Leral.net | S'informer en temps réel



Maroc : les violences policières se poursuivent contre les migrants

le 6 Juillet 2015 à 10:35 | Lu 724 fois

Les migrants toujours aussi malmenés au Maroc. Le 30 juin dernier, à Tanger, des migrants subsahariens ont été violemment évacués de leurs appartements par la police marocaine suite à une décision d’expulsion locative. Dans un communiqué de presse, le Groupe antiraciste de défense et d’accompagnement des étrangers et migrants (GADEM), a dénoncé ces opérations musclées menées par les autorités marocaines.


Maroc : les violences policières se poursuivent contre les migrants
 
  Au Maroc, les migrants ne sont pas au bout de leur peine. A tanger, une opération musclée, menée par les force de l’ordre, le 30 juin, à Tanfer, montre que les violences policières à leur encontre ne sont pas prêtes de cesser. Au terme d’un ultimatum donné aux migrants subsahariens qui occupaient des domiciles relevant du domaine de l’Etat et des particuliers, à Tanger, les autorités marocaines ont procédé à des évacuations de ces derniers. Ce qui a inquiété une organisation locale qui plaide pour les droits des migrants. Elle l’a fait savoir dans un communiqué de presse : « Le Groupe antiraciste de défense et d’accompagnement des étrangers et migrants (GADEM) s’inquiète de cette recrudescence du climat d’intolérance au Maroc et de la haine envers les Noirs non ressortissants. » Selon elle, un migrant est décédé et un autre grièvement blessé.
D’autres sources rapportent que ces évacuations se déroulent sans distinction des migrants légaux et illégaux. Une centaine de ces migrants à majorité subsaharienne se sont réfugiés dans un bois à l’extérieur de la ville de Tanger, et d’autres ont élu domicile dans une église espagnole qui essaie de leur apporter protection et assistance. Régulièrement installé au Maroc, un ressortissant camerounais soutient avoir été évacué de force de chez lui, alors qu’il détient sa carte de séjour et son contrat de bail. « Ils sont venus me voir. Ils ont dit : "Tous les Noirs doivent être délogés". Et moi, j’étais surpris. Je leur fais comprendre que j’ai mon contrat et ma carte de séjour. Pourquoi vais-je être délogé ? », s’est-il lamenté.
Promiscuité et insalubrité
Faute de places et de moyens, l’église ne peut assurer leur prise en charge effective. Ce qui fait que les migrants sont confrontés au problème de promiscuité. Ils n’ont pas de douche, ni d’eau encore moins de nourriture. Pour le moment, seules les femmes enceintes et celles accompagnées de leurs enfants bénéficient d’une assistance minimale.
Les autorités marocaines affirment de leur côté, avoir saisi, lors de perquisition des appartements des migrants, des canots pneumatiques, de moteurs et des rames qui servaient à des opérations clandestines permettant aux candidats à l’émigration en provenance des côtés africaines de traverser la Méditerranée.
Critiqué par les organisations de défense des droits de l’Homme pour sa gestion du flux migratoire, le Maroc a régularisé, en 2014, 20 000 migrants se trouvant sur son territoire.
afrik.com
 


Plus de Télé
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 19:54 Fidel Castro : la fin du voyage