leral.net | S'informer en temps réel

Macky Sall ou le piège de la duplicité

Avec la réforme des institutions promise par Macky Sall pour réduire son mandat de 7 à 5 ans, un grand piège s’est refermé sur lui.


Rédigé par leral.net le Mardi 25 Novembre 2014 à 09:32 | | 5 commentaire(s)|

Macky Sall ou le piège de la duplicité
On comprend mieux ainsi les tergiversations de ses partisans face à cette volonté de réduire son mandat. Déjà J.Paul Diaz dont le courage politique n’est plus à démontrer, défendait l’idée qu’entre une promesse électorale et un serment de respecter la constitution, il est évident que le 2e argument est d’un engagement supérieur. Par la suite, son Ministre de la justice vient de déclarer que Le mandat de Macky est de 7 ans. Une évidence selon la constitution actuelle, mais est-ce à dire que l’on nous prépare à un revirement spectaculaire ?

En effet, le problème n’est pas le référendum qui sera largement approuvé pour la réduction du mandat mais cette décision se heurtera au sacro-saint principe de la non-rétroactivité de la loi référendaire. Rappelons que le Conseil Constitutionnel avait approuvé la recevabilité de la 3e candidature du Président Wade estimant implicitement que le principe de la non-rétroactivité ne trouve pas sa place hors du droit pénal et notamment en droit constitutionnel. Et que seule l’élection de 2007 devait être prise en considération dans le décompte des renouvellements du mandat présidentiel, puisque cette élection s’est faite sous l’empire de la constitution du 22 janvier 2001 qui limitait le nombre des dits mandats. Cette interprétation était la logique poursuivie par le conseil constitutionnel car selon le socle commun de toutes les démocraties libérales fondées sur le respect de l’Etat de Droit, une nouvelle disposition dispose pour l’avenir et n’a pas d’effet rétroactif.

Dès lors, comment le même Conseil Constitutionnel pourrait revenir sur cette jurisprudence et accepter cette fois que la loi référendaire soit rétroactive ? Comment l’opposition d’avant pourrait-elle le moment venu défendre le contraire de ce qu’elle fustigeait à l’époque ? Il est vrai que Macky a retourné et caporalisé un grand nombre de ses ténors qui toute honte bue se taisent sur bien des sujets qu’ils pourfendaient (l’association étroite de la famille présidentielle aux affaires publiques, la justice sélective et son corolaire l’impunité pour les transhumants, la mauvaise gouvernance avec les marchés « gré à gré » partisans et les gabegies financières pour les militants, la folie des voyages et célébrations de prestige, etc…).

Mais Macky n’a pas fini de se faire rattraper par ses contradictions et ses trahisons. Il était choquant et paradoxal de voir Macky aller célébrer la réussite du peuple Burkinabé qui a accompli ce que le peuple sénégalais n’a pas pu faire à cause de la trahison : Empêcher A.Wade de se représenter et le chasser du pouvoir ! Les hommes politiques qui avaient préféré aller battre campagne au lieu de continuer à s’opposer avec force à la candidature illégitime et illégale de A.Wade pour le faire partir, acceptant de fait de composer avec sa forfaiture, doivent courber l’échine devant l’exemple Burkinabé.

Macky qui avait émis des réserves sur les résultats des travaux des Assises Nationales et qui s’apprête à opérer des choix sélectifs sur les travaux de la CNRI, risque de se brûler les doigts avec la duplicité habituelle avec laquelle il traite les affaires politiques. En retardant jusqu’en 2016 son référendum, il joue encore avec les institutions, espérant recueillir un large plébiscite qui lui sera bénéfique un an après pour les élections présidentielles probables de 2017.

Mais attention sa bonhomie et ses bonnes apparences ne masqueront pas toujours sa duplicité : Prôner l’Etat de droit et virer comme un malpropre le procureur Alioune Ndao, proclamer partout »je ne protégerai personne » et cautionner les non-lieux de certains nouveaux partisans, accorder des privilèges à son entourage familial et les justifier par le fait que ce sont des acteurs politiques élus(Si Macky n’était pas Président seraient-ils élus ?), débaucher des politiciens véreux et ainsi favoriser la transhumance et nous expliquer que ce sont de braves gens qui veulent travailler pour leur pays, nous chanter Emergence, Emergence, Emergence sur tous les toits dans le seul but obsessionnel de se faire réélire pour un deuxième mandat(la Cote d’Ivoire, le Nigéria, le Ghana… sont largement plus avancés et ne sont pas encore émergents) etc… NON et NON Macky le masque est tombé.

Le temps des règlements de compte avec votre complice Wade sur les « chantiers de Thiès » et autres forfaits ne fait que commencer. Les épreuves à subir ne sont que le retour du boumerang des sales besognes accomplies sans état d’âme pendant votre long séjour à la primature sous Wade que vous avez ingénieusement réussi à faire oublier. La mission divine qui est assignée à votre régime est de réparer les dégâts causés dans la soumission totale avec Wade. Voilà ce qui explique que la rupture ne soit pas au rendez-vous. Comme qui dirait tel maître tel élève.

CHERIF BEN AMAR NDIAYE
Kaadoubitimrew.com






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image