux appréhender les enjeux économiques dans un contexte sous régional marqué par des taux de croissance élevés contrairement au Sénégal peine à dépasser les 5%. D’où l’ambition du PSE de hisser le Sénégal vers un taux de croissance minimum de 8% pour une période de dix ans au moins.

Vous comprenez aussi que, pour atteindre les objectifs du PSE, il est impératif de réunir les conditions préalables (ou les fondements de l’émergence) liées aux règlements de la question vitale de l’énergie, des infrastructures et transports, de l’amélioration de l’environnement des affaires, du renforcement du capital humain …etc

Enfin, à travers des orientations stratégiques bien expliquées s’appuyant sur trois axes, le PSE sera traduit en actions et résultats concrets pour le bénéfice exclusif des populations. Les secteurs ciblés sont en priorités : infrastructures et transports, énergie, agriculture, eau potable et assainissement, éducation et formation, santé…etc sous forme de programmes et de projets structurants. A terme, le Sénégal sera un hub qui assurera un leadership économique, politique et démocratique dans notre espace communautaire ouest africain.

Certains dénoncent le fait que le Président Macky Sall dirige la délégation sénégalaise devant se rendre au Club de Paris, car, d’habitude, c’est le Premier ministre qui allait à pareille rencontre. Quels commentaires cela vous inspire ?

Je pense que c’est un mauvais procès qu’on fait au Président. On devrait plutôt le féliciter pour cette ferme volonté de porter à cœur ce projet. Un aussi important projet, qui sortira définitivement le Sénégal dans sa situation actuelle pour le mettre sur la rampe de l’émergence, a besoin d’être porté par la plus haute autorité du pays, qui cristallise l’espoir de tout un peuple.

Je suis convaincu, comme mon leader Macky Sall, que la réussite du PSE prendra en charge les fortes aspirations des populations et consolidera une croissance inclusive et durable.

Je comprends bien l’attitude de ces gens qui voient toujours du mauvais œil tout ce que le Président entreprend de bon. Ce sont, la plupart du temps, de mauvais perdants qui devaient plutôt raser les murs au lieu d’essayer de jeter le discrédit sur les bonnes réalisations du Président de la République. Ils disaient que Macky renie son programme «Yoonu Yokute». En réalité, comme l’a bien expliqué le Président, tous les programmes et stratégies existants sont en cohérence avec le PSE.

Toutes les politiques de solidarité nationale (Couverture Médicale Universelle, Bourses de Sécurité Familiales, gratuité césarienne…etc) tirés du programme Yoonu Yokuté sont partie intégrante du PSE. La création d’instruments de financement des PME (FONGIP, FONSIS, BNDE) est un signal fort de la part du Président de la République qu’il faut saluer.

Enfin, conformément aux directives des pouvoirs publiques actuels, la mise en œuvre du PSE se fera, dans la plus grande transparence, avec la participation et l’implication de tous les acteurs économiques et sociaux du pays ainsi que les partenaires techniques et financiers du Sénégal.

Macky Sall regrette que les cadres Apr ne montent pas au créneau pour expliquer sa politique. A quoi est due cette situation ?

Rires… ! Ces propos n’engagent que vous. Je pense qu’en toute sincérité, l’engagement des cadres auprès du Président de la République a toujours demeuré constant. Ces derniers ont accompagné le chef de l’Etat, jusqu’ à son ascension au pouvoir par conviction à de fortes valeurs d’équité, de justice, de démocratie …etc. Ils ont contribué à la réalisation et à la vulgarisation du programme «Yoonu Yokuté» au prix d’énormes sacrifices. Ils vont continuer à l’accompagner dans l’exercice du pouvoir pour la réalisation des importantes réformes qu’il est en train d’opérer dans le pays, au bénéfice des couches les plus vulnérables. Je salue ici, au passage, la baisse du prix des loyers, la rationalisation des dépenses publiques, la baisse de la fiscalité sur les salaires…etc. Je tiens à vous rappeler que les cadres ne se limitent pas à la réflexion, pour apporter des solutions aux problèmes qui se posent dans le pays. Ils participent aussi efficacement à l’implantation et l’animation du parti au niveau local, national et international. Ils participent à la création et au fonctionnement des comités de base Apr.

Je suis sûr que notre rôle de sentinelle du parti et du Président va être davantage visible et ressenti à travers le pays. Les jours à venir vous édifiera.

La structure des cadres vient d’être secouée par une dissidence. Quelle lecture faites-vous de ce malaise ?

Nous rendons grâce a Dieu qui a permis à notre structure d’accueillir des cadres sénégalais de haut niveau et dans tous les domaines prêts à accompagner le Président de la République à réaliser l’émergence du pays. Cette vitalité de la Coordination des cadres républicains(Ccr) se traduit dans les débats, en toute démocratie et liberté. Nous prions fortement Dieu de nous préserver de tout mal pouvant porter atteinte à la bonne marche de notre organisation.

Qu’Il raffermisse nos liens pour que, dans l’unité, nous puissions aider le Président de la République à réaliser les engagements forts pris devant les Sénégalais. Tous les camarades sont animés par la ferme volonte d’aider le chef de l’Etat à réussir son mandat et gagner facilement celui de 2017.

Quel appel lancez-vous à vos camarades cadres ?

Je leur dirais simplement de s’armer davantage de patience et de persévérance pour accompagner le Président de la République à réaliser toutes les réformes tant souhaitées pour un Sénégal émergent dans la paix, dans la liberté, dans la justice et dans l’unité des cœurs et des esprits.

Nous avons accompagné le Président de la République, jusqu’à la magistrature suprême du pays, nous lui avons conféré la majorité parlementaire, enfin, j’invite les camarades à redoubler d’effort dans l’unité pour gagner haut la main les élections locales qui s’approchent.

Dans quel état d’esprit préparez vous les élections locales aux parcelles ou vous militez ?

Lors de la dernière célébration de l’anniversaire de notre Parti, notre leader Macky Sall avait exprimé sa ferme volonté de voir tous les responsables de l’Apr travailler main dans la main avec les partis de Benno BooK Yaakar (BBY). C’est dans cette dynamique que notre leader naturel aux Parcelles assainies Mbaye Ndiaye, directeur des Structures du Parti, a pris des initiatives de rencontrer les responsables locaux des partis de BBY. Nous saluons cette belle initiative du Ministre d’Etat qui s’inscrit dans la ligne de notre parti. Je pense que c’est dans l’unité, la solidarité et la discipline que nous arriverons à aider notre Président.

Quels sont vos rapports avec les responsables Apr de votre localité ?

D.B : Nos rapports sont des plus naturels et cordiaux. IL est vrai que sur le champ politique, les ambitions des uns et des autres font naître des rivalités malsaines. Mais moi, je m’efforcerai de prendre toujours de la hauteur, en me disant que le meilleur des hommes est celui qui leur sert le mieux et qui les nuit le moins.

Que répondez-vous à ceux qui disent «Rewmi dafa Macky» ?

Je demanderai aux populations de faire confiance au Président qui est en train d’installer le pays sur les rampes de l’émergence. Nous avons hérité d’un pays qui traversait des crises multiformes et multisectorielles. L’Etat était à genou. Nous étions dans une difficile phase de reconstruction du pays qui exigeait beaucoup d’efforts et de sacrifices. Dieu merci, les choses se mettent petit à petit en place.

Comme vous le constatez, le Président a entrepris d’énormes reformes pour soulager les populations : rationalisation des dépenses publiques, la diminution des prix des denrées de premières nécessites, la couverture médicale universelle, les bourses de sécurités familiales, la baisse sur la fiscalité des salaires, les nombreux programmes de gratuité dans le domaine de la santé, la baisse du prix des loyers et surtout les importantes reformes en profondeur qui porteront bientôt leurs fruits, en termes d’amélioration des conditions socio-économiques des Sénégalais.

Propos recueillis par Daouda Thiam, Actusen.com






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image