leral.net | S'informer en temps réel

Mais à quoi sert la démocratie sénégalaise ?

« Je ne comprends qu’une chose à la politique : La révolte !» Gustave Flaubert


Rédigé par leral.net le Vendredi 16 Août 2013 à 09:49 | | 0 commentaire(s)|

Mais à quoi sert la démocratie sénégalaise ?
Le Sénégal est le pays des révolutions inachevées, le pays de la forme inaccomplie, c’est le pays du « bu fi yemoon sax mu neex ».

Il n’est certes plus la seule vitrine de la démocratie en Afrique comme il était présenté au début des années 90. On a finit de dire et d’écrire que cette vitrine est craquelée. Mais malgré tout ce bémol et nonobstant la crise casamançaise, le Sénégal reste une démocratie reconnue. Il reste à se demander si elle une démocratie sociale égalitaire ? Que la réponse soit littéralement affirmative ou non, le Sénégal est tout de même une démocratie. Mais pourquoi cette démocratie peine à nous sortir du « sous-développement » ? (Je persiste à parler de sous-développement)
Quoi qu’il en soit le Sénégal est un pays doté d’une insolente stabilité en Afrique, un pays qui a connu des moments de soubresauts critiques, mais un pays qui s’en est toujours sorti « miraculeusement ». Les Sénégalais auront fini de croire qu’ils sont bénis de Dieu. D’ailleurs, cette manie à bomber le torse, à se croire plus beau que l’on est, vient entre autres sources, de cette insolente stabilité.
Dès 1962, deux ans après la fameuse indépendance, une grave crise surgit au sommet de l’Etat. Une crise présentée naïvement comme un problème de bicéphalisme au sommet de l’Etat, dont les conséquences restent vivaces encore aujourd’hui. D’un strict point de vue des orientations nationales et des valeurs qui fondent un pays, le Sénégal ne s’est pas remis du conflit d’orientation qui a opposé Léopold Sédar Senghor et Mamadou Dia. Les deux grands hommes auraient pu faire un tandem remarquable. Le mariage entre l’organisation et la méthode de Senghor et le socialisme autogestionnaire de Mamadou aurait peut-être pu développer ce pays. Mais jamais cette fracture n’a été perçue comme une catastrophe nationale. Le Sénégal a « préféré » Léopold Senghor à Mamadou Dia comme la France a choisi Descartes au détriment de Pascal, toutes proportions gardées. Les Sénégalais ne sont pas des romantiques, de grands rêveurs devant l’éternel. Ils sont d’un réalisme étonnant. Un réalisme moralement dérangeant.
1968, le pays frôle la catastrophe avec la crise socio-éducative dont « le point d’orgue » fut la grève des étudiants et des syndicats de travailleurs. Le chef d’Etat major de l’époque, le général Jean Alfred Diallo n’a pas voulu faire tirer sur les étudiants. La crise avait atteint un tel point que le président Léopold Sédar Senghor a failli quitter le pouvoir. Lisez à ce sujet le témoignage de Magatte Lo dans « Le Sénégal sous Abdou Diouf » des historiens Mamadou Diouf et Momar Coumba Diop, c’est à la page 43. L’orgueilleux Senghor craignait l’humiliation d’un coup d’Etat militaire ou une grande révolte civile qui pourrait l’emporter. Cependant Mai 68 n’a pas aboutit à une « révolution » politique. Allez savoir pourquoi !
1980 fut l’année de la grande grève du SUDES (syndicat unique des enseignants du Sénégal). Un mouvement qui a cueilli à froid le technocrate Abdou Diouf qui venait d’être adoubé par Léopold Senghor. Ce dernier avait senti l’impopularité et a génialement évité la sénilité politique en se retirant tranquillement à Versons en France. Plus tard l’avocat Abdoulaye Wade n’aura pas tiré les leçons du geste senghorien. Les années 80 furent aussi le témoin d’un bouillonnement socio-religieux sans précédent au Sénégal avec le renouveau du mouridisme et l’émergence d’un islamisme militant. Mais cette affaire-là resta sans suite politique notable. Elle n’a nullement aboutit à une remise en cause du contrat social et de la république laïque.
En 1988, le régime d’Abdou Diouf fut ébranlé par une grave crise socio-politique consécutive au contentieux électoral provoqué par la violente contestation de l’élection présidentielle de la même année. Le Sénégal a frôlé le bain de sang. Des voitures ont même explosé à Dakar. L’armée était sur le point de sortir de son grand silence. Le système éducatif en a souffert par une grave instabilité qui aboutit à une « année blanche ». Mais Abdou Diouf parvient à décrisper la situation en acceptant de former « un gouvernement de majorité présidentielle élargie » qui a vu l’entrée de l’opposition significative avec à sa tête Me Abdoulaye Wade. Encore une fois l’irréparable à été évité in extrémis. Mais c’était le début de la fin du régime de Diouf. Le feu qui couvait encore a continué à consumer et s’est étendu jusqu’aux événements du 16 Février 1994. Ce jour-là, la ville de Dakar a connu des actes d’une violence inexplicable à la suite d’un meeting organisé par la CFD (Coordination des forces de l’opposition). Six policiers furent tués, les leaders de l’opposition et le marabout Moustapha Sy furent emprisonnés. Il s’en est suivi une répression sans précédent dans les rangs des Moustarchidine Wal Moustarchidat. Ces années ont correspondu à la dévaluation du franc CFA et au plan de rigueur économique Sakho-Loum. Un cocktail explosif qui emportera Abdou Diouf plus tard.
En 2000, la fameuse année 2000 dont la prospérité fut naïvement prophétisée dès les années 70 par des chansons populaires, il y eut la grande alternance politique consécutive à une élection présidentielle très redoutée par les observateurs qui craignaient à juste raison une explosion de violence. Mais, comme d’habitude, tout s’est passé dans la paix. Abdoulaye Wade arriva au pouvoir après 26 années d’opposition, aidé en cela par une « gauche classique » qui a théorisé et organisé « la révolution nationale démocratique » pour accompagner le Sopi.
Douze années plus tard le Sénégal connut encore une crise politique sans précédent. A la suite d’une longue bataille politico-judiciaire, le conseil constitutionnel de la République du Sénégal valida la candidature contestée de Me Abdoulaye Wade à l’élection présidentielle. Ce qui provoqua l’ire de l’opposition politique et des organisations de la société civile qui se regroupèrent dans le mouvement du 23 Juin. Cette crise était d’autant plus grave qu’elle menaçait pour la première fois de l’histoire le contrat social qui fonde le vivre ensemble et la république du Sénégal. Abdoulaye Wade était soupçonné de vouloir saper la république en voulant imposer son fils Karim Wade. Mais rien n’y fit, les Sénégalais choisirent d’aller aux élections, Abdoulaye Wade fut battu à plate couture par une coalition dirigée au deuxième par le jeune Macky Sall. Ce fut le 2012 de tous les dangers. Il y eut plusieurs morts !
Mais toute cette faculté à construire la paix et le dialogue est certes une condition nécessaire en démocratie, mais elle n’est pas suffisante. Les Sénégalais aiment viscéralement la liberté mais en est-il autant de l’égalité ? Il est donc fort à parier qu’ils préfèrent la liberté à l’égalité sans pour autant être indifférent à injustice. Or l’égalité est une composante essentielle de la démocratie, on peut en déduire donc que notre démocratie est quelque peu unijambiste. A ce propos il ne serait pas inutile de s’interroger sur la morale des sénégalais pour établir une échelle des valeurs propre à l’homo-senegalensis. Au sommet de l’échelle trône indiscutablement « le maslaa », cette notion ambigüe pourtant dérivée la jurisprudence d’obédience malikite est une sorte d’ersatz, de succédané de la « maslaha », un concept religieux signifiant « l’intérêt général » complètement passée au Moulinex, socialement transformée pour donner cette chose informe et ouolofisée appelée « maslaa » et qui n’est rien d’autre que du réalisme parfois positif mais dans bien des cas « opportuniste ». Voilà paradoxalement l’une des origines obscures de la préférence des sénégalais pour la liberté au détriment de l’égalité. Sinon comment peut-on comprendre que ce « succès démocratique » cohabite non pas seulement avec des pratiques inégalitaires flagrantes, mais que l’on tolère, accepte et même intègre dans le système démocratique?
A ce propos, le lien organique entre la démocratie et le système économique et social est suffisamment établi pour remarquer cette place marginale occupée par le « monde rural composé par les villages » dans notre système démocratique. On a fini de comprendre avec Achille Mbembe que l’informalisation des économies africaines provoquée en partie par l’exode rural est un facteur bloquant pour la démocratie. A vrai dire le traitement subi par nos villages depuis les indépendances constitue une balafre sur la face déjà informe de notre démocratie. Quel cœur sensible n’a pas flanché devant cette expression ravagée dans le regard et le visage de nos paysans apeurés par les longues années de privations, de promesses non tenues, de brimades et autres persécutions innommables ? Les villages africains subissent la démocratie, c’est paradoxal ! Une violence systémique, une démocratie de l’exclusion symbolique, plane toujours au-dessus, caractérisée par un regard irrespectueux et déformé ; une stigmatisation insidieuse (qui passe inaperçue) jusque dans la distribution des rôles au sommet de l’Etat.
L’avenir de nos démocraties et la possibilité d’un développement économique dépend certainement du sort réservé à nos villages et nos villes. La continuité entre les deux entités formerait une culture de l’avenir, un cosmopolitisme qui débouchera sur cette démocratie tant souhaitée. Nos autorités gagneraient à s’inspirer des écrits magistraux de Jean Marc Éla, ce « penseur du devenir illimité » dont les deux ouvrages sont des bréviaires du développement : « La ville en Afrique noire » et « L’Afrique des villages ».



Khalifa Touré
Sidimohamedkhalifa72@gmail.com






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image