Macky Sall sur la récurrence des accidents de la circulation – « Nous avons atteint les limites de la tolérance »

Le président de la République Macky Sall a encore une fois haussé le ton hier à Saint-Louis après l’accident qui s’est produit sur la Rn2 et qui a fait 15 morts sur le coup et 8 blessés dont les trois ont rendu l’âme. « Nous avons atteint les limites de la tolérance », a lancé le chef de l’Etat qui a annoncé un certain nombre de mesures pour y mettre un terme dont l’arrêt de la mise en circulation des vieux véhicules.


Rédigé par leral.net le Mardi 7 Mars 2017 à 09:10 | | 0 commentaire(s)|

C’est en pleine cérémonie de levée des couleurs que le chef de l’Etat a présenté ses condoléances les plus attristées au peuple sénégalais et a haussé encore une fois, le ton et dénoncé le nombre important de morts sur les routes sénégalaises du fait des nombreux accidents de la circulation.


« Cet accident qui a encore mis en cause un car de transport public et un camion-citerne de transport de carburant montre qu’on a dépassé les limites en matière de tolérance. Et le moment est venu de prendre toutes les mesures que requiert la situation d’une part vis-à-vis du parc automobile sur la nécessité de procéder momentanément au retrait de la circulation de tous ces véhicules qui présentement ne devaient jamais disposer de visite technique leur permettant de circuler et de transporter des personnes.

Revoir ces visites techniques avec une rigueur extrême, revoir avec les professionnels du transport, les transports eux-mêmes, les chauffeurs à travers leurs associations et l’administration, les modalités de repassage ou alors les modalités de formation momentanée des conducteurs afin de rappeler les dispositions pertinents du Code de la route », a souligné Macky Sall.

Le chef de l’Etat a aussi fait savoir que d’autres mesures seront prises dans le sens d’éviter ces accidents récurrents dont l’élargissement des corridors de la route constituant le corridor Dakar-Bamako. « D’autres mesures seront prises car cela ne peut pas continuer », a martelé le président de tous les sénégalais qui considère que la route est tellement dangereuse que les populations ont peur de la prendre parce que pouvant y laisser leur vie et cela n’est pas acceptable ».

Thierno Malick Ndiaye avec le Quotidien