leral.net | S'informer en temps réel

Malick Gackou recadre Alioune Sarr : "Je n'accepterais jamais d'être financé"

Malick Gakou, supposé n°2 de l’Alliance des forces de progrès (Afp) a démenti, hier, lundi 09 mars, toute information prétendant qu’il est financé par la famille Wade. A la sortie d’une visite qu’il a rendue à l’ex-Président Abdoulaye Wade, chez lui, à Fann résidence, Malick Gakou a indiqué en effet qu’il n’acceptera jamais d’être financé, dans l’expression de ses ambitions pour son pays, par un homme ou un groupe de quelque bord que ce soit. Une manière sans nul doute de corriger son camarade progressiste et ministre du Commerce.


Rédigé par leral.net le Mardi 10 Mars 2015 à 11:19 | | 1 commentaire(s)|

Malick Gackou recadre Alioune Sarr : "Je n'accepterais jamais d'être financé"
Reçu hier, lundi 09 mars, par l’ex-président de la République, Malick Gakou, supposé n°2 de l’Alliance des forces de progrès (Afp), bien que refusant de répondre à toute question liée à la crise au sein de l’Afp, en a saisi l'occasion pour apporter la réplique à son camarade de parti Alioune Sarr sans le nommer.

En effet, s’adressant à la presse à la sortie de son entrevue, d’environ une heure, avec le Pape du Sopi, Gakou s’est tout simplement saisi de l’occasion pour laver son honneur. « Jamais, je n’accepterai d’être financé par un homme ou un groupe de quelque nature que cela soit dans l’expression de mes ambitions pour mon pays. Moi, je suis un homme libre. Je dis toujours que je suis un enfant de pauvre. Je sais ce que c’est le prix de la liberté. Et c’est la raison pour laquelle je ne permettrais pas que quelqu’un me finance dans l’action que je mène pour mon pays. Et cela, je me le refuserai toujours puisqu’en le faisant, je mets en exergue des talents qui ne sont pas des miens ».

L’ancien ministre des Sports ajoutera dans la foulée : « C’est donc la raison pour laquelle je réfute avec la plus grande énergie que Malick Gakou soit financé par quelqu’un. En venant ce matin voir le Président Wade, des amis m’ont dit que cela allait accréditer la thèse selon laquelle c’est lui qui me finance. J’ai dit non et qu’au contraire, le Président Wade sait parfaitement qu’il n’a jamais fait quelque chose pour moi. Il ne m’a rien donné et je ne lui ai jamais demandé non plus. Donc, je viens le voir comme un homme libre. C’est un ancien chef d’État, un homme pour qui j’ai beaucoup de considération ».

Interpellé sur le sens de sa visite chez le Pape du Sopi, Gackou a dit sans détours : « Le Président Wade m’a fait l’honneur et l’amitié de m’adresser une correspondance dans laquelle il me demandait de venir le rencontrer afin de me prodiguer des conseils en tant que doyen, père et ancien chef d’État mais également en tant homme politique qui a marqué l’histoire de notre pays. Je suis venu aujourd’hui répondre à son invitation. Au cours de celle-ci, nous avons passé en revue la situation politique nationale et ses perspectives. Il m’a donné de sages conseils que, bien évidemment, je garderais d’utiliser à bon escient ». Les observateurs comme le citoyen lambda sauront certainement décoder les motifs sous-jacents de cette entrevue qui intervient dans un champ politique chargé par le duel musclé entre pouvoir et opposition.

Sud Quotidien






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image