leral.net | S'informer en temps réel

Macron et la deuxième Révolution Française (Par Ahmad Khalifa Niasse)


Rédigé par leral.net le Mercredi 10 Mai 2017 à 14:39 | | 0 commentaire(s)|

La France, esclavagiste (crime aussi abjecte que la Shoa) et colonisateur, possède, tout de même un génie : celui d’être en avance sur son temps. A l'époque, l’Europe n’était qu’une succession de royautés, voire d’empires.

La France fut la première à faire sa révolution contre le fait établi. Elle créa la première République des temps modernes avant d’être suivie par le monde entier ou presque.

La démocratie est sortie des flancs de la République avant d’être une réalité dans les monarchies séculaires telles que le Japon, l’Angleterre ou les pays nordiques. 

Aujourd’hui, c’est l’élection d’Emmanuel Macron, l’enfant des Rothschild qui n’ont pas fait que lui mettre le pied à l’étrier. Ils lui ont donné un cheval !

Sa prestation de serment devant une pyramide, les mains tendues vers le haut, comme vers la constellation d’Orion, sont des faits qui ne trompent personne.

Toutefois, la France a compris que les structures politiques sous forme de partis sont dépassées.

Les partis politiques, en tant que moyens d’expression des citoyens, ont atteint leurs limites. Ce sont des intermédiaires inutiles et constituent des mini dictatures républicaines en plus d’être des viviers pour la corruption. Le népotisme(Fillon) est même plus prés de nous. Sans oublier la violence larvée aussi bien physique que verbale.

Rien que chez nous, la dimension morale se trouve à plusieurs degrés sous le zéro. Avec des super Parlementaires qui profèrent des injures publiques à travers les média. Et dont l’« ignardise » est telle qu’ils ne savent pas qu’en insultant une seule personne à la télévision, c’est tout le peuple sénégalais qu’on insulte.

L’A.P.R, la première, doit mourir de sa belle mort. Surtout que les soubresauts du mourant sont son seul signe de vie. Ne parlons pas des partis dont les leaders ont déjà une réservation confirmée à l’Hôtel de Trépas.

Désormais, le leader doit créer un mouvement populaire qui le portera au pouvoir, se libérant, ainsi, de la situation d’otage. Tel que notre Sérère de naissance,  no mbadda  d’obédience.

Depuis toujours, les révolutions se sont bien exportées. La Fayette aux USA, Lawrence d’Arabie(Anglais) en Arabie…………….

Quel Macron pour le Sénégal ? Nous ne voulons, de toute façon, d’aucun de nos simples porteurs de macarons.
 
   








Hebergeur d'image