leral.net | S'informer en temps réel

Mamadou Lamine Massaly sidéré par la léthargie du Pds : "Si cela continue, nous irons vers la catastrophe"

Au sortir des élections du Haut conseil des collectivités territoriales, Mamadou Lamine Massaly se rend compte que le Parti démocratique sénégalais a perdu beaucoup de terrain et devrait se secouer au risque d'avoir de très mauvaises surprises. Dans un entretien accordé au Quotidien, le Wadiste éternel ne mâche pas ses mots pour critiquer vertement la gestion du parti libéral.


Rédigé par leral.net le Samedi 24 Septembre 2016 à 10:00 | | 7 commentaire(s)|

Mamadou Lamine Massaly sidéré par la léthargie du Pds : "Si cela continue, nous irons vers la catastrophe"
Le président de la Fédération urbaine de Thiès, interpellé sur la débâcle du Pds et de ses alliés à l'élection des Hcct, a tenu d'emblée à indiquer qu'il a été zappé de la campagne. "Je félicite les vainqueurs. Cependant, je précise que je n'ai pas participé à la campagne de ma coalition. On ne m'a associé à rien, ni en amont ni en aval. Le résultat final est là, on a perdu lamentablement. C'est une humiliation", martèle-t-il. A l'en croire, le Pds a été battu presque partout à cause des investitures mal faites. "Le parti n'est pas un jeu d'amis où on essaye de gêner ceux qui travaillent à la base", indique-t-il.

Sur les enseignements à tirer de cette défaite de son parti, Mamadou Lamine Massaly dira : "Il n'y a pas encore eu de réunion pour que nous puissions nous prononcer là-dessus. Nous attendons le bureau politique pour pouvoir nous prononcer. Mais notez qu'il y a beaucoup de couacs qu'on doit réparer. Et si cela continue, nous irons vers la catastrophe. Les élections législatives approchent, alors on doit pouvoir tirer toutes les conséquences de cette défaite".

Sur la stratégie à mettre en place face au parti au pouvoir qui grignote l'électorat du Pds à Thiès, le responsable libéral martèle, décochant au passage des flèches aux responsables : "La seule stratégie, c'est le terrain et non les réunions de bureau. Il est temps de parler à la population sénégalaise qui souffre. Partout, il y a des problèmes. Ce n'est pas en s'enfermant dans des hôtels ou en voyageant à l'étranger que l'on pourra faire face à ce régime dictatorial et sa courte coalition aux idées très courtes. J'ai toujours dit qu'il faut parler aux gens parce qu'il y a de la matière".

Quid du pilotage du Pds depuis Versailles et Doha ? Massaly ne trouve rien à y redire. "Karim Meïssa Wade est le candidat du Pds et Abdoulaye Wade en est le Secrétaire général national. C'est très logique et normal que les directives concernant le parti nous viennent des deux. Jusqu'à preuve du contraire, c'est Wade qui reste et demeure le patron du Pds, n'en déplaise aux autres", a-t-il dit ajoutant que "le Pds n'a qu'un seul plan : c'est Karim Wade. Il est le plan A, le plan, B jusqu'à Z".






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image