leral.net | S'informer en temps réel

Macky Sall sortira-t-il par la grande porte ? (Par Ansoumana Dione)


Rédigé par leral.net le Jeudi 4 Septembre 2014 à 10:26 | | 13 commentaire(s)|

Macky Sall sortira-t-il par la grande porte ?  (Par Ansoumana Dione)
En fait, c’est une question que je me pose véritablement à savoir si le président Macky SALL va sortir un jour par la grande porte du Palais de la République au même titre que Senghor, Abdou DIOUF et Abdoulaye WADE. Lorsqu’on accède à la Magistrature suprême, après avoir été élu évidemment au suffrage universel, c’est avec tous les honneurs qu’on est accueilli dans la plus haute institution du pays. Mais, au moment de le quitter sur décision du peuple, seul souverain, il faut être vraiment un démocrate, capable d’accepter sans la moindre condition cette volonté populaire, surtout avec les sénégalais, devenus très murs et exigeants en matière d’élection. Présentement, le régime en place peine réellement à apporter les réponses adéquates aux multiples préoccupations des populations sur lesquelles elles se fondent naturellement pour dire si oui ou non le chef de l’Etat devra obtenir un ticket pour un second mandat. Donc, il va sans dire que les prochaines joutes présidentielles risquent de lui être très fatales, si l’on considère le degré de mécontentement noté chez la plupart de ses compatriotes dont votre présent serviteur, Ansoumana DIONE, défenseur des droits malades mentaux errants, totalement bafoués du reste, depuis l’arrivée au pouvoir du président Macky SALL, exactement le 25 mars 2012. D’ailleurs, il est très conscient de cela, de cette situation délétère dans laquelle se trouve le pays, causée notamment par une absence totale de vision de sa part pour trouver de l’emploi aux jeunes qui ont beaucoup contribué à sa brillante élection.

Aujourd’hui, à la surprise générale, le président Macky SALL et son régime, presque aux abois, veulent nous faire croire que notre salut proviendra de son PSE (Plan Sénégal Emergent) comme si nous devons aussi notre existence aux puissances occidentales. Après plus de deux longues années d’exercice du pouvoir, si sa politique était fondée sur une volonté manifeste d’améliorer les conditions de vie des populations, avec tout ce que notre pays dispose maintenant comme ressources de qualité sur les plans : humain, agricole, halieutique, minier, pour ne citer que cela, le Sénégal ne serait pas confronté aujourd’hui à toutes ces difficultés que nous connaissons et qui commencent à inquiéter plus d’un. En vérité, le chef de l’Etat Macky SALL se voile la face. Ce n’est pas en 2015 qu’il avait donné rendez-vous avec ce peuple totalement meurtri en ce moment, pour que nous commencions à espérer vivre dans des conditions acceptables, grâce à ce PSE qui, de toutes les façons, n’a jamais été à l’ordre du jour lorsqu’il parcourait le pays pour conquérir les suffrages de ses compatriotes. Justement, c’est pourquoi, son entourage, déjà bien servi, ne cesse de clamer haut et fort que leur mentor aura forcément un second mandat pour terminer ses chantiers, entamer ses projets ne devraient-ils pas dire, si l’on sait que le président Macky SALL, jusqu’ici, n’a encore absolument rien pu faire de concret en faveur des citoyens. La Couverture Maladie Universelle, par exemple, n’est qu’illusion partout à travers le Sénégal et ce ne sont pas les usagers des hôpitaux qui diront le contraire puisque dans ce domaine précis, ce sont les charrues qui ont été mises avant les bœufs, ce qui pose de réels problèmes de fonctionnement.

En clair, le régime de Macky SALL se trouve dans une situation vraiment délicate, née d’un désir indécis de décocher impérativement un second mandat que le peuple n’est pas du tout prêt à le lui accorder à cause de la non satisfaction de ses préoccupations, jusqu’ici, restées en l’état. Et, je ne pense pas qu’il soit tenté de vouloir prochainement confisquer le vote des citoyens pour s’accrocher au pouvoir puisque dans ce cas, peut-être qu’il l’ignore, le peuple ne se laissera pas faire dans la mesure où, même concernant la réduction de son mandat à cinq, il risque de voir les populations se dresser contre lui au cas où il essaierait de revenir sur son engagement. Alors, il reste évident qu’il va directement vers des affrontements avec son peuple s’il ne se départit pas de cette fausse idée de finition de chantiers pour laquelle il n’a jamais était question, en tout cas, pas dans notre constitution qui n’a nulle part prévu cela. C’est la raison pour laquelle, nous nous posons la question à savoir s’il pourra sortir dans ces conditions, par la grande porte, surtout lorsqu’il oublie lui-même que l’Etat est une continuité et qu’il appartiendra à son successeur qui ne pourra être choisi que par les sénégalais, de poursuivre le travail consistant bien sûr à relever les défis, énormes, pour la satisfaction des besoins des populations. En tout cas, qu’il se tienne déjà pour dit : ce ne sera ni la Police, la Gendarmerie, encore moins l’Armée, nationales, qui sera en mesure de l’aider pour rester au pouvoir et quiconque l’aurait conseillé cela ne lui voudrait qu’un passage à la Cour pénale internationale (Cpi) où vient d’être nommé son actuel Ministre de la Justice, Maître Sidiki KABA.

Seulement, en écoutant le président Macky SALL parler, il ne rassure pas du tout et l’exemple de cette confusion totale créée autour de son actuel mandat en est une parfaite illustration. Aussi, il est au pouvoir pendant tout ce temps mais personne ne sait véritablement s’il félicitera lui-même le vainqueur si quelqu’un parviendra à remporter soit au premier ou au second tour cette élection présidentielle prévue, de toutes les façons, en 2017. Mais, pour quelqu’un incapable jusqu’ici de trancher une bonne fois pour toute, le débat sur ses propres engagements, comment pourrait-on espérer de lui une telle chose sur ce sujet extrêmement important quand bien même il sait parler du respect de la volonté populaire. En clair, nous ne voyons pas encore en lui un vrai démocrate si l’on considère les nombreuses interdictions de manifestations pacifiques, entre autres, pourtant garanties par la Constitution mais, nous sommes pas également pessimistes quant à sa capacité de dépassement pour éviter à notre cher pays, ce qu’a pu réussir ses prédécesseurs dont Abdou DIOUF et Abdoulaye WADE.


Ansoumana DIONE

Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (AASAMM)






Hebergeur d'image