leral.net | S'informer en temps réel

Me Seydou Diagne soupçonné de complicité avec l'informaticien de la Crei : "C'est de la manipulation, un mensonge d'Etat de plus"


Rédigé par leral.net le Jeudi 5 Mars 2015 à 08:42 | | 29 commentaire(s)|

Me Seydou Diagne soupçonné de complicité avec l'informaticien de la Crei : "C'est de la manipulation, un mensonge d'Etat de plus"
Accusé d'avoir reçu de l'informaticien de la Crei, Abdou Adolph Dia, des informations sur les délibérations du procès de Karim Wade et Cie, Me Seydou Diagne dément formellement et parle de mensonges d'Etat. "Après Karim Wade, l'Etat s'acharne sur ses avocats, c'est de la manipulation et un mensonge d'Etat de plus. Je n'ai jamais rencontré Aldolph Dia en dehors de la salle d'audience où se tenait le procès de Karim Wade. Et, depuis le 14 janvier, date à laquelle nous avons quitté l'audience, je ne l'ai pas vu. Pour qu'il me remettre des enregistrement, il faut que je le voie, il ne connait même pas ou se trouve mon cabinet. De toutes les personnes qu'il a appelées dans la famille judiciaire, dont les avocats de l'Etat et d'autres personnes, pourquoi on ne parle que de moi ? Il a passé des appels avec un autre avocat", a réagi le conseil de Karim Wade. Sur les sommes d'argent importantes qu'il aurait remises à Dia, Me Diagne réplique : "Pure affabulation, je n'ai pas d'argent à donner".

L'avocat ajoute qu'il dispose du dossier de 47.000 pages et Dia n'a rien à lui apprendre. Ce dernier, qu'il sache, n'assiste d'ailleurs pas aux délibérations qui se font à la Crei et non au Palais de justice de Dakar. Les saisies qu'il faisait n'ont rien à voir avec les délibérations de la peine. Le fait de s'attaquer aux avocats de Karim Wade est une indignité. Nous n'avons rien à faire de leur délibéré parce que depuis le début du procès, à l'audience, nous leur avons dit de dire tout de suite le verdict, c'est d'une indignité... Nous avons quitté la défense et la Crei depuis trois mois, ils n'ont qu' à rendre leur décision de condamnation et nous laisser tranquilles », assène Me Diagne dans les colonnes de L'As.






Hebergeur d'image