leral.net | S'informer en temps réel

Mamadou Sèye Oualy, petit frère de Tombon : "Notre nom de famille ne sonnant pas sénégalais, mon frère est le coupable idéal"

La famille de Tombon Oualy continue de penser et de croire que leur fils est innocent et qu'il est victime d'une "machination de personnes tapies dans l'ombre".


Rédigé par leral.net le Vendredi 24 Octobre 2014 à 08:09 | | 6 commentaire(s)|

Mamadou Sèye Oualy, petit frère de Tombon : "Notre nom de famille ne sonnant pas sénégalais, mon frère est le coupable idéal"
"Je ne le dis pas parce que c'est mon frère, mais Tombon n'a rien à voir avec ce policier que l'on tente de décrire aux Sénégalais. Il n'a rien fait. Il est innocent, on cherche simplement à le sacrifier. On cherche à se donner bonne conscience. Il leur faut juste un bouc émissaire et, comme son nom ne sonne pas sénégalais, certains se disent qu'il sera le coupable idéal. Mais c'est mal connaitre la famille. Nous nous battrons jusqu'au bout", déclare dans L'As, Mamadou Sèye Oualy dit Nelson frère du présumé meurtrier de l'étudiant Bassirou Faye. Selon lui, "c'est un coup monté". Car, "le jour des faits, ce sont ses supérieurs qui l'ont appelé et ont mis à sa disposition une voiture et des munitions. Il ne s'est pas levé de son bon vouloir pour aller sur le théâtre des opérations. Il y a des policiers blessés qui ont même été acheminés à l'hôpital par ses soins. Il a reçu les félicitations de la hiérarchie. C'est cette même police qui veut aujourd'hui le sacrifier sur l'autel de considérations subjectives", regrette Mamadou Sèye Oualy, selon qui "Tombon a fait savoir aux enquêteurs quand il était à Dic "qu'il sait, la police sait et Dieu sait qui est l'auteur de ce crime. Qu'il n'a pas tué et que les gens devraient aller chercher le véritable tireur".

Poursuivant ses explications, Mamadou Sèye Oualy dénonce le Procureur de la République, Serigne Basirrou Guèye, qui, lors de son point de presse, avait affirmé que le présumé meurtrier de l'étudiant a été arrêté à 16 heures 30. "Aux environs de 19h, à l'heure de la prière du crépuscule, mon frère était encore à la maison. C'est là-bas qu'il a prié "Timis" avant de vaquer à ses occupations. Dans le comportement de Tombon, il n'y a rien qui faisait penser qu'il était mêlé à l'affaire Bassirou Faye. C'est après la prière de "Timis" qu'il a été appelé par son lieutenant, qui se trouve au niveau de Liberté 6, qui l'informe qu'il devait aller à la Dic. C'est 20 minutes après que la Dic l'a appelé pour lui faire savoir qu'il était attendu", raconte-t-il.






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image