leral.net | S'informer en temps réel

Malick Gakou maintient sa plainte et avertit Bouna Seck : «Cette fois ci, croyez-moi, ce ne sera pas comme dans l’affaire des 6 milliards de la Sonacos».


Rédigé par leral.net le Jeudi 3 Novembre 2016 à 20:38 | | 12 commentaire(s)|

Malick Gakou a instruit mon avocat Serigne Khassimou Touré de confirmer sa plainte contre Bouna Mohamed Seck.
Malick Gakou a instruit mon avocat Serigne Khassimou Touré de confirmer sa plainte contre Bouna Mohamed Seck.
 Le leader du Grand Parti, Malick Gakou a diligenté à son avocat Serigne Khassimou Touré de confirmer sa plainte contre Bouna Seck. Gakou avertit aussi que «cette fois ci, croyez-moi, ce ne sera pas comme dans l’affaire des 6 milliards de la Sonacos».
 
Le feuilleton Gakou-Bouna Seck continue de plus belle. Quelque jours après la sortie du directeur de cabinet de Moustapha Niasse pour persister et signer ses allégations faites lors de l’émission «Grand Jury», Malick Gakou a décidé de passer à la vitesse supérieure.
 
«J'avais donné 72 heures à Bouna Seck pour apporter la moindre preuve de ses allégations concernant le financement de mes activités politiques par des lobbies. Je l'avais interpellé devant Dieu et son prophète (Psl), puisqu’il annonce à chaque occasion et en bandoulière sa foi musulmane, de ne pas mentir car un musulman ne doit pas mentir. Bien évidemment à l’expiration du délai, il me sert du verbiage et de la pédagogie. Comme devant la justice divine il fuit ses responsabilités, J’ai instruit mon avocat Serigne Khassimou Touré de confirmer ma plainte contre lui. Ce faisant, il sera obligé de dire la vérité, rien que la vérité en apportant la preuve de ses allégations et  il ne pourra pas se dérober à la mexicaine. Et cette fois ci, croyez-moi, ce ne sera pas comme dans l’affaire des 6 milliards de la Sonacos», a averti un Gakou déterminé.
 
Mercredi, le directeur de Cabinet de Moustapha Niasse et chargé des élections de l’APF, Bouna Mohamed Seck aavait persisté et signé ses accusations faite à Malick Gakou qu’il a accusé d’être financé par des lobbys internationaux. Et cela malgré la sommation interpellative que le leader du Grand Parti lui a adressée.
 
«Suite à mon intervention au Grand Jury qui a réveillé des urticaires chroniques,  un scénario, qui relève d’un magma de mélodrame et de ruse, a été très vite conçu et déroulé, avec des partenaires, dans le cadre d’un référentiel moral qui ne saurait être le mien. C’est la raison pour laquelle, j’ai répondu exactement ce qui suit à la sommation interpellative de ceux qui parlent de courage alors qu’ils se battent toujours par procuration ou dans la pénombre : ‘’Oui, je confirme ces propos fragmentés. En ma qualité de pédagogue, je les ai prononcés et je les assume comme approche pédagogique pour protéger mon pays et notre démocratie’’. A cet égard, que nul ne se méprenne sur ma détermination immarcescible. Cela dit, je refuse de me laisser entraîner dans la fange, que je laisse à ceux qui ont l’habitude d’y patauger. Et je le répète à l’endroit des Patriotes, toutes tendances confondues : soyons vigilants !», avait ajouté Bouna Mohammed Seck. C’est donc parti pur le feuilleton judicaires entre deux anciens camarades de parti à l’AFP. Autres temps, autres mœurs.
 
Massène DIOP Leral.net






Hebergeur d'image