leral.net | S'informer en temps réel

Mary Teuw Niane: "Nous ne supprimons pas les aides mais..."

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique apporte des éclairages sur la polémique sur la bourses des étudiants. Dans un entretien accordé au journal "Le Quotidien", Mary Teuw Niane assure que l’Etat ne va pas supprimer les bourses mais que l’octroi va changer… pour permettre aux étudiants de réussir.


Rédigé par leral.net le Mardi 27 Août 2013 à 16:35 | | 6 commentaire(s)|

Mary Teuw Niane: "Nous ne supprimons pas les aides mais..."
"Nous n’allons pas supprimer les aides, mais le rôle de la bourse va changer. La bourse sera là, pour que l’étudiant réussisse bourse sera là pour que les bons étudiants puissent être soutenus, pour que les étudiants issus de familles pas aisées puissent aussi être soutenus, pour que des étudiants qui ont des handicaps et les filles puissent être plus soutenus", a expliqué Mary Teuw Niane. Pour le cas des nouveaux bacheliers, le ministre précise que les bourses vont être subdivisées en deux catégories : "les bourses pédagogiques et les bourses sociales". "On donnera 80% des bourses entières pour des raisons pédagogiques et 20% pour des raisons sociales. Pour les demi-bourses, on donnera 60 % pour des raisons pédagogiques et 40% pour des raisons sociales", a-t-il annoncé.

Par ailleurs, Mary Teuw Niane indique que les bourses vont permettre d’inciter les étudiants à aller dans les filières scientifiques et à plus de discipline et de rigueur dans les études. "Il y aura une discrimination positive en faveur des étudiants qui ont des bacs scientifiques. Maintenant, dans la dynamique de bourses, le renouvellement des bourses va dépendre des résultats. Quand quelqu’un a une bourse et ne réussit pas, il doit s’attendre, s’il avait une demie-bourse, de la perdre, s’il avait la bourse entière, à perdre la moitié. Si quelqu’un n’avait pas de bourse ou qui a une demie-bourse réussit, il doit s’attendre, s’il le demande, à ce que sa bourse soit revalorisée. Quelqu’un qui a une bourse et qui n’est pas assidu en classe, dès lors qu’il a atteint le nombre d’absences qui fait qu’il ne fera pas d’examen, il doit s’attendre à ce qu’on lui coupe la bourse. Aussi, au sein de l’espace universitaire, si l’étudiant fait une infraction et est traduit en conseil de discipline, sa bourse sera suspendue. S’il est fautif, sa bourse sera supprimée, et si bien sûr il n’est pas fautif, sa bourse sera rétablie", a-t-il expliqué.



1.Posté par KISS le 27/08/2013 18:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mais ce ministre, il se prend pour qui? La vie ne se limite pas aux mathématiques. Il ne faut jamais sous estimés les autres filières pour prétendre à un développement harmonieux. KI koumou yapp? SOFFFFFFF

2.Posté par Xar Matt le 27/08/2013 18:34 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce seront donc des bourses d'excellence, puisque le mérite va primer sur le social.
Cela va pousser les étudiants à se décarcasser pour ne pas se faire arracher la bourse .

3.Posté par mariem le 28/08/2013 06:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je pense que les filiaires se valent pas de discriminations dites positives Mr le MINISTRE

4.Posté par @de passage le 28/08/2013 08:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il faut tout faire pour inverser la tendance. Il y a trop de littéraires (70 à 75% des bacheliers) au Sénégal et cette nouvelle politique permettra sur le moyen et long terme de renverser cette tendance. Les sénégalais aiment trop la facilité.
Actuellement l'état du Sénégal fait face à un déficit de professeur de mathématiques éprouve toutes les difficultés pour recruter des professeurs dans cette discipline(collèges et lycée) .
@marieme: les filières ne se valent pas : Le bac S1 par exemple est la voie royale. Il permet de s'inscrire dans tous les filières à l'université. C'est pas le cas pour les bacs littéraires

5.Posté par wakh degg le 28/08/2013 11:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les autorités ont peur de prendre les décisions douloureuses mais necessaires et indispensables pour régler le probléme des universités !
alors que c'est tout simple :

plus de la moitié des étudiants n' a pas sa place à l'UCAD !
ils ne sont étudiants que pour profiter des oeuvres du coud mais n'étudient pas et empéchent les gosses qui veulent étudier de le faire et les menacent meme !

à l' ucad il y'a des gens qui ont plus de 30 ans qui sont toujours en 1 ére ou 2 éme année et pire y'en a qui y vivent avec femme et enfants !

il y'en a d'autres qui ont fait plus de 15 ans dans le campus , et certains de leurs promotionnaires au lyçée ou la fac , sont leurs profs actuellement !

-s' il n' y a pas d'age limite pour étudier , mais si à 26 ans on est pas en 3éme année au moins , on ne doit plus bénéficier des oeuvres universitaires , on continue à étudier si on veut mais on est plus étudiant pris en charge par les contribuables senegalais ( bourse , logement , resto, soins et autres , supprimés )

cette seule et simple décision , si elle prise , va régler tout de suite tous les problémes de l'université au senegal , mais nos autorités sont plutot préoccupées par leurs réélections ou leur sinécure aux postes juteux

6.Posté par wakh degg le 28/08/2013 11:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les autorités ont peur de prendre les décisions douloureuses mais necessaires et indispensables pour régler le probléme des universités !
alors que c'est tout simple :

plus de la moitié des étudiants n' a pas sa place à l'UCAD !
ils ne sont étudiants que pour profiter des oeuvres du coud mais n'étudient pas et empéchent les gosses qui veulent étudier de le faire et les menacent meme !

à l' ucad il y'a des gens qui ont plus de 30 ans qui sont toujours en 1 ére ou 2 éme année et pire y'en a qui y vivent avec femme et enfants !

il y'en a d'autres qui ont fait plus de 15 ans dans le campus , et certains de leurs promotionnaires au lyçée ou la fac , sont leurs profs actuellement !

-s' il n' y a pas d'age limite pour étudier , mais si à 26 ans on est pas en 3éme année au moins , on ne doit plus bénéficier des oeuvres universitaires , on continue à étudier si on veut mais on est plus étudiant pris en charge par les contribuables senegalais ( bourse , logement , resto, soins et autres , supprimés )

cette seule et simple décision , si elle prise , va régler tout de suite tous les problémes de l'université au senegal , mais nos autorités sont plutot préoccupées par leurs réélections ou leur sinécure aux postes juteux

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image





Hebergeur d'image