leral.net | S'informer en temps réel

Mbour: le préfet, Saër Ndao interdit la sortie du kankourang sur toute l'étendue de son département

Les récentes échauffourées qui ont eu lieu, dimanche, entre différentes franches de la collectivité mandingue de Mbour avec le Kannkourang, irritent profondément le préfet du département, Saër Ndao. Ce dernier a sorti, ce lundi un arrêté portant interdiction ‘’totale’’ de la sortie du kankourang sur toute l’étendue’’ du territoire dudit département.


Rédigé par leral.net le Mardi 27 Septembre 2016 à 00:07 | | 5 commentaire(s)|

‘’Cette fois, cette décision que j’ai prise pour mettre fin au kankourang, je ne suis pas prêt, pour le moment, d’y revenir. Ça c’est sûr. Je ne sais pas ce qui va se passer l’année prochaine, Dieu seul le sait, mais c’est une décision ferme. Je n’interdis pas la pratique des traditions des us et coutumes, mais sur la voie publique, on a notre mot à dire. Il est clair que cette responsabilité nous revient et nous l’assumerons’’, a-t-il précisé.

‘’On a toujours vécu le kankourang les dimanches du mois de septembre, mais le dimanche passé a été celui de trop, puisque des éléments de trop, qui ne sont pas uniquement des jeunes, ont voulu se faire justice en décidant de s’attaquer à d’honnêtes citoyens’’, a regretté M. Ndao.

Face une telle situation, étant le garant de l’ordre public, le préfet a dit avoir demandé à la Police de s’interposer dans un premier temps et de disperser également tout attroupement ‘’par la force’’. Une situation que le préfet juge ‘’regrettable’’, promettant qu’une traque serait lancée contre ceux qui ont perpétrés ces actes.

‘’Souvent, les gens parlent d’incidents, mais là, il ne s’agit pas d’incidents. Ce qui s’est passé hier (dimanche), ce sont des actes d’indiscipline et de vandalisme perpétrés par des jeunes qui, dit-on, appartiendrait à la collectivité mandingue. Cette responsabilité, je l’impute au bureau de la collectivité mandingue qui a demandé l’autorisation d’organiser les activités liées à la sortie du kankourang et qui devait s’occuper de l’aspect sécuritaire’’, a-t-il indiqué.
‘’Là, l’histoire me donne raison, puisque j’avais dit que les renseignements que nous avions reçus nous disaient qu’il y avait de fortes menaces qui pesaient sur les citoyens, pas seulement les mandingues. Et c’est ce qui avait motivé ma décision d’interdire le kankourang’’, a expliqué M. Ndao face à la presse.

Dans le premier arrêté, le chef de l’exécutif départemental avait écrit qu’il s’agissait d’une ‘’interdiction jusqu’à nouvel ordre’’. Mais pour cette fois-ci, c’est ‘’une décision catégorique’’, puisqu’’’il y a l’autorité à restaurer dans ce pays, mais surtout dans cette ville de Mbour où chacun veut faire ce qu’il veut. On ne l’acceptera pas !’’, a-t-il averti.

‘’Nous sommes dans une ville qui est développée. Mbour ne peut plus contenir ce kankourang et il est impossible qu’on tienne en otage les populations un dimanche. Ce n’est plus possible ! On est à une autre époque et on doit laisser les gens vivre leur liberté’’, a insisté Saër Ndao. Il a demandé aux parents des circoncis d’aller récupérer leurs enfants encore dans les ‘’leul’’ (case des hommes).

‘’Nous allons investir les ‘’leul’’ pour traquer les délinquants qui sont là-bas et les mettre à la disposition de la justice’’, a-t-il prévenu. Et d’ajouter : ‘’J’ai toujours regretté d’avoir levé la mesure d’interdiction du kankourang’’.

‘’On n’a rien contre cette communauté, mais nous sommes là pour tous les citoyens. Nous administrons pour tous les citoyens qui sont d’égale dignité et nous veillerons à ce qu’elle soit ressentie tant que nous serons là’’, a martelé le préfet.


Landing DIEDHIOU, Leral.net







Hebergeur d'image