Leral.net | S'informer en temps réel



Mali: tirs nourris à Bamako entre ex-junte et garde présidentielle

le 1 Mai 2012 à 00:15 | Lu 900 fois

Des tirs nourris étaient entendus lundi soir à Bamako, opposant des militaires de l’ex-junte militaire au pouvoir et des membres des « bérets rouges » (garde présidentielle), ont rapporté des témoins à l’AFP.


Mali: tirs nourris à Bamako entre ex-junte et garde présidentielle
Ces tirs se produisent dans le centre-ville et ont pour origine la tentative d’arrestation d’un responsable de la garde présidentielle par l’ex-junte qui avait renversé le régime du président malien Amadou Toumani Touré (ATT) le 22 mars avant d’accepter de rendre le pouvoir, selon ces témoins.

Les « Bérets rouges » se sont opposés à l’arrestation d’ »Abidine », surnom de l’ancien chef d’état-major particulier du président ATT, par des hommes de l’ex-junte dirigée par le capitaine Amadou Haya Sanogo.

Selon l’ambassade américaine, des tirs ont été entendus près du siège de l’Office de radio-télévision du Mali (ORTM), occupé par l’armée depuis le coup d’Etat du 22 mars.

« Pour l’instant, les journalistes de l’ORTM sont terrés dans leurs bureaux. Ca tire en bas mais on ne sait pas entre qui et qui », a déclaré à l’AFP une journaliste de la chaîne interrogée depuis Dakar.

Ces incidents surviennent à la veille d’une rencontre prévue à Ouagadougou entre des membres de la junte et le président burkinabé Blaise Compaoré, médiateur dans la crise malienne.

Le capitaine Sanogo a rejeté samedi les décisions prises le 26 avril à Abidjan lors d’un sommet de chefs d’Etat de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), dont l’envoi de soldats dans son pays pour sécuriser la transition après le putsch du 22 mars.

Il a rejeté aussi la décision de la Cédéao de fixer la période de transition à douze mois, jusqu’à la tenue d’élections présidentielle et législatives. Il a affirmé qu’il prendrait ses « responsabilités » à l’issue du mandat constitutionnel de 40 jours du président par intérim Dioncounda Traoré, investi le 12 avril.

Dimanche soir, un dirigeant syndical étudiant, Hamadou Traoré, membre du front anti-putsch au Mali, était sorti indemne d’une tentative d’attentat perpétrée par des hommes armés et des incidents se sont produits lundi à l’université publique de Bamako.

Les jours précédents, la junte, qui avait accepté de rendre le pouvoir après un accord signé le 6 avril avec la Cédéao, avait procédé à l’arrestation de plusieurs personnalités politiques proches d’ATT ou considérées comme telles. Elles avaient été remises en liberté après plusieurs jours de détention au quartier général de la junte à Kati, camp militaire proche de Bamako.

Les ex-putschistes entendent montrer qu’ils n’acceptent pas se laisser marginaliser par les organes de la transition, dirigés par Dioncounda Traoré et son Premier ministre, Cheick Modibo Diarra, qui a formé un gouvernement comprenant trois militaires proches de l’ex-junte.

AFP


1.Posté par pep''''''''s le 01/05/2012 01:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

FO METTRE AUX ARRETS CE FOU DE SANOGO KI NE SAIT MEME PAS OU IL VA SINON IL RISK DE METTRE LE MALI A FEU ET A SANG LA CDEAO DOIT PRENDRE SES RESPONSABILITES CONTRE CE VA - T - EN GUERRE.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site