leral.net | S'informer en temps réel

Macky et le Ps : Je t’aime, moi non plus !

MACKY doit bien se rendre à l’évidence : toutes ses manœuvres et roublardises orchestrées contre le PS pour le ravaler dans ses derniers retranchements, et le pousser à claquer la porte d l’Alliance BENNO BOK YAAKAR se sont soldées par un échec cuisant.


Rédigé par leral.net le Jeudi 2 Juillet 2015 à 08:57 | | 9 commentaire(s)|

Macky et le Ps : Je t’aime, moi non plus !
Lorsque le débat sur la responsabilité conjointe de tous les partis membres de l’Alliance par rapport au bilan de MACKY s’est posée avec tellement d’acuité qu’il s’en est suivi une polémique due aux déclarations de certains responsables du PS a atteint des proportions polémiques, le porte parole de ce parti a fait une sortie des plus officielles dans un milieu qui ne s’y prêtait guère-mais qui est aussi une arène tout comme l’arène politique-pour déclarer clairement que le PS était aussi comptable du bilan de MACKY, closant par la même occasion ce débat futile qui a failli précipiter leur départ de BENNO.

Avec les manœuvres à l’Assemblée Nationale l’APR et ses penseurs politiques croyaient avoir trouvé cette fois-ci la provocation parfaite pour aboutir à la rupture : ils ont été phagocytés dès le début de leurs manœuvres sournoises, avec la signature du député Cheikh SECK, le plus fidèle et zélé serviteur de TANOR au sein du PS. Ils ont suivi l’APR jusqu’au bout de sa logique, en votant presqu’à l’unanimité le projet de loi !

A part la ligne du renouveau du PS et ses représentants au sein de l’hémicycle tout le reste de la troupe a appliqué à la lettre la consigne du très discret et effacé TANOR, l’absent le plus présent de la scène politique, redoutable stratège politique dont le sang froid et la maîtrise du landerneau politique ne souffre d’aucune contestation. Sans parler et sans agir en pleine lumière, il a par le vote des députés du PS à l’Assemblée nationale, retourné la balle de l’APR contre elle même : la rupture consécutive au départ du PS ne sera pas causée par ces manœuvres d’apprentis trotskistes dépassés et totalement amortis.

Celui qui s’est couvert de ridicule et qui doit être encore plus petit dans ses souliers en regardant l’allié PS, ce sont surement les théoriciens de cette parodie de loi.

Ils désirent que le PS s’en aille, mais TANOR et ses affidés ne partiront par eux-mêmes que si véritablement MACKY lui même pose un acte qui le discréditera suffisamment aux yeux de l’opinion publique pour faire sortir le PS de ses gonds.

Les petites querelles stupides des caciques de l’APR à l’Assemblée nationale ont été vite tournées en ridicule par les responsables du PS au gouvernement. Pour les invectives et la polémique, le mouvement JDS monte au créneau ; cela suffit largement.

Cette loi n’aura donc été qu’une tempête dans un verre d’eau, mais le verre d’eau de MACKY est le plus important de tout le SENEGAL.

Il est donc temps qu’il change de stratégie, au risque de se retrouver en position de victime ne pouvant ne prévaloir de ses propres turpitudes.

Sa récente sortie nous a permis de savoir qu’il était loin d’être prêt à trancher la question de son mandat. Il faut lire aussi à travers son rendez-vous pour 2016 en ce qui concerne son mandat, qu’il s’agit là d’une relance adressée subrepticement au PS pour lui dire entre les lignes qu’il sera avec lui encore plus loin, au risque de se décrédibiliser.

Comme cela le PS ne pourra pas, à un an des élections, se départir de son image d’allié coresponsable de la gestion des affaires de ce pays, et donc effectivement comptable comme il l’a avoué, de son bilan.

Cette fixation sur le PS dont il craint si fort la capacité de déstabilisation et de mobilisation qui pourrait lui être fatale, cette fixation névrotique je dis coutera à MACKY surement sa réélection. YOUSSOU NDOUR a dit dans une de ses chansons que si vous croyez que votre avenir est entre les mains de quelqu’un au point de lui donner la place qui revient à DIEU, notre Seigneur vous laisse avec lui et vous regarde vous engluer dans vos problèmes .

MACKY devrait méditer ces sages paroles, et cesser de croire que son pouvoir ne peut lui échapper qu’avec le départ du PS.

Il a certainement raison de s’accrocher à son puissant allié de l’heure ; le PDS n’est pas mort, il est juste affaibli, comme Samson privé de ses cheveux.

Simplement, c’est manquer de courage que de croire qu’il n’a aucune chance de se faire réélire, parce qu’il a peur d’avoir en face de lui un front multiple animé par le PDS, le PS et IDY, autour de qui s’élabore une coalition en gestation potentiellement puissante.

Quand on ne sait pas où l’on va, on retourne d’où l’on vient.

En diabolisant le PDS pour l’enterrer définitivement dans la foulée de son accession au pouvoir avec un esprit revanchard, MACKY a, comme l’initié qui avait prêté serment avant de le violer en chemin, MACKY disais je à oublié dans l’instant tout ce qu’il a vécu avec ses ancien frères libéraux. Il a oublié leurs séjours dans de hauts lieux spirituels où d’éminents dignitaires acquis à leur cause et attentifs à leurs complaintes au plus fort du règne d’IDY avaient décidé de les soutenir, de les appuyer et de plaider leurs causes. Jusqu’à ce qu’ils obtinrent ce qui leur permit, lui en premier d’être là où ils sont aujourd’hui.

Si aujourd’hui certains parmi les cercles d’amis d’alors sont avec lui, le reste de la troupe fidèle à Me WADE et déçu par sa conduite ont choisi de mener le combat dans le PDS, pour la libération de KARIM WADE, et pour le retour au pouvoir de leur parti, ou pour le faire partir, en causant son échec aux prochaines élections. La revanche de Samson.

Cette situation ne peut être dépassée que si véritablement les acteurs politiques représentatifs de ce pays se rappellent que c’est pour servir leur pays qu’ils se sont engagés en politique, et que la préservation de nos acquis politiques passe par un dialogue sincère et constructif.

Le SENEGAL ne manque pas de médiateurs capables d’y inviter tout le monde. Avant qu’il ne soit trop tard. Car la phase de cristallisation contre les manœuvres politiciennes et antidémocratiques de MACKY va être bientôt atteinte. Ce n’est pas en brulant le pays que MACKY aura un second mandat.

Le langage de vérité qu’il a instruit aux chargés du secteur de l’Energie de tenir au peuple sénégalais, c’est de lui qu’on l’attend vis-à-vis de tous les sénégalais.

La couardise, l’hésitation et la dispersion aboutissent à un désordre potentiellement lourd de conséquences. Surtout si elles peuvent générer la provocation de trop, comme un certain 23 juin.

Les conseillers politiques de MACKY qui lui ont « vendu » cette stratégie ridicule et puérile contre le PS devraient désormais être mis à l’écart, si vraiment il souhaite que les sénégalais l’écoutent et le soutiennent.

C’est cela la finalité de toute action politique, je crois. Rencontrer l’adhésion des masses, obtenir leur confiance et s’imposer, avec brio.

Ce n’est pas en écartant des adversaires potentiels sur la base de calculs politiques inopérants qu’il y parviendra, au contraire. Les locales et ce qui s’est passé à DAKAR devraient lui servir de leçon, mais que nenni.

MACKY retombe toujours dans ses travers, parce qu’il oublie surement qu’il doit préférer un ennemi malin (le PS fin politique et grand parti républicain) à ses amis sots (ses têtes pensantes politiques et ses communicants farfelus genre MBOW CISSE LO Me WAR et leurs autres comparses).

Cissé Kane NDAO
Président de l’A.DE.R







Hebergeur d'image





Hebergeur d'image