leral.net | S'informer en temps réel

Matam : Des "apéristes" se rebellent

Des militants qui disent être victimes de brimades de la part des « grands responsables du parti », ont annoncé une vaste mobilisation de riposte pour mettre fin à l’injustice !


Rédigé par leral.net le Dimanche 28 Décembre 2014 à 11:46 | | 0 commentaire(s)|

Matam : Des "apéristes" se rebellent
L'APR dans la commune de Matam est sur le point d’accueillir sa première rébellion venant d’une partie de ses membres. En effet, ses militants de la première heure ont organisé un grand rassemblement pour "créer un mouvement dénommé « la riposte»". Selon le coordonnateur de cette nouvelle structure, M. Ousmane Ndiongue, «le but de ce mouvement est de regrouper tous les "bannis" de l’APR, c'est-à-dire, les militants de la première heure qui sont laissés en rade et qui n’ont pas trouvé un cadre d’expression qui leur permet de se faire entendre. Délaissés, ces militants qui ont tout donné au parti, sont souvent victimes de brimades de la part des grands responsables du parti qui ne sont là que pour leurrer le président et pour défendre leurs intérêts».

Sur ce, le coordonnateur de "la Riposte", "assimile son mouvement à un rassemblement dont la mission est de mettre non seulement fin à l’injustice, mais aussi fin à l’arrogance…"

«La Riposte dit non à l’accaparement du parti par un groupuscule composé d’opportunistes qui bénéficient de privilèges, tout comme la politique d’exclusion de femmes et d’hommes valeureux qui se sont sacrifiés pour ce pays… Mais aussi, non à la souffrance des sénégalais et à l’aristocratie», fulmine le porte-parole dudit mouvement dont certains propos acerbes fouettent le moral.

En magnifiant par la suite, la politique économique et sociale du Président de la République, le PSE et la mise en œuvre du «Yoonu Yokkuté», la déclaration du mouvement devient plus paisible.

Car, "après avoir salué le recrutement de milliers de sénégalais dans des secteurs productifs, ce sont aussi les efforts consentis à l’endroit de la Couverture Maladie Universelle (CMU), la traque des biens mal acquis qui accueillent l’adhésion des frondeurs", disent Ndiongue et cie.

Les «sans voix» qui plaident pour une reconnaissance de leur identité par le Secrétaire général de leur formation politique, sollicitent dans la dynamique, plus de considération de la part des autres membres du parti.

Rébellion ou revendications politiques (?), les jours à venir nous renseigneront davantage...

ferloo






Hebergeur d'image