leral.net | S'informer en temps réel

Mandats d’arrêt contre Vieux Aïdara, Bourgi frère, Evelyne Riout Delatre : La France et le Liban ferment les yeux

L’OBS – Les mandats d’arrêt décernés contre Karim Aboukhalil (Libanais), Evelyne Riout Delatre (Français), Mamadou Aïdara dit Vieux (Français) et Mballo Thiam auront-ils un effet à l’encontre des concernés ? Des sources diplomatiques et judiciaires renseignent que la suite risque d’être négative pour les autorités sénégalaises. Et les concernés se pavanent tranquillement dans leur pays d’origine ou d’adoption.


Rédigé par leral.net le Lundi 30 Mars 2015 à 18:02 | | 3 commentaire(s)|

Mandats d’arrêt contre Vieux Aïdara, Bourgi frère, Evelyne Riout Delatre : La France et le Liban ferment les yeux
Le devoir premier d’un Etat est de protéger ses citoyens. Ce qui laisse croire qu’il y a une forte probabilité que la France et le Liban ne donnent pas d’effets aux décisions rendues par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei). Qui a condamné par défaut, pour complicité d’enrichissement illicite, Karim Aboukhalil (Libanais), Evelyne Riout Delatre (Français), Mamadou Aïdara dit Vieux (Français) et Mballo Thiam, à 10 ans de prison ferme et une amende de 138 milliards de FCfa avant de décerner des mandats d’arrêt contre eux. Et des sources françaises renseignent que Vieux Aïdara et Evelyne Riout Delatre vaquent tranquillement à leurs occupations sur le sol français. Et pour cause, expliquent des sources judiciaires, «ils ne peuvent pas faire l’objet d’une arrestation de la part de la police internationale, Interpol. Parce qu’on ne leur a pas encore notifié l’arrêt rendu par défaut contre eux. Il s’y ajoute que les délais de recours pour eux courent à partir de la signification de l’arrêt». En revanche, les délais de recours pour Karim et Cie court à compter du prononcé de la décision, c’est-à-dire le 23 mars, et expire ce lundi. Les mêmes sources de préciser que «la notification de la décision par les concernés ne se fera que par deux voies : administrative (entre ministère des Affaires étrangères) ou judiciaire (entre Parquetiers). Et la signification peut prendre plusieurs mois, voire des années». Mieux, constatent des sources diplomatiques, «un pays comme la France ne va pas extrader son citoyen pour le Sénégal. Et avant même cela, la justice française va revoir toute la procédure pour voir si les Droits de la défense ont été respectés. Parce que les concernés vont saisir certainement la Cour Suprême une fois que l’arrêt leur sera notifié». Ce qui fait dire à nos sources que «le Sénégal risque de ne pas avoir une suite favorable de la part de la France».

Pour ce qui est du Liban, nos sources sont formelles : «Le Liban ne donnera jamais une suite favorable à cette décision. Karim Aboukhalil dort les poings fermés à Beyrouth. Le Liban ne badine même pas sur la protection de ses citoyens.» Rappelons que la Crei a condamné le 23 mars dernier, Karim Wade, ancien ministre d’Etat, fils du Président Abdoulaye Wade, a 6 ans de prison ferme pour enrichissement illicite et une amende de 138 milliards de FCfa, suivies des dommages et intérêts de 10 milliards de FCfa. Une décision à laquelle, ses conseils ont fait un pourvoi à la Cour suprême.

Mamadou SECK






Hebergeur d'image