Leral.net | S'informer en temps réel



Mauritanie: le rapatriement des réfugiés va se 'poursuivre'

Rédigé par Senegal Leral le 10 Août 2008 à 17:28 | Lu 1104 fois

Le général Ould Abdel Aziz, chef de la junte qui a renversé mercredi le président mauritanien, a affirmé dimanche dans un entretien à l'AFP sa volonté de "poursuivre" le rapatriement des réfugiés négro-mauritaniens du Sénégal et du Mali, et de "l'améliorer".


Mauritanie: le rapatriement des réfugiés va se 'poursuivre'
NOUAKCHOTT -"Nous allons poursuivre le rapatriement et nous avons prévu de l'améliorer, pour régler le problème (du "passif humanitaire", ndlr)", a déclaré Mohamed Ould Abdel Aziz, à la tête d'un Haut conseil d'Etat formé de 11 militaires.

"Les Mauritaniens veulent dépasser ces problèmes qui doivent être réglés et le seront", a-t-il ajouté, interrogé sur la politique de rapatriement engagée sous la présidence de Sidi Ould Cheikh Abdallahi.

Ces opérations visent le retour dans leur pays de quelque 24.000 Négro-Mauritaniens qui avaient fui ou avaient été chassés de chez eux après des violences interethniques entre 1989 et 1991.

Le directeur de l'agence nationale pour l'accueil et l'insertion des réfugiés rapatriés du Sénégal et du Mali (ANEIR), Moussa Fall, avait été arrêté mercredi, au moment du coup d'Etat.

Son arrestation s'ajoutait à celles du président, du Premier ministre, du ministre de l'Intérieur et du vice-président du parti au pouvoir (PNDD), également dirigeant du Conseil économique et social.

Interrogé sur leur "sort", le dirigeant de la junte a déclaré: "Nous n'avons pas de sort particulier à leur réserver. Ils sont dans une situation de résidence surveillée, pour leur sécurité et la sécurité du pays. La justice existe en Mauritanie et il y a également un Parlement qui pourrait au besoin les juger si nécessaire".

Le général a commenté les réactions internationales, et notamment la décision de l'Union africaine de "suspendre la Mauritanie" de son organisation, en disant: "Je crois que la communauté internationale ne cherche pas à déstabiliser la Mauritanie. Quand elle aura toutes les informations, elle pourra aller dans le sens positif".

"Nous allons nous rapprocher de cette communauté internationale, dans l'intérêt de tous, parce que nous avons assez de problèmes à gérer dans le monde, plutôt que de vouloir en créer", a-t-il dit.

"Je ferai tout pour apaiser les esprits et rapprocher les Mauritaniens les uns des autres", a encore promis le général.

Il a de nouveau affirmé que les putschistes n'avaient "fait qu'éviter la catastrophe au pays, en réagissant à un coup d'Etat fait par un président élu qui a agi de manière irrationnelle". "C'est l'ancien président qui a mis fin à l'espérance (démocratique) par son action, son comportement, par le blocage des institutions", a-t-il encore accusé.