leral.net | S'informer en temps réel

Mais où s’arrêtera l’OM ?

Même émoussé, l'OM est parvenu à décrocher sa sixième victoire en autant de journées. La confiance est au plus haut et le Clasico se rapproche à grand pas...


Rédigé par leral.net le Lundi 24 Septembre 2012 à 10:18 | | 0 commentaire(s)|

Mais où s’arrêtera l’OM ?

Baup : "On a plié, mais pas rompu" par evidenceprod
Six matches, six victoires, un record : l’OM passe un début de saison délicieux, c’est le moins que l’on puisse dire. Auteur du meilleur départ de son histoire en championnat, le club phocéen n’est plus qu’à 2 victoires du record absolu, propriété de l’Olympique Lillois en 1936. Pas sûr pourtant que l’OM veuille suivre cet exemple : malgré 8 victoires lors des 8 premières journées, l’Olympique Lillois avait terminé à la 5e place du championnat. Or, toutes les équipes qui ont depuis enregistré six ou sept victoires consécutives en début de saison ont fini deuxièmes ou championnes.

En attendant, l’OM est évidemment en tête, avec 4 points d’avance sur Lyon et 6 sur Paris. Pour cela, il a fallu venir à bout d’Évian Thonon-Gaillard sans avoir vraiment de jus dans les jambes. « On a vraiment souffert. (…) On n’a pas réussi à sortir les ballons comme d’habitude. J’ai une analyse partagée. On a plié mais on n’a pas rompu. Il faut prendre des points, on aura des moments délicats », a expliqué Élie Baup à l’issue de la rencontre. Il est de bon ton de rappeler dans ces cas-là qu’il faut savoir gagner sans briller. Benoît Cheyrou s’en est chargé.

« C’est beaucoup de bonheur, on prend du plaisir, on savoure par rapport à ce qu’on a vécu la saison dernière. La, c’était plus laborieux, plus difficile. C’est ce qui est encourageant dans cette victoire : même lorsqu’on est moins bien, on gagne les matchs ! On va essayer de continuer cette série le plus longtemps possible. On ne parlait pas de nous en début de saison, et maintenant, certains nous voient déjà champions par les statistiques... On se remet en question, le danger serait de se dire que, désormais, tout est facile. Aucun match ne le sera. Si on fait un bon résultat à Valenciennes, ce sera le feu le week-end d’après, contre le PSG. Mais il ne faut pas bruler les étapes ! Certains disent que, pour le moment, on a battu le 15e, le 16e, le 22e et le 28e. Mais la saison passée, nous aurions même perdu contre le 30e ! Là, dans l’adversité, on a montré qu’on était une vraie équipe », a lancé le milieu de terrain.

Grâce à ce succès, l’OM est déjà certain d’être devant le PSG au classement dans deux semaines au moment de l’accueillir au Vélodrome. La perspective de recevoir le grandissime favori en étant toujours invaincu a de quoi séduire. Si Marseille garde la tête froide malgré son départ canon, André-Pierre Gignac ne peut s’empêcher d’imaginer le bénéfice d’une victoire sur le PSG. « Si on tape Paris, on fanfaronnera un peu ».

Aurélien Léger-Moëc






Hebergeur d'image