leral.net | S'informer en temps réel

Me El Hadji Diouf : "Sidiki Kaba a obtenu la tête d’Alioune Ndao en ne disant pas la vérité à Macky Sall, en complotant"

Aux yeux de Me El Hadji Diouf, avocat de l’Etat dans le dossier Karim Wade, le Garde des Sceaux ministre de la Justice, Me Sidiki Kaba, est l’unique responsable du limogeage du procureur Alioune Ndao. Selon lui, Me Kaba s’est payé la tête du Procureur spécial pour tirer d’affaire son ancien client Bibo Bourgi cité dans ce dossier.


Rédigé par leral.net le Lundi 17 Novembre 2014 à 17:21 | | 6 commentaire(s)|

Me El Hadji Diouf : "Sidiki Kaba a obtenu la tête d’Alioune Ndao en ne disant pas la vérité à Macky Sall, en complotant"
Me Diouf, en tant qu’avocat de l’Etat, quelle lecture faites-vous du limogeage du Procureur spécial près la Crei, Alioune Ndao ?

C’est un complot et le président de la République, Macky Sall, a été trompé. Car la décision qui a été prise est non seulement grave, mais elle est inutile et dangereuse. C’est une humiliation, mais aussi une véritable trahison. Parce qu’on limoge quelqu’un qui a commis une faute ou une erreur. Alioune Ndao n’a commis aucune faute. Au contraire, on devrait le décorer pour services rendus à la Nation sénégalaise dans la mission qu’on lui a confiée. Il a mené ce travail avec engagement, rigueur, professionnalisme et surtout avec courage. Il est tout le temps décrié, insulté, dénigré, menacé, mais il tient toujours bon. Le fait aussi d’inventer des faits, d’occuper la presse pour le présenter comme un magistrat têtu et inconscient est entrepris et savamment orchestré par le ministre de la Justice, Me Sidiki Kaba, pour expliquer l’inexplicable, pour justifier l’injustifiable. Le ministre de la Justice sait pertinemment qu’Alioune Ndao le dérange beaucoup, parce qu’il a été son principal adversaire dans le dossier de Karim Wade. Tout le monde sait qu’avant d’être nommé ministre, Sidiki Kaba était le principal avocat de Bibo Bourgi qui est une pièce maîtresse dans le dossier de Karim Wade. Et le ministre de la Justice, ancien avocat de Bibo Bourgi, a toujours critiqué la Crei en disant qu’elle était illégale. Donc, il s’est toujours opposé, en tant qu’avocat, au Procureur spécial Alioune Ndao qui pilotait le dossier. Une fois nommé ministre, Me Sidiki Kaba a continué à critiquer la Crei. Ce qu’Alioune Ndao n’avait pas compris.

Comment a-t-il critiqué la Crei ?

Lorsqu’on (Sidiki Kaba) l’a nommé ministre, il a dit à Alioune Ndao dans son bureau que cette Crei-là est illégale.

Ah oui ?

Absolument, je n’invente rien. Il a dit à Alioune Ndao que votre Crei-là est illégale. Et Alioune Ndao de lui répondre : «Vous n’êtes plus avocat, mais ministre de la République, vous ne pouvez pas dire cela de la Crei.» Et il a demandé à Alioune Ndao de bâcler le dossier de Karim Wade et de programmer son enrôlement alors que l’affaire n’était pas encore prête. Alioune Ndao ne l’a pas suivi et il lui en a voulu. Ensuite, il a voulu que Bibo aille en France, là aussi, Alioune Ndao s’y est opposé. Acculé tout le temps par Sidiki Kaba, Alioune Ndao a exigé et obtenu des instructions écrites de la hiérarchie pour ne plus s’opposer à la sortie de Bibo du territoire national pour aller en France. Tout ce lynchage médiatique relève d’une stratégie du ministre de la Justice pour discréditer Alioune Ndao et se justifier. Et plus grave, ils sont allés jusqu’à raconter des contrevérités en disant qu’il voulait arrêter, à la veille du Sommet, Me Madické Niang, Pape Diop, Abdoulaye Diop, Ndella Wade, etc. Que le président de la République l’avait reçu dans ses appartements privés pour lui demander d’arrêter et il lui a dit que c’est lui le maître des poursuites. Ce sont de gros mensonges. Alioune Ndao ne peut pas les arrêter parce qu’il n’a pas encore servi de mise en demeure de 30 jours à ces personnes. Et tant que la mise en demeure n’est pas servie, aucune arrestation n’est possible. Par rapport au refus devant le chef de l’Etat qui l’aurait rencontré dans ses appartements privés, c’est faux.

Pourquoi vous le dites ?

J’ai appelé Alioune Ndao et j’ai discuté avec lui. Alioune Ndao me dit que, du 31 octobre au 9 novembre 2014, il était à Paris. Il est rentré le 9 novembre, le soir, et le 10 novembre, il prend l’audience. Donc, toute la journée, il n’a parlé à personne. Le 11 novembre, il prend encore l’audience jusqu’à la suspension. Donc, il n’a pas rencontré le président de la République. Et il me dit, mieux : «Cela fait plus de six mois, je n’ai pas vu le président de la République.» C’est lui qui me l’a dit parce que moi, je ne veux pas condamner quelqu’un sans l’entendre. C’est une humiliation de le limoger devant Karim Wade, parce qu’il symbolisait, dans ce dossier, celui qui empêchait de tourner en rond. Maintenant, faire plaisir à ce monde-là après avoir utilisé Alioune Ndao, on l’a pressé comme un citron et on l’a jeté dans la poubelle.

Vous disiez au début de vos propos que c’est un complot. Selon vous, qui complote conte Alioune Ndao ?

C’est Sidiki Kaba. L’ancien avocat de Bibo Bourgi, devenu ministre de la Justice, patron de Alioune Ndao, a obtenu sa tête en ne disant pas la vérité à Macky Sall, en complotant.

Mais, dans quel but ?

Parce qu’il le dérange dans le dossier. On a dit que Bibo avait des milliards. Est-ce que cela lui appartient ou à Karim Wade ? Si Bibo n’est pas condamné, ces milliards-là seront sauvés. Qui va en bénéficier ? Est-ce que son ancien avocat qui sera à la base de ce relax de Bibo ne pourrait pas bénéficier de cet argent-là ? Comme le Procureur Alioune Ndao est teigneux à l’audience, maîtrisant parfaitement son dossier, n’ayant commis aucune erreur depuis le début dans la conduite du dossier, malgré les tirs groupés de la défense, il reste zen avec son adjoint, ça dérange un ministre de la Justice qui souhaite que Bibo gagne ce procès. Il l’a dit à Alioune Ndao. Plus grave encore, quand Alioune Ndao a voulu enrôler le dossier de Tahibou Ndiaye, Sidiki Kaba s’y est opposé. Il lui a dit d’attendre d’abord de voir si le dossier de Karim Wade va prospérer ou non. Parce qu’il ne croit pas à la procédure. Mais, Alioune Ndao a refusé de violer la loi.
L'Obs






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image