leral.net | S'informer en temps réel

Macky, un Président sur la route d'un seul mandat, à la merci d'un entourage sans âme...


Rédigé par leral.net le Vendredi 26 Décembre 2014 à 09:04 | | 16 commentaire(s)|

Macky, un Président sur la route d'un seul mandat, à la merci d'un entourage sans âme...
Comme pour la plupart d'entre "les réformateurs", initiateurs d'un courant de pensée qui se veut très vigilant et profondément engage dans la defense des valeurs républicaines, le Ps ne voit pas Macky sur la voie de la réélection dès le premier tour sauf exception. Croyez-moi, les socialistes n'ont pas tort : Macky n'a ni un entourage à la hauteur du défi ni les cadres qui animent et fidélisent la base électorale encore moins une bonne communication.

De ce fait, très enclin a rassurer Macky sur l'obtention d'un second mandat, cet entourage du Président doit se ramollir et comprendre que la défaite de leur candidat, dès le premier tour de la présidentielle, souffle avec insistance tel un vent chaud et sec !

Les points de repère se multiplient chaque jour qui passe et se répètent au point de voir plusieurs militants de l'Apr prendre leur distance face à l'égoïsme, a l'incompétence politique et aux récurrentes querelles de borne fontaine dans le parti.

En plus, non seulement ces proches de Macky Sall l'éloignent de la base et de l'électorat. Mais aussi, de l'avis du Ministre Mame Mbaye Niang, au lieu de travailler, ils courent derrière des prébendes. Et ils sont nombreux a agir ainsi.

Aussi, peu expert et sans avenir politique, cet entourage est connu. Il est à retrouver au palais sous la direction de "stratèges sans stratégie aucune", à l'Assemblée nationale sous la coordination de "sans lois aux propositions maladroites", et dans la polémique médiatique sous la conduite de "porte-voix sans voie".

A y regarder de plus près, aucun d'eux n'a une base politique ou sociologique. Aucun d'eux n'est capable de gagner une élection là où il habite malgré leur proximité avec le President Macky Sall ou leur vécu dans l'histoire démocratique du pays. Aucun d'eux n'a le profil d'un rassembleur et n'a la stratégie qu'il faut au Président Macky et a l'Apr pour tenir une communication qui rendrait imposant l'actuel régime.

Tout au plus, leur comportement ouvre, au Président Macky Sall, trop de fronts : Y'en a marre, Pds, Karim, Idy, Baldé, Ps, Khalifa, une partie de l'Afp, Cisse Lo, Abc, Mimi, Amnesty International... Et cela impacte terriblement sur le fonctionnement de l'Apr qui, de plus en plus, s'identifie dans la division et les écrans de fumée.
Cette posture de l'Apr se découvre aussi dans ce que j'appelle l'illusion BBY. C'est une coalition qui n'a jamais existe. Au fond, elle n'est qu'un vernis pour certains de se refaire une bien meilleure image auprès de l'opinion.

Évidemment, le soutien que promet Niasse a Macky Sall n'a aucun sens, mais la position du Ps est tout à fait justifiée. C'est le peuple qui n'élit pas les militants !

Soit l'Afp se fond dans l'Apr. Soit, les progressistes cessent de jouer aux loyaux ou loyalistes. La loyauté en politique, c'est véritablement quand on prend la responsabilité d'être définitivement avec quelqu'un. Ce n'est pas par séquence.

L'Afp sait qu'elle n'est plus porteuse de projet qu'elle joue en se donnant les moyens de sa survie. Sur le terrain politique, le parti de Niasse ne mobilise plus et est comme les partis de gauche, insignifiants auprès de la jeunesse et des femmes. Contrairement au Ps qui a fait le pari de défier publiquement Macky tout en étant avec lui pas pour lui.

Cela n'est pas un fait nouveau et s'est vérifie dans les dernières élections locales et la première de l'acte III de la décentralisation qui se révèle en un redoutable et un véritable échec.

C'en ainsi pour la promotion de l'emploi. Les jeunes ont du mal à avoir du travail et les entreprises se meurent étant entendu que l'âme de notre économie est entre les mains des entrepreneurs étrangers.

Ainsi, quand on a un parti sans assise, des alliés qui vous défient, des alliés qui disent vous soutenir et qui pour rien au monde ne vont se fondre dans votre parti, des opérateurs économiques qui ne se retrouvent plus dans les plans de passation de marche, une jeunesse qui croule sous le poids du chômage endémique, des mairies qui marchent tout droit vers la cessation de paiement, l'idée de voir au Sénégal le premier Président perdre le pouvoir au terme de son premier mandat ne doit surprendre personne.

Trop de jeux entourent donc Macky. L'heure est maintenant pour ce a quoi nous militons : la reprise en main des choses et des reformes sans complaisance au cas ou le Président voudrait rempiler.
----------

Issa Thioro Gueye, membre du courant de pensée "les réformateurs".






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image