leral.net | S'informer en temps réel

Macky Sall menacé par le syndrome Wade et l’ombre de Y en a marre


Rédigé par leral.net le Dimanche 9 Avril 2017 à 14:53 | | 0 commentaire(s)|

Macky Sall menacé par le syndrome Wade et l’ombre de Y en a marre

Elle est désormais le symbole de leurs revendications. La Place de l’Obélisque de Dakar est au centre de l’attention de ce « vendredi noir ». Peu après la prière dans ce pays laïc à forte majorité musulmane, le mouvement citoyen « Y en a marre » veut mobiliser sur ce lieu historique, une marée humaine de Sénégalais vêtus de tee-shirts noirs pour dénoncer les dérives du régime de Macky Sall. Une mobilisation monstre soutenue, par opportunisme ou convergences de vues, par l’opposition sénégalaise. Par le passé, une manifestation organisée par ce mouvement citoyen avait grandement contribué à la chute de l’ancien président Abdoulaye Wade en 2012. Quand on sait la popularité et la capacité de mobilisation du mouvement, Macky Sall pourrait voir apparaître sur le chemin de la présidentielle 2019, le syndrome Wade et l’ombre de « Yen a marre ».

Un tee-shirt noir, parfois floqué du message « Lu ëppu tuuru » - « trop c'est trop !» en wolof -, un drapeau du pays à la main. C'est le dress-code requis par le collectif « Y'en a marre » aux participants de la grande marche de protestation contre les « actes et [les] points noirs qu'il faut éclairer » dans le régime de Macky Sall, au pouvoir depuis 2012.

Réunir un million de personnes contre les points noirs du régime de Macky Sall

Et pourtant, la manifestation a failli ne pas avoir lieu. Yakham Mbaye, le ténébreux secrétaire d'Etat à la Communication et Secrétaire exécutif de l'APR a tenté jusqu'à la dernière minute, d'empêcher le mouvement de battre le pavé en déposant chez le préfet de la ville, "bien avant" Yen a marre, une autorisation pour organiser à la même heure et au même lieu, une manifestation en faveur du pouvoir. Mais l'autorisation a été retirée à la dernière minute.

Cet après-midi donc, qualifié de « vendredi de tous les dangers », après les sermons des imams et la prière du jour, «Y en a marre » voulait noircir la Place de l'Obélisque, cette place située au cœur de la capitale sénégalaise avec 1 million de manifestants. Du noir pour dénoncer l'emprise sur le pays de ce que le collectif appelle la « dynastie Faye-Sall qui veut transformer le Sénégal en royaume ».

Un appel à la mobilisation qui prend ses racines dans la gestion décriée du président Macky Sall et dans le népotisme supposé de son entourage, notamment de la famille Sall et de la famille Faye, du nom de la Première dame du Sénégal, Marième Faye Sall, épouse du chef de l'Etat sénégalais.

Contexte politique et social difficile

Certains observateurs n'hésitent pas à faire le parallèle avec la famille Ben Ali et Trabelsi en Tunisie. D'autres osent la comparaison et décrivent la Place de l'Obélisque comme la Place  de la Kasbah en Tunisie lors de la Révolution du Jasmin dans le sillage du Printemps arabe, en 2011.

Loin de cette caricature, le défi de la mobilisation est immense pour le mouvement citoyen puisque son appel à manifester équivaut à faire descendre près de la moitié des 2,5 millions de Dakarois ce haut lieu d'histoire où un obélisque érigé en 1960 en haut du Boulevard De Gaulle, commémore l'indépendance du Sénégal.

Pourtant, le risque était grand de voir cette manifestation prendre des couleurs politiques malgré les appels de « Yen a marre » aux manifestants à participer à la marche sans étiquette ni message politique. Mais on voit mal comment faire respecter cette règle au vu du nombre d'opposants qui ont annoncé leur participation à la marche.

Il faut dire que le contexte social et politique n'est pas favorable pour le pouvoir en place au Palais de la République. La marche intervient à moins de deux mois des législatives de juin prochain, répétition générale pour la présidentielle de 2019. L'Alliance pour la République (APR) de Macky Sall va y aller avec l'épine du dossier de l'incarcération de Khalifa Sall, maire de Dakar qu'une partie de l'opposition envisage d'en faire la tête de liste.

Syndrome Wade et ombre du mouvement  Y en a marre

C'est dans ce contexte que le mouvement  Y en a marre comptait tenir sa manifestation. Elle venaitt de recevoir un soutien de taille : celui de l'ancien président Abdoulaye Wade qui a affiché son soutien à la manifestation et a même invité les militants de son parti à y participer. Cet allié de circonstance est pourtant passé à travers les fourches caudines du mouvement.

En juin 2012, alors que l'on prêtait à Abdoulaye Wade un projet de dévolution monarchique du pouvoir à son fils puis un projet de violation de la Constitution pour accéder à un troisième mandat, le mouvement avait organisé une manifestation monstre. Celle-ci a participé à la chute de l'ancien Président qui céda son fauteuil à Macky Sall.

Cinq ans après, l'histoire bégaie et le même scénario semble vouloir se rejouer. Derrière Macky Sall, le spectre du syndrome Wade et l'ombre pressante de Yen a marre.
 
Par Ibrahima Bayo Jr.  (Tribuneafrique)











Hebergeur d'image