leral.net | S'informer en temps réel

Massification du Grand parti en vue de... 2017 : La stratégie "souterraine" de Gackou et Cie

Malick Gackou et Cie seraient-ils en train de décliner une stratégie souterraine pour saper la base électorale des grands partis de la place et se massifier en vue des échéances électorales qui se profilent à l’horizon ? En tout cas, bien d’indices portent à le croire au regard des adhésions et autres ralliements qui se font de plus en plus manifestes en direction du Grand parti. Dénommée ‘’Toxu’’, l’opération initiée par des responsables du Grand parti ne cherche pas seulement à vider les militants et responsables de l’Afp, selon certaines sources, mais bien également toutes les formations politiques ou mouvements citoyens du pays.


Rédigé par leral.net le Mardi 7 Juillet 2015 à 11:32 | | 5 commentaire(s)|

Massification du Grand parti en vue de... 2017 : La stratégie "souterraine" de Gackou et Cie
« Nous (Grand parti) avons notre stratégie sur cette question (massification du parti - ndlr) et nous allons la dérouler jusqu’au bout et l’avenir nous édifiera ». Cette stratégie dont faisait allusion Malick Gackou, secrétaire national du Grand parti, interpellé sur la question par la rédaction de Sud Quotidien le 08 juin dernier, serait-elle activée ? Tout porterait à le croire, si l’on se fie à certaines indiscrétions ainsi que les ralliements notés ces temps-ci en direction du parti dissident de l’Afp. De Notto Niobasse (fief du ministre du Commerce Alioune Sarr, dans le département de Thiès) à Fatick (voir par ailleurs) en passant par Louga, des militants des grands partis ( Afp, Pds, voire Apr) quittent leurs anciennes barques pour rejoindre avec cliques et claques le navire piloté par l’ancien présumé dauphin de Moustapha Niasse. Par la grâce de l’opération dite « Toxu », certainement !

Joint par la rédaction hier, lundi 06 juillet, Saliou Sonar Diouf, un des frondeurs exclus de l’Afp et non moins actuel membre du Grand parti, s’est voulu clair sur les objectifs que se sont assignés les initiateurs de l’opération « Toxu ». A l’en croire, « ce n’est pas une opération de guerre, c’est juste une proposition, une alternative que des responsables du Grand parti ont décidé de présenter à leurs ex-camarades et à certains responsables qui sont dans d’autres partis et même ceux qui sont dans les mouvements citoyens ». Pour l’ancien cadre de l’Afp, « l’opération "Toxu" ne concerne pas seulement l’Afp ». Et M. Diouf de promettre : « Dans les prochains jours, vous verrez des responsables issus d’autres formations politiques qui vont s’identifier, peut être, dans cette opération ».

Toutefois, le camarade de Malick Gackou a trouvé normal que des militants de leur ex-parti quittent l’Afp pour le compte du Grand parti. A l’en croire, « quand on est trahi par un vieux qui, le matin, montre un chapelet et un mouchoir blanc et la nuit, sort ses crocs pour sucer le sang des enfants, c’est tout à fait normal qu’il y ait des militants de l’Afp qui quittent l’Afp pour le Grand parti ».

Par ailleurs, même si M. Diouf n’admet qu’à demi-mots que l’opération "Toxu" a été conçue pour faire uniquement des saignées dans les rangs de l’Afp dont de hauts responsables sont « travaillés » en catimini, force est de constater que les ralliements d’anciens militants de la formation de Niasse en direction du Grand parti de Malick Gackou se précisent de plus en plus à l’instar des dernières défections de Babacar Gaye, responsable politique à Linguère, ancien membre du bureau politique de l’Afp. Ce, en attendant certainement les ralliements de pontes progressistes, en mal avec la non candidature de l’Afp pour la prochaine présidentielle, mais ayant encore du mal à exprimer leur désaccord face à l’emprise de Niasse sur son parti.

Sud Quotidien






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image