leral.net | S'informer en temps réel

Mamadou Badio Camara, Cour suprême : "L'indépendance de la justice n'est pas une autorisation à tout faire"

Selon le procureur général près la Cour suprême a assuré hier, dans son allocution lors de la rentrée solennelle des cours et tribunaux, que l’indépendance de la justice n’est pas synonyme de permission à tout faire. Selon lui, les juges sont sous l’autorité de la loi.


Rédigé par leral.net le Vendredi 23 Janvier 2015 à 09:39 | | 1 commentaire(s)|

Mamadou Badio Camara, Cour suprême : "L'indépendance de la justice n'est pas une autorisation à tout faire"
Le Procureur général près la Cour suprême, Mamadou Badio Camara, a rappelé hier que l’indépendance de la justice n’est pas une autorisation à tout faire, d’autant plus que, dit-il, le juge est soumis à l’autorité de la loi. Selon lui, cette autonomie leur rappelle constamment qu’ils doivent être encore plus conscients de leurs devoirs.

« Nous avons le privilège d’exercer une profession placée sous le signe de l’éthique par le serment que nous prêtons et par les obligations qui sont les nôtres. Aussi, comme une balance, symbole de la justice, il est de notre première responsabilité de toujours assurer l’équilibre entre nos pouvoirs et nos devoirs », a avancé le magistrat.

Pour lui, c’est cela le chemin qui mène vers une justice acceptée, efficace et nécessaire face à d’autres pouvoirs qui émergent au Sénégal et dans le monde entier.

Il a également souligné que le président de la République Macky Sall administre, au quotidien, la preuve que l’indépendance de la justice ne doit pas être redoutée, puisque, ajoute-t-il, elle n’est pas une menace contre qui que ce soit, mais constitue une garantie pour la démocratie et l’Etat de droit.

« Avec la diligente écoute qui vous est propre, vous savez mûrir la réflexion pour répondre utilement aux attentes des justiciables comme à celles du monde judiciaire. Et ceci, en veillant à ce que les magistrats soient à l’abri du besoin et que les juridictions fonctionnent dans des conditions de sécurité et de sérénité optimales », a relevé le procureur général.

En outre, M. Camara a loué les « remarquables qualités morales et intellectuelles » du bâtonnier Ameth Bâ. Il a aussi rappelé que si l’avocat doit être le porte-parole de tous les combats pour la liberté, c’est l’honneur du barreau de veiller à ce que ces combats soient menés avec des armes conventionnelles dans la dignité, la loyauté, le respect de la loi et des institutions.

De son côté, le bâtonnier a regretté l’incident d’audience qui a abouti à l’expulsion d’un des avocats de Karim Wade. Selon Me Ameth Bâ, cette décision a ému tout le barreau. Il a salué les comportements responsables de certaines personnalités dans la démarche de recherche de solution.

Dans un autre registre, le bâtonnier a remercié le chef de l’Etat pour, note-il, « les actes concrets et positifs tels que l’augmentation substantielle de l’aide juridictionnelle, l’engagement ferme d’appliquer le Règlement n°05/Cm /Uemoa relatif à l’harmonisation des règles professionnelles régissant la profession d’avocat dans l’espace Uemoa.

Le Soleil






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image