Leral.net | S'informer en temps réel



Mali : De quoi aurions-nous-eu honte, ‘’si la France n’était pas intervenue’’ ?

le 13 Février 2013 à 10:30 | Lu 462 fois

Mali : De quoi aurions-nous-eu honte, ‘’si la France n’était pas intervenue’’ ?
Après l’intervention de l’armée française pour stopper l’avancée des jihadistes, au Nord Mali, de petites phrases insidieuses, des images tendancieusement sélectionnées, ont fait le tour des grandes ‘’Agences commerciales de désinformation’’. L’image du drapeau français transformé en boubou par un citoyen malien et la fameuse question : ‘’ Et si la France n’était pas intervenue ?’’, en constituent une illustration. Comme pour donner mauvaise conscience ou chercher à coller des complexes à la jeune génération d’africains, certains journalistes français d’un genre particulier dans leur manière d’interviewer, proche des milieux capitalistes ou colonialistes rapaces, se sont donnés à cœur joie pour ‘’faire le boulot’’. Il faut dire que certains de leurs homologues africains et autres ‘’chroniqueurs volubiles ’’ aux ordres, n’étaient pas reste.[....]
Mais que ces Messieurs sachent que ce citoyen qui se drape du drapeau français, image tournée en boucle dans des sites du Net et cératines télévisions, ne donne pas la même signification de son geste que ces mal intentionnés en voudraient faire et véhiculer dans le mental des jeunes africains. C’est-à-dire, non pas que, ‘’ L’Afrique n’est pas encore entrée dans l’histoire’’. Mais que, l’’Afrique ne devrait pas entrer dans l’histoire’’. Cela à cause de la duplicité de nos dirigeants incapables de réfléchir et de se comporter comme les Patrice Lumumba, Kuhamé Nkrumah, Sékou Touré, Amilcar Cabral, Steve Biko, Cheikh Anta Diop etc.
Il est regrettable de constater la tendresse de certains de nos concitoyens et amis qui donnent du blé à moudre aux ennemis et adversaires de l’Afrique, en ne mettant pas l’accent sur la trahison de l’élite africaine (la CDEAO) qui a soutenu l’Agenda de la France dont le gouvernement a contribué à fragiliser les armées africaines au profit des polices de répression au service des ‘’gouverneurs-Présidents’’, chargés de la protection des intérêts de tous les francophiles.
Est ce que la France ne pouvait pas intervenir plutôt, au moment où les droits de l’homme étaient en train d’être amputés de ses mains et de ses jambes.
Aussi, nous voudrions dire que si la France n’était pas intervenue, les patriotes africains auraient eu honte, comme l’avaient été les patriotes français, à leur corps défendant, voyant la Panzer division allemande et Hitler, parader sur les champs Elysées et sous l’Arc de triomphe, en juin1940, mais d’avoir été trahi par certaines de leurs élites, leurs dirigeants politiques, préoccupés par leurs carrières, leurs prestiges, en détournant les Budgets de leurs Etats pour en faire un patrimoine personnel, pour acquérir des pacotilles (chanteaux, de voitures blindés et de bijoux) pour leurs dulcinées. Au lieu de doter convenablement leurs forces armées.
Si la France n’était pas intervenue, tous les martyrs combattants, américains, anglais, canadiens, du débarquement du 6 juin 1944(qui étaient loin d’être correctement informés des soubassements géopolitiques et géostratégique du conflit), mais simplement des valeurs humaines de la défense de la justice contre l’injustice), allaient se retourner dans leurs tombes. De même que tous les Russes de Stalingrad et autres résistants des fronts où se battaient les africains, italiens, grecs, et autres résistants européens. Sans compter ceux de la première guerre mondiale 1914-1918.
Si la France n’était pas intervenue les africains allaient savoir, avec plus de netteté, que les Accords de coopération entre cet Etat et ceux de ses anciennes colonies, n’étaient que bidon et n’avaient pour objectif que de les asservir davantage.
Mais nous voudrions dire à ces ‘’chasseurs de bonnes réponses’’ sur l’intervention, que si la France n’était pas intervenue, au point que les tenants de l’islamisme politique puissent nous asservir, nos peuples trouveraient à travers leur génie propre, les moyens comme l’histoire nous l’enseigne, à s’opposer à l’oppression et à la tyrannie. A l’image de tous les vrais résistants africains et d’ailleurs dont les noms nous reviennent à l’esprit, en faisant un saut dans l’histoire.
Non, Messieurs les militants des ‘’MEDIAMENSONGES’’, ce citoyen malien au drapeau est un militant angélique de la paix et de la justice. Il a voulu, non pas appeler à la recolonisation de son pays, mais montrer au fond de lui, à l’instar des honnêtes jeunes français (à qui on cache la vérité), sa gratitude sincère au peuple français intrinsèquement progressiste. Il n’appelle aucunement à la recolonisation de l’Afrique, pour félonie de leurs présidents, mais à un autre monde où il est possible de vivre libre, heureux et indépendant dans la paix et le partage des idéaux des valeurs humaines universelles.
Cela, loin des calculs mercantilistes des firmes telles qu’AREVA, Bouygues, Bolloré, Total, qui n’ont ni cacao, ni café, ni pétrole, ni or, ni diamants, chez-eux. Mais qui en tirent profit, avec une main d’œuvre bon marché, plus que ceux qui en possèdent, chez-eux, en Afrique,
Donc, au lieu de faire dans l’ironie déplacée, il y a lieu de comprendre que si la France est intervenue, tout bénef est comptabilisé par ceux-là, dans un premier temps.
Alors, et si la France n’était pas intervenue ?