leral.net | S'informer en temps réel

Mauvaise passe de l’Olympique de Marseille : Pape Diouf, sans concession

Rien ne va plus sur la Canebière. En effet, sur le Vieux Port, l'Om a la tête sous l'eau et coule dans les abysses du championnat de France de Ligue 1. Quels sont les problèmes phocéens ? À qui la faute ? Quelles solutions pour résoudre ses maux ? Pape Diouf tente d'apporter quelques éléments de réponse.


Rédigé par leral.net le Mardi 20 Septembre 2011 à 13:37 | | 0 commentaire(s)|

L’Olympique de Marseille bon dernier au classement du championnat de France de Ligue 1 après six journées, peu de bookmakers se seraient risqués à parier là-dessus. Et pourtant, la réalité dépasse la fiction et les Phocéens sont désormais au fond du trou. Défaits hier soir sur le terrain de l’Ol (2-0), les pensionnaires du Stade Vélodrome se sont écroulés et s’enfoncent peu à peu dans une sacrée crise. Loin de son statut de champion de France potentiel, l’Om va devoir cravacher pour revenir dans un premier temps dans le ventre mou avant, éventuellement, de pouvoir envisager d’accrocher une place qualificative pour les compétitions européennes. Un constat alarmant, qui ne laisse pas insensibles tous les amoureux du club champion de France en 2010.
Invité de 100 % foot, Pape Diouf se montre presque abasourdi : ‘L’Om lanterne rouge, c’est plus que la grosse cote. Évidemment que ça ne peut pas aller. Quand on est sentimentalement impliqué dans la question olympienne, voir cette équipe en tête des équipes qui descendent, ça ne fait pas plaisir. Mais je reste convaincu que c’est conjoncturel. (...) Ce qui a été étonnant, c’est que Marseille a perdu les duels, Marseille n’a pas été présent dans l’engagement, là où l’équipe s’illustrait quand elle a été championne. Mais il me semble aussi que le levier mental joue beaucoup et montre que Marseille est mal dans sa tête. (...) Au vu du retard déjà considérable que l’équipe concède, sera-t-elle en mesure de se placer dans les trois premiers, ce qui est l’objectif majeur du club ? Là est la question’.

Mais alors, à qui la faute ? L’ancien président marseillais refuse d’accabler Didier Deschamps et vise plutôt la hiérarchie phocéenne, incapable de parler d’une seule voix : ‘On ne peut pas dire qu’il (Deschamps) soit complètement libre, parce qu’il y a aussi l’exercice d’un pouvoir sous-terrain, et tout ça donne parfois des complexités qui n’apparaissent pas. On ne peut pas parler d’un Deschamps qui aurait les mains libres, c’est beaucoup plus complexe que ça. Il suffit d’observer la manière dont le club fonctionne. Il y a un directeur sportif (José Anigo) qui a sa manière de concevoir les choses, un président (Vincent Labrune) qui connaît le football et qui a ses idées, et Deschamps qui doit faire des compromis. Très honnêtement, le rôle de Dassier était neutre. Il était dans le rôle d’une belle mascotte. Il faut remettre l’église au milieu du village et arriver à une cohérence dans les choix. Il ne faut pas se focaliser sur la personne de Deschamps. Depuis son arrivée, l’Om a accumulé les titres, et je pense qu’il reste l’un des meilleurs techniciens français et qu’il trouvera les ressources nécessaires pour faire redémarrer son groupe.’

Mais s’il dédouane en partie le champion du monde 1998, Pape Diouf se montre toutefois circonspect quant à certains choix : ‘Dans la configuration de l’équipe, quand on voit Morel qui joue maintenant en haut et Traoré à gauche, ça montre déjà de la part de Deschamps une frilosité, une peur. Azpilicueta ? Les deux buts sont de son côté. Mais ce qui est un peu dommage, c’est qu’aujourd’hui à Marseille, au vu des prestations très ternes de Azpi, le garçon qui était venu de Rennes pour le remplacer lui-même n’y est pas, c’est Rod Fanni. De ce point de vue-là, Deschamps a un double problème.’ Malheureusement pour l’Om, les problèmes s’accumulent.

(footmercato.net)
Source Walfadjri






Hebergeur d'image