leral.net | S'informer en temps réel

Marché des passeports numérisés : Ce "scandale" qui interpelle le très "clean" Me Ousmane Ngom


Rédigé par leral.net le Vendredi 1 Avril 2016 à 15:24 | | 6 commentaire(s)|

"Je n’ai pas besoin d’échapper aux poursuites ou à la traque comme elle dit, car il n’y a aucune traque contre moi, ni contre aucun de mes proches. Je défie quiconque de dire le contraire. Je ne connais pas la porte d’entrée de la Crei, où je ne suis jamais allé", a déclaré Me Ousmane Ngom, dans une interview accordée au journal l’Observateur, aujourd’hui, 31 mars 2016.

Comme pour défier ses détracteurs, l’ancien ministre de l’Intérieur sous le défunt régime libéral invite "les autorités compétentes ou les Organismes de contrôle à la publication des conclusions des enquêtes menées sur moi et mes réponses’’.

Cette assurance de Me Ousmane Ngom a de quoi faire rire. Si ce "transhumant" d'un genre nouveau est si sûr de ce qu’il avance, qu’il nous explique pourquoi il a été interdit de sortie du territoire national pendant plusieurs mois. S’il trouve normale l’enquête de patrimoine dont il a fait l’objet, pourquoi s’est-il senti dans "une prison à ciel ouvert", avant qu’il ne se rapproche du Président de la République, Macky Sall ?

Un marché de 118 milliards de francs Cfa à la Société Iris Technologies Berhard corporation

Tout en respectant le principe de la présomption d’innocence, Ousmane Ngom, pour rappel, a été cité dans le scandale des passeports numérisés. L’ancien premier flic du pays est, en effet, suspecté d’avoir attribué, le 03 septembre 2007, ce marché d’un montant de 118 milliards de francs Cfa à la société Iris Technologies Berhard corporation de Malaisie sur 20 ans pour la commande de ces documents. Ce, en tout "illégalité".

Selon le journal Libération qui en avait fait la révélation, le marché a été ‘’surestimé’’ et devait faire l’objet d’une autorisation, soit de la Commission nationale des contrats de l’administration (Cnca), soit d’une autre Commission composée du représentant du Président de la République, du représentant du ministre de l’Economie et des Finances, du représentant du ministre des Forces armées ou du représentant du ministre de la Justice. Si tant est que l’objectif du marché relève de l’ordre sécuritaire. Ce qui n’a pas été le cas.

Le Forum Civil et ce parfum de scandale

Cette affaire si grosse avait fait réagir le Forum civil. En effet, Birahim Seck, spécialiste en passation de marché, trouvait ‘’cocasse’’ qu’Ousmane Ngom ait ‘’signé le contrat afférent à son marché le 03 septembre 2007, avant même que le préalable, c’est-à-dire la signature d’une autorisation de la Cnca soit obtenue le 18 septembre 2007, soit 15 jours après’’.

Convaincu que ce marché a été ‘’totalement surestimé’’, Birahim Seck expliquait : ‘’Ousmane Ngom prévoit dans son contrat avec les Malaisiens une production de 500 000 passeports pour une durée de 20 ans. Or, rien qu’entre 2004 et 2007, la production totale cumulée est de 450 000 passeports.’’

L’épouse de Me Ousmane Ngom "poursuivie en justice pour 2 milliard F CFA"

Mais le leader du Mouvement ‘’Libéral Ca Kanam’’ n’est pas le seul à avoir suscité la controverse. Son épouse, également, a vu son nom mêlé dans une histoire présumée délictuelle.

En effet, Aline Corréa Ngom a été poursuivie en justice, en 2010, par son ancien partenaire, Roland Achu LIFU, dans la Société Platinum Group.

Selon le Magazine Lagazette, qui avait donné l’info, ce dernier l'accuse d'avoir fait main basse sur des conteneurs de lait d'une valeur de 2 milliards de francs CFA. Des accusations que la mise en cause avait, à l’époque, rejetées.

Dans son droit de réponse d'alors, Mme Ngom se défendait en ces termes : "la Société Platinum Group a été créée par Madame Aline Ngom et M. Roland Achu LIFU accompagné de deux petits porteurs. Mais à ce jour, ni M. Achu ni les deux autres petits porteurs n’ont jamais versé un franc, pour s’acquitter de leurs parts (actions).

C’est Mme Ngom, qui a intégralement payé pour leur compte toutes les actions par le biais de sa société Global Partners, elle a aussi assuré le démarrage et le fonctionnement de la nouvelle société. Cela est vérifiable."

Précisant que Global Partners était pour les fournisseurs de lait la caution (la garantie), la douce moitié de Ousmane Ngom ajoute qu'on a jeté en pâture "une honorable mère de famille, cadre supérieure du pays, qui a travaillé, depuis bientôt 20 ans, pour bâtir son patrimoine sociétal, en se fondant uniquement sur les accusations mensongères et unilatérales d’un associé douteux qui veut se présenter sous les habits d’une victime".
A-t-elle convaincu ? Seul Dieu sait.

Actusen.com






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image