leral.net | S'informer en temps réel

Master et bourses pour tous: Les étudiants fixent un ultimatum à l'Etat

La revendication estampillée «Masters et bourses pour tous» risque de replonger l’Ucad dans le chaos. Les étudiants de la Faculté des lettres et sciences humaines ont fixé un ultimatum à l’Etat pour satisfaire cette doléance. Il expire mardi.


Rédigé par leral.net le Mardi 17 Juin 2014 à 01:00 | | 6 commentaire(s)|

Master et bourses pour tous: Les étudiants fixent un ultimatum à l'Etat
C’est un ultimatum aux relents d’une déclaration de guerre. En lieu et place de la levée de leur mot d’ordre de grève, les étudiants de la Faculté des lettres et sciences humaines de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad) ont décidé de pousser le bouchon de la provocation trop loin. Le nouveau cri de guerre est simple : «Masters et bourses pour tous».

Pour eux, ces deux revendications sont «non-négociables» et ils n’accepteront «aucun consensus» sur cette question. En fin de compte, ils «ont fixé un ultimatum au président de la République de se déterminer d’ici à mardi prochain s’il veut sauver l’année universitaire».

Cette menace n’augure rien de bon dans un campus universitaire qui garde encore les traumas des récentes crises qui l’ont secoué. Entre plainte et procès, les étudiants ont perdu une partie de leur force dans des batailles judiciaires. Ils n’en ont cure : Car, ils sont gonflés de détermination pour la généralisation des Masters et des bourses que les réformes universitaires ont logé dans les étages de l’excellence.

Pour rappel, les violents affrontements entre forces de l’ordre et étudiants de l’Ucad laissent encore des traces indélébiles contre l’oubli, avec notamment la mise à sac des locaux de la Direction du Centre des œuvres universitaires de Dakar (Coud).

Lesquels affrontements s’étaient soldés par l’interpellation de 22 apprenants déférés, jugés et libérés, faute de charges probantes contre eux. Vendredi, le présumé cerveau des évènements du mois de mai, Apollinaire Diatta, a pris une peine de 6 mois avec sursis.

Ces peines d’apaisement n’ont pas, en vérité, altéré la détermination des étudiants à obtenir gain de cause dans ce combat où l’issue semble incertaine. Bref, l’Ucad retient encore son souffle.

Le Quotidien






Hebergeur d'image