leral.net | S'informer en temps réel

Matar Coly d'attaque

À FOND Avec son style caractéristique, Matar Coly échappe aux Sédunois Aleksandar Mitreski et Jamal Alioui. Le Sénégalais de Young Boys retrouvera dimanche la Maladière, où il a évolué pendant trois saisons et demie. (ARCHIVES ERIC LAFARGUE)
Après une courte expérience aux Emirats arabes unis, Matar Coly est revenu en Suisse pour porter le maillot de Young Boys. S'il a été longtemps blessé à un genou, le Sénégalais est désormais d'attaque pour affronter son ancien club, Xamax. Il le retrouvera dimanche à la Maladière (14h30) en huitièmes de finale de la Coupe de Suisse.


Rédigé par leral.net le Vendredi 20 Novembre 2009 à 14:39 | | 0 commentaire(s)|

Matar Coly d'attaque
Il y a un peu moins de deux ans, le 16 décembre 2007, Matar Coly contribuait à la qualification de Xamax pour les demi-finales de la Coupe de Suisse en boutant Young Boys hors de la compétition. Dimanche, le Sénégalais retrouvera la Maladière pour ses débuts en Coupe cette saison. Simplement, il portera laemaillot «jaune et noir» des Bernois.
«C'est assez drôle», concède l'attaquant - qui a passé trois ans et demi, de juin 2005 à fin 2008, à Neuchâtel - au téléphone. «Mais nous ne ferons pas de cadeaux. Xamax est réellement redoutable cette saison. L'équipe a trouvé une bonne assise défensive et fait très peur en attaque. Cependant, nous disposons aussi de solides arguments. Je vous assure que Xamax aura plus de mal que lors du premier match de championnat.»
Pour mémoire, le 13 septembre, Xamax avait dominé 3-0 les Bernois. Matar Coly était assis dans les tribunes de la Maladière. La faute à une vilaine blessure qui traînait en longueur. «J'avais reçu un coup lors de mon dernier match aux Emirats arabes unis (réd: l'attaquant avait quitté Xamax pour Al Wahda en janvier). L'inflammation était plus sérieuse que prévu. Il m'a fallu plus de trois mois avant de pouvoir rejouer.» Effectivement, le Sénégalais de 25 ans a dû attendre le 24 octobre et le match contre Grasshopper pour effectuer ses débuts avec son nouveau maillot. Et le 8 novembre pour inscrire son premier (et pour l'heure seul) but.
«Je me suis retrouvé dans une situation nouvelle. A Xamax, j'étais titulaire alors qu'à Berne, étant données ma blessure et la qualité de la concurrence, je dois gagner ma place. Je profite de chaque instant de jeu pour prouver ma valeur, même si je suis conscient que je serai au top de mes possibilités seulement après la pause hivernale.»
Mais il en faut davantage pour déstabiliser le puissant avant. Car, s'il a apprécié son passage aux Emirats (lire encadré), Matar Coly ne regrette nullement son choix de revenir en Suisse. «J'ai été flatté qu'un grand club comme Young Boys s'intéresse à moi», concède-t-il. «Mon intégration s'est déroulée de manière idéale. On parle beaucoup le français dans le vestiaire et les nombreux Africains de l'équipe assurent l'ambiance.» Sur le terrain, pas de problèmes non plus. «Franchement, je savais que nous étions forts mais je ne pensais pas que nous serions leaders du championnat. Quant au système tactique, il me convient parfaitement: on joue avec trois attaquants et le coach nous demande de beaucoup bouger, permuter.»
Oui, Matar Coly a vraiment commencé une nouvelle vie. Il habite désormais à Berne. Il ne renie pas son passé pour autant. «J'ai gardé des contacts avec plusieurs joueurs xamaxiens comme Thierno Bah, Ideye Brown, Ibrahima Niasse... Nous allons parfois manger ensemble à midi, à Neuchâtel. Je suis vraiment content que ça se passe bien pour eux après toutes ces saisons de galère. Dans quelques années, je suis certain que Xamax jouera régulièrement les premiers rôles. Mais pour l'heure, Young Boys est plus fort.»

A vérifier dimanche... /ESA
EMANUELE SARACENO






Hebergeur d'image