leral.net | S'informer en temps réel

Magouilles à partir de la caisse d'avance de la mairie de Dakar : L’autre scandale éventé par la section de Recherches en 2012

Ce n’est pas la première fois que des malversations présumées sont découvertes dans la gestion de la Caisse d’avance de la mairie de Dakar. Incarcérés en même temps que Khalifa Sall, le Coordonnateur de l’Inspection générale des services municipaux, Amadou Moctar Diop, et le Directeur administratif et financier de la mairie de Dakar avaient été cueillis courant 2012 par la Section de Recherches.


Rédigé par leral.net le Mardi 14 Mars 2017 à 13:08 | | 0 commentaire(s)|

Y a-t-il eu un précédent à la mairie de Dakar où Khalifa Sall a été inculpé et placé sous mandat de dépôt pour détournement de deniers publics sur fond de faux et d’usage de faux? Des sources autorisées l’affirment à Libération et précisent que c’est la Section Recherches de Dakar qui avait éventé le scandale financier courant 2012.

L’affaire ressemble, sur plusieurs points, à celle qui vaut des déboires judiciaires à Khalifa Sall. Mieux ou pis, on y retrouve deux des responsables arrêtés en même temps que le maire de Dakar : Amadou Moctar Diop, le Coordonnateur de l’Inspection générale des services municipaux et Mbaye Touré, le Directeur administratif de la mairie, qui occupaient déjà les mêmes fonctions à l’époque. L’histoire s’est-elle répétée ?

On peut le croire et se demander comment Khalifa Sall a-t-il pu commettre les mêmes errements, lui qui avait été sollicité à l’époque par les gendarmes et entendu comme témoin par le doyen des juges, Mahwa Sémou Diouf en ce moment - dans le cadre de ce dossier qui concernait la gestion de son prédécesseur, Pape Diop.

C’est en épluchant un rapport d’audit de l’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP) que les enquêteurs de la Section Recherches mettront à jour la supercherie financière. En effet, les auditeurs avaient mis en cause des curiosités par rapport au marché N° F-01-2008 portant sur l’achat de denrées alimentaires notamment de riz parfumé.

Sur les documents, le marché avait été attribué à un nommé Cheikh Ahmadou Sall, un commerçant qui sera inculpé, pour un montant minimum de 150 000 000 FCFA et maximum de 200 000 000 FCFA. Les auditeurs notaient que « le prix facturé à la ville de Dakar est de 325 000 FCFA par tonne de riz parfumé alors que le prix du marché se situait, à cette époque, à 296 000 FCFA la tonne de riz parfumé simple (y compris la subvention de 35 000 FCFA payée aux importateurs par l’Etat) et 308 000 FCFA la tonne pour le riz parfumé de luxe (y compris la subvention de 48 000 FCFA payée aux importateurs par l’Etat) ».

L’enquête confiée aux enquêteurs de la Section de Recherches allait montrer que le marché en question était du toc. Comme dans l’affaire qui secoue actuellement la mairie de Dakar, ces fausses commandes permettaient de pomper la Caisse d’avance en vidant le compte 6499 où étaient logées les « dépenses diverses ».

Quand l’histoire se répète ! Selon nos informations, les gendarmes ont même effectué à l’époque une descente à la ville de Dakar pour mettre la main sur les documents relatifs à ces dépenses.

Le commerçant interrogé, avait avoué avoir été sollicité pour couvrir la magouille non sans mouiller Mbaye Touré et Moctar Diop qui seront placés en garde- à-vue et présenté au...doyen des juges qui les placera sous contrôle judiciaire. Décidément, l’histoire se répète terriblement avec presque les mêmes acteurs, à quelques exceptions près !

Libération










Hebergeur d'image