leral.net | S'informer en temps réel

Macky Sall, la course en tête - Par Madiambal Diagne

Macky Sall a été plus que la révélation de l’élection présidentielle de 2012. A la surprise générale, il en était le vainqueur. Abdoulaye Wade, candidat sortant, n’en revient toujours pas. Il continue à se demander par où avait bien pu passer Macky Sall pour le surprendre de la sorte.


Rédigé par leral.net le Mardi 24 Février 2015 à 08:15 | | 21 commentaire(s)|

Macky Sall, la course en tête - Par Madiambal Diagne
Quel a été le secret de la réussite de Macky Sall ? L’homme s’est révélé méthodique, obstiné et déterminé pour aller à la rencontre des populations. Macky Sall aura été le seul candidat qui avait visité tous les hameaux du Sénégal entre 2008 et 2012. Il a dormi avec les paysans, les éleveurs, dans leurs cases et leurs huttes. Il a bu de leur eau, s’était mis à leur hauteur, a partagé avec eux leurs soucis, leurs préoccupations et leur désolation. Il avait pu toucher du doigt l’extrême pauvreté dans laquelle les populations rurales vivent. il a promis de faire de son mieux pour les soulager, pour améliorer leur sort en rendant l’écoulement de leurs productions arachidières plus facile et plus avantageux, en leur promettant de pousser les populations du Sénégal à consommer le riz produit dans les rizières de la Casamance et de la Vallée du Fleuve Sénégal.

Mais aussi, le candidat Macky Sall avait promis des infrastructures. Il a promis de réhabiliter des pistes rurales, des routes, des hôpitaux, des cases de santé et autres dispensaires, des ponts, des salles de classe, des puits et des forages. Macky Sall avait donc démarré sa campagne électorale avant ses autres concurrents. Il a sillonné le pays durant trois bonnes années. Pendant ce temps, ses concurrents potentiels avaient la tête à autre chose. Ainsi, avait-il pu se faire connaître des électeurs, nouer des pactes avec eux pour le rendez-vous électoral de 2012.

C’est dans cette foulée qu’il avait décidé de conforter ces acquis, en allant faire le tour du Sénégal durant la campagne électorale de 2012. Il a été le candidat qui s’était le plus déplacé à travers le pays. Les autres candidats, notamment de l’opposition, avaient eux adopté une stratégie qui s’avérera perdante, à savoir rester à Dakar pour mobiliser la rue, dans le cadre d’une contestation de la candidature de Abdoulaye Wade. En décidant d‘aller battre campagne dans les villes et les villages de l’intérieur du pays, Macky Sall aura conforté son avance. Les autres lui avaient abandonné le terrain. Il essuiera au passage des quolibets et des attaques pour avoir rompu le pacte tacite de ne pas battre campagne. Il sera finalement suivi dans sa démarche, mais quelque peu tardivement, par Moustapha Niasse, le candidat de Benno Siggil Senegaal.

En fin de compte, tous les autres candidats avaient fini par battre campagne, plus ou moins. Le plus absurde dans l’attitude des autres candidats a été que, quand bien même ils n’avaient pas battu campagne, ils avaient maintenu leur candidature pour briguer les suffrages des électeurs. De son côté, Abdoulaye Wade lui-même dormait sur ses lauriers. Avant le soir du premier tour de la Présidentielle de 2012, il pensait que le soutien de certains leaders religieux et surtout, les importantes sommes d’argent déversées dans les chaumières allaient lui garantir une réélection au premier pour.

Macky Sall semble reparti pour rééditer le même coup. Au moment où ses autres adversaires potentiels pour la prochaine Présidentielle ont encore la tête à autre chose, Macky Sall fait le tour du Sénégal. Idrissa Seck n’a pas encore réalisé que la Présidentielle au Sénégal ne se joue pas dans les salons feutrés du Saint James à Paris ou sur les pistes de quad dans la forêt de Bandia. Les autres candidats probables du Pds par exemple, sont occupés à se battre, à travers les médias, pour la libération de Karim Wade.

Au parti socialiste, les candidats probables à la candidature contre Ousmane Tanor Dieng, que seraient Khalifa Ababacar Sall ou Aïsssata Tall Sall, ne travaillent pas encore à élargir leur leadership politique local vers d’autres contrées du Sénégal. On peut dire la même chose des responsables politiques comme Abdoulaye Baldé (Ucs) ou Pape Diop (Bok gis gis) entre autres. A moins que tous ces leaders locaux n’arrivent, par altruisme, à fédérer leurs forces politiques au profit d‘un candidat consensuel contre Macky Sall. Une telle éventualité semble absurde.

Il reste donc que Macky Sall continue de dérouler sa stratégie. Tous les mois, il descend dans une contrée du Sénégal. Il inaugure des réalisations, il lance de nouveaux projets, il fait montre d’humilité et de proximité avec les populations. Il parle aux populations, les reçoit, se mélange avec elles et dort dans leurs chaumières. Il s’y ajoute qu’à la faveur de sa position de chef de l’Etat, Macky Sall coupe l’herbe sous le pied de ses adversaires. En Casamance, il va désormais empêcher à un Abdoulaye Baldé de battre campagne sur le thème de l’enclavement, de l’absence de l’Etat central, du manque d’infrastructures publiques ou du supposé désintérêt de l’Etat du Sénégal pour la région naturelle de Casamance.

Les réalisations et les promesses égrenées à Ziguinchor étaient si parlantes que notre confrère de Seneplus.com, Ibrahima Fall, en a déduit que Macky Sall a pris une avance sur ses concurrents. Il reste cependant à savoir si l’avance sera décisive ou pas le jour des comptes. A Thiès, Macky Sall compte aussi faire revivre les chemins de fer et les autres industries comme la filière textile ou celle des produits halieutiques qui avaient mis la clef sous le paillasson. A Mbour, à Saly, à Saint-Louis et en Casamance, il promet de faire revivre le tourisme.

Au Nord du Sénégal, il a déjà rendu effective la réhabilitation ou la réalisation de ponts et autres voies de communication essentielles et s’engage à accroître la production rizicole mais surtout à garantir son écoulement à des prix avantageux pour les producteurs. A Touba et dans le Baol où Abdoulaye Wade et son parti pouvaient encore espérer faire de bons scores, la réalisation de l’autoroute Thiès-Touba et la relance des travaux publics dans la ville de Touba pourraient beaucoup l’aider.

Dans d’autres régions, l’objectif de faire jaillir la lumière électrique partout impactera, à coup sûr, sur le quotidien des populations. Macky Sall a engagé le projet d’électrification «Lumière pour tous». Ce projet, qui va s’ajouter à celui des bourses familiales et de la couverture maladie universelle, devrait participer à soulager les populations. En zone urbaine à l’image de Dakar, les mérites du nouveau pôle urbain de Diamniadio ainsi que les programmes d’habitations sociales pourront également peser sur la balance des électeurs.

Macky Sall semble avoir déjà fait un tour de piste alors que ses adversaires sont encore figés sur la ligne de départ. De toute façon, n’aurait-il pas été auprès des populations à l’occasion de tournées économiques et autres Conseils des ministres décentralisés, qu’on lui aurait reproché d’avoir oublié les populations. Quel fâcheux incident de parcours lui fera-t-il perdre son avance ?

mdiagne@lequotidien.sn






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image