leral.net | S'informer en temps réel

Mamadou Lamine Keïta déballe : "Le Pds fait dans le copinage, la discrimination, la promotion des moins représentatifs".

Mamadou Lamine Keïta, responsable du Parti démocratique sénégalais et maire de Bignona, ne reconnaît plus « son » Pds, plongé, depuis un certain temps, dans des dérives. Une trajectoire qui justifie le combat du maire de Bignona, déterminé à faire bouger les lignes.


Rédigé par leral.net le Lundi 14 Septembre 2015 à 15:37 | | 22 commentaire(s)|

Mamadou Lamine Keïta déballe : "Le Pds fait dans le copinage, la discrimination, la promotion des moins représentatifs".
En meeting à Dar Salam Chérif, dans le Bignona, le maire de la capitale du Fogny a étalé les tares de son parti qu’il a du mal à reconnaître. « On dirait qu’on n’a pas tiré les leçons de notre défaite de 2012 ». Plus qu’un sentiment, il s’agit d’un cri du cœur lancé, ce weekend, par l’ancien ministre de la Jeunesse, Mamadou Lamine Keïta. Pour le maire de Bignona, l’image que le Pds lui renvoie, en ce moment, c’est celui d’un parti qui est en train de mettre en place les bases de sa propre destruction.

Après avoir perdu le pouvoir, M. Keiïa s’attendait à ce que le Pds soit réorganisé pour qu’on mette chacun à sa place. Au lieu de cela, « le parti fait dans le copinage, la discrimination, la promotion des moins représentatifs », dénonce-t-il. Ainsi, selon M. Keïta, sur 80 maires libéraux, seule une dizaine se retrouve au secrétariat national du Pds. Qui plus est, le parti n’a offert aucun député à la Casamance. Il fait remarquer que, dans les structures du parti, toute cette entité démographique n’a que deux représentants pendant que des régions, parfois moins représentatives, en comptent des dizaines. Il considère donc cette situation comme un manque de considération à l'endroit de la Casamance. Ce qu'il n’est pas prêt à accepter.

Déterminé à combattre cette injustice, il réclame, en effet, des élections de représentativité dans le parti pour jauger le poids de chaque militant au lieu de parachuter des gens qui n’ont aucune base électorale. Aussi, avertit-il : « Je ne peux pas accepter que le sacrifice des militants de la Casamance, qui ont donné au Pds ses premières victoires, soient vains ». « Mon devoir, c’est de vous défendre », dit-il s'adressant à ses militants.

Que le Pds se le tienne pour dit, Mamadou Lamine Keita est déterminé à mener ce combat contre vents et marées. « Lorsqu’on veut aller loin, on renouvelle ses forces. Nous devons le faire pour ne pas installer le malaise et le découragement dans nos rangs », conseille-t-il.

Walfadjri






Hebergeur d'image