Leral.net | S'informer en temps réel



Mauritanie: Risque de tensions ethniques à Gourel Fallay (TPMN)

le 9 Août 2012 à 10:46 | Lu 860 fois

Le mouvement mauritanien, Touche Pas à Ma Nationalité, alerte qu’il existe un risque d’affrontements communautaires entre Peuls et Harratines, en raison de l’occupation par les derniers des terres cultivables des premiers à Gourel Fllay, un village situé à 20 kilomètres de Kankossa, dans le sud de la Mauritanie.


Mauritanie: Risque de tensions ethniques à Gourel Fallay (TPMN)
Après leur déportation en 1989 au Sénégal, les Peuls, de retour à leur pays ont été accueillis par de fausses promesses de l’Etat mauritanien : ils n’ont pas récupéré leurs biens, terre ou bétail, a estime TPMN qui a effectué à une mission de deux jours à Gourel Fallay sur demande des populations locales.

Abdoul Birane Wane, coordinateur de TPMN a présenté le rapport de la mission (a consulter ici) à la presse le mardi 7 juillet à Nouakchott. A l’occasion, il a constaté que les harratines en question sont toujours en possession des armes à feu que l’Etat leur avait procurées durant les événements 1989. Et avec ces armes, ils menacent de raser tout le village Gourel Fallay.

Le coordinateur a ajouté que les populations de Gourel Fallay font face à d’autres problèmes : elles n’ont pas été, comme promis, enrôlées à l’Etat civil, et elles vivent dans des habitats précaires ; il suffit qu’une goutte d’eau tombe pour qu’elles se retrouvent complètement dans l’eau. Et le hangar qui leur devrait leur servir d’école a été déserté par l’enseignant qui y a été affecté à cause des conditions déplorables.

Intervenant, le président du Fonadh, Sarr Mamadou, a considéré que Gourel Fallay compte parmi tant d’autres cas de spoliation de terres des rapatriés mauritanien à Trarza, Grogol ou à Guidimakha.

Et pour Sarr Mamadou c’est l’administration mauritanienne qui est dernières cette spoliation. Il ajouté, pour preuve, que la communauté harratine ou Beïdane (maure blanc) qui les occupe avoue que les terres appartiennent aux rapatriés mais précise qu’elle a y été installée par l’administration.

Aujourd’hui, selon Sarr, le Peuls, propriétaires des terres, sont obligés de les louer des Harratines lesquels ne mettent les terres en valeur.

Sarr a par ailleurs souligné que dans le village de Gorel à quelques kilomètres de Maghama, 38 maisons en béton qui appartenaient à des déportés sont toujours occupées par des Harratines. Une seule a été récupérée par le propriétaire.
Enfin, Sarr Mamadou Mamadou craint le déclanchement d’un conflit armé entre les Peules et les Harratines, si une solution consensuelle n’est pas trouvée au problème.

Source : Alakhbar


1.Posté par CHERIF AIDARA le 09/08/2012 16:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

chérif aidara le petit fils de cheikh sadibou aidara grand marabout
est la aujourdhui pour aider ce qui on besoin de lui pour tout les domaine
amour chance reussite travail mariage santé succés dans vos entreprises basé sur le saint coran incha allah kou gneuw sa adio fadiou
thi barké cheikhna cheikh sadibou thi barké yonentebi mouhamad salalahou aleyhi wa salam wa salatou wa salam hairou leumbiya badar ak ouhout
contact ;00221 77 921 57 39 MERCI

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site

Plus de Télé
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 19:54 Fidel Castro : la fin du voyage