leral.net | S'informer en temps réel

Macky et les trois Mousquetaires : Tanor, Niass et Djibo

Ce trio a une valeur de trois Républiques. Car ils sont témoins et acteurs de l’histoire politique du Sénégal depuis les indépendances. Du Président poète, Senghor, à Wade en passant par Diouf, ces hommes politiques que certains analystes assimilent à des monstres ont été permanents dans la gestion des affaires de la cité tantôt au pouvoir tantôt du coté de l’opposition.


Rédigé par leral.net le Mercredi 21 Octobre 2015 à 16:53 | | 12 commentaire(s)|

Mais, pour une première fois dans l’histoire de notre Sénégal, on assiste à un schéma atypique. Le Président Macky parvient à réunir trois dinosaures au sein d’une même coalition pour faciliter sa réélection en 2017 et, par la même occasion, créer des conflits internes au sein de leurs partis respectifs : c’est le clash entre Gackou et Niass. L’AFP accouche de façon prématurée du Grand parti. Tanor fait dans le clair obscur pour échapper aux critiques acerbes des jeunes socialistes qui n’imaginent pas des élections présidentielles sans une candidature du Parti socialiste. Et, enfin, Djibo Kâ fait un acte d’allégeance à Macky en lui offrant son parti bien vrai que le poids politique de L’Urd reste faible et presque nul.

Le Président Sall peut donc compter sur ces trois mousquetaires pour animer le débat politique. Seulement, ces mousquetaires ont des limites. Ils perdent progressivement leurs forces de mobilisation à un rythme où l’on peut voir leur déclin proche… si proche. A force de flirter avec tous les régimes, ils ont fini par perdre leur crédibilité et leur légitimité. Ce qui fait qu’aujourd’hui, s’ils sont impliqués dans la gouvernance du Président Macky, demain, ils seront incapables de critiquer une gestion à laquelle ils ont publiquement participé. C’est le piège « Mackyavélique » dans lequel ils sont pris.

senegal7.com







Hebergeur d'image





Hebergeur d'image