leral.net | S'informer en temps réel

Me WADE : le film de la fin

Suite aux résultats du 1er tour qui ont fini par mettre le régime au pouvoir en ballotage défavorable quant au second tour, les libéraux pour inverser la tendance, nous ont gratifiés d’une chanson. Cette chanson serait un classique politicien malgré qu’ils tentent vainement de varier la musique, les libéraux y jouent un seul et même refrain libéral où -Wade-Macky- c’est du pareil au même, du « copier-coller » ou encore Macky est le plan B de Wade. Les mélomanes avertis que sont les citoyens sénégalais savent pertinemment que les paroliers n’ont qu’une observation superficielle du compagnonnage politique -Wade-Macky- sous la bannière libérale.


Rédigé par leral.net le Samedi 10 Mars 2012 à 01:08 | | 1 commentaire(s)|

Me WADE : le film de la fin
En effet, assimiler une très probable gouvernance de Macky à une continuité du régime de WADE est simpliste, cache une certaine méconnaissance des raisons qui poussent le peuple dans sa large majorité à revendiquer un vote contre Wade et de plus occulte les certitudes d’espoir que renferment le choix du candidat Macky SALL.
Au lieu d’une chanson, si les libéraux faisaient un film avec un montage républicain, ils comprendront que l’élection de Macky Sall constitue pour les sénégalais le véritable changement.
A l’entame de ce film, il y a la période de la rupture entre Wade et Macky. Il s’agit de 2008 et 4 ans après Macky Sall déclare en toute sérénité et fierté « assumer le bilan comptable de son compagnonnage avec Me WADE ». C’est à juste raison qu’il puisse assumer cette période. En ce temps-là, le peuple sénégalais, le cœur des priorités de tout politicien intelligent avait fini d’apprécier positivement le scénario couvrant la période. Sous la direction d’un Macky Sall ayant mis sur orbite la stratégie de croissance accélérée, ce peuple mature allait réélire Me Wade au 1er tour des élections de 2007. Eh oui, Macky SALL a fait ses preuves et constitue un espoir pour un Sénégal émergent car jeune, rigoureux, travailleur et intègre. En atteste, il quitte en 2008 le PDS avec les mains propres car qui connaît ce parti et son unique actionnaire sait qu’une erreur la plus minime aurait été fatale à sa liberté d’actions.
A l’opposé de Macky, on constate depuis 2008 un WADE métamorphosé qui considère le pouvoir accordé par tout un peuple de plus en plus comme un patrimoine. Une attitude inquiétante qui produit un feuilleton médiatique qu’on pourrait titrer « Dynastie ». Cela ne lui suffit pas, WADE collectionne les casserolles (Affaire Ségura, délestages intempestifs, hausse du prix des denrées, les impunités, les campagnes agricoles désorganisées) pour faire un tintamarre sur le Monument de la Renaissance et le Fesman qui a fini par créer des troubles dans tous les secteurs économiques. Pendant ce temps-là, ses partisans nous habituent aux frasques à coups de millions de leurs bambins inconscients et insensibles aux difficultés quotidiennes des sénégalais. Pour ne pas continuer à remonter le temps où est suspendu un déplorable wax waxét, WADE achève son peuple en lui servant une série titrée « Répression sanglante pour rester au pouvoir ». Le public indigné assiste à un Farba Senghor, en conférence de presse au palais, qui apporte la réplique aux journalistes de l’AS et 24Chrono : « Khadaffi aurait appelé Wade de sa tombe ignorant que nous avons gagné les élections au 1er tour ». Dans la même scène filmée à 11h, Serigne Mbacké Ndiaye a perdu la voix à force d’insister la veille dans tous les journaux « on peut gagner les élections au 1er tour ». Surement, il ne tend jamais ses oreilles à nos journalistes qui rééditent une observation plus fiable que celle de 2000. Comme très souvent dans les films, l’acteur principal Mister WADE ne meurt pas à la fin. Il disparaît du décor.
Finalement, il appartient au peuple sénégalais, acteurs et téléspectateurs du Film, de bouter hors du pouvoir un acteur politique le rôle n’a consisté en permanence à vouloir décrocher un oscar ou un nobel au mépris des attentes de son public. Le courroux du peuple sénégalais est né de ce comportement de Wade et de sa cour qui se résume à une mauvaise façon de gouverner, l’arrogance des gouvernants, la corruption, l’absence d’éthique et de YAMALE. Qu’il veuille solliciter un troisième mandat, Y’en a marre.
La séparation sera effective le 3 avril 2012.
Wade dém (dégage). Et sans rancune car Fékkée Ma ci boolé.
Macky gneuw (gagne)
Le peuple redeviendra souverain ce 4 avril 2012 avec le lancement d’un nouveau film où l’acteur est adulé par toute une génération de NTS et sur qui repose l’espoir d’un YOONU YOKKUTE car le scénario a été conçu autour d’Assises Nationales et du M23.

Mamadou SECK
Membre CCR



1.Posté par Haby DIA le 10/03/2012 21:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cheikh Yerim SECK, le bras armé de Wade cherche t il à discréditer Idrissa SECK ?
Après s’être formé à Jeune Afrique dont les pratiques sont connues de tout le monde, Cheikh Yérim SECK (CYS) continue, avec son site dakaractu, ces pratiques peu orthodoxes qui rompent d’avec la déontologie journalistique.

Après avoir rencontré nuitamment le Président Abdoulaye Wade, le site dakaractu nous livre en exclusivité l’entretien qui sonne le début du compagnonnage payant entre Abdoulaye Wade et le mercenaire CYS.

Le jeudi 26 Janvier 2012 il nous livre la première partie de cette interview qui sonne comme une propagande déguisée. Mieux, celui qui aurait reçu de l’argent de Wade, attendra le Mardi 21 Fevrier 2012 soit cinq jours avant le début de l’élection présidentielle et un mois après la première partie, pour nous livrer la seconde partie de cette interview. Une manière de jouer sa partition et de respecter ses engagements surtout quand on sait que dans cette seconde partie le pape du sopi nous livre une partie importante de son programme de campagne et essaie de justifier la décision, controversée, du Conseil Constitutionnel et promet aux électeurs de ne faire au plus que trois ans des sept que lui confèrent la constitution s’il est élu.

Mais CYS ne s’arrêtera pas là. Après la débâcle du PDS ayant conduit son candidat au second tour, le mercenaire de la plume choisit de s’attaquer à Idrissa SECK après avoir tenté de semer le doute sur les choix politiques du maire de Thiès.

Dans un article intitulé « Idrissa Seck va-t-il soutenir Macky Sall ? » paru le Jeudi 1 Mars 2012 dans son site à la rubrique Yerimpost, il tente de saper le moral des plus de 200 000 sénégalais qui ont porté leur choix sur le Maire de Thies. Il écrit « Ce que Mbacké Seck a dit tout haut, tout l’appareil militant de Rewmi le pense tout bas ». Il continue « On se demande d’ailleurs si Idy ne le pense pas lui-même, n’imaginant pas une personne de son parti faisant une telle sortie, alors qu’il le dirige d’une main de fer ». Il dit ainsi en filigrane que ce que Mbacké SECK, responsable de Rewmi, a dit, c’est ce que pense réellement Idrissa SECK. Pour ainsi mieux brouiller les pistes, il continue ses allégations mensongères, toujours dans le même article, en déclarant « S’il a rencontré un proche de Macky Sall à qui il a confié qu’il soutenait le challenger de Wade en vue du second tour, une grande conviction n’a pas transpiré de ces propos. » Il affirme ainsi, sans le dire, que les propos de Idrissa SECK n’étaient pas sincères.

Dans un autre article paru dans son site le Vendredi 02 Mars 2012 et intitulé « Macky Sall - Idrissa Seck: les dessous d'un rendez-vous manqué » et signé de lui-même, il continue sa nauséabonde propagande en affirmant qu’ « Après avoir reçu une offre de discussion ( de Macky SALL le Jeudi 01 Mars 212), Idrissa Seck a fait le mort jusqu'en début d'après-midi où son protocole a appelé celui de Macky Sall pour transmettre pareil message: "Idrissa Seck n'est pas encore prêt à recevoir Macky Sall ». Il qualifie cette réponse de « diplomatique » insinuant que Idrissa SECK n’a fait, par ce geste, que rejeter l’offre de Macky SALL. Et pour mieux appuyer la thèse d’un deal qui se préparerait entre le Président de Rewmi et Abdoulaye Wade, CYS assène que « des avancées dans les pourparlers entre Idrissa Seck et les émissaires d'Abdoulaye Wade » ont conduit à ce refus « diplomatique ».

Cependant, comme le mensonge ne remporte jamais son duel face à la vérité, le même jour (Vendredi 02 Mars 2012), Idrissa SECK annonçait son soutien sans condition à Macky SALL, arguant que l’intérêt du peuple prime sur tout autre intérêt.

Mais, le démagogue ne s’arrête toujours pas. Dans un article paru le lendemain et plus précisément le Lundi 05 Mars 2012 et intitulé (Que faisait Pape Samba Mboup chez Idrissa Seck samedi après-midi ? rubrique Yerimpost), il écrit « On croyait que la messe était dite depuis vendredi, à l’instant où Macky Sall avait rencontré Idrissa Seck chez lui et l’avait entendu prononcer les mots de ralliement à la cause commune ». Il sous entend ainsi et sans pudeur que les pourparlers entre Idrissa SECK et Abdoulaye Wade continuaient malgré la déclaration publique du candidat de la coalition Idy4president de soutenir celui de la coalition Macky2012.
Dans le même article il déclare, sans en apporter la preuve et toujours pour discréditer Idrissa SECK au profit de son candidat Abdoulaye Wade qu’ « Il semble toutefois qu’Abdoulaye Wade n’ait pas encore renoncé à faire revenir son ancien poulain à son giron libéral et qu’il n’ait pas encore dit son dernier mot. ».

Celui qui n’écrit que pour de l’argent, sentant que sa stratégie n’était plus en phase avec les faits puisque Idrissa Seck a définitivement rompu les amarres avec son ancien parti le PDS, tente de justifier autrement la décision prise par Mara. Dans un article intitulé « Exclusif! Qu'est-ce qui a fait perdre Idrissa Seck à Abdoulaye Wade ? » paru le Mardi 06 Mars 2012, dans la rubrique yerimpost de son site d’information, il martèle péremptoirement « Contrairement à une opinion répandue, le choix de l'entre-deux-tours d'Idrissa Seck n'a pas été automatique, encore moins facile » avant de conclure « pendant des jours (Idrissa SECK a hésité) entre le choix de la cohérence (Macky Sall) et celui de la stratégie politique (Abdoulaye Wade). » Ces propos sont des pures mensonges surtout quand on sait que le porte parole de Idrissa, Abdourahmane Diouf, avait déclaré dés l’annonce des premières tendances, sur le plateau de Walf TV, que Rewmi respecterait, sans conditions, ses engagements d’avant élection à savoir soutenir le candidat de l’opposition le mieux placé au second tour. Malgré tous ces faits CYS, le surmoi, affirme que c’est parce que Madické Niang, émissaire de Wade, rendait compte à Karim Wade, qu’« Idrissa Seck s'est braqué » et a appelé Macky Sall le Vendredi 02 Mars 2012 pour le soutenir.

Ce mercenaire sans pudeur doit savoir qu’il dégage l’odeur nauséabonde des caniveaux et que sa démarche mesquine pour discréditer Idrissa SECK ne passera pas. Il peut continuer jour après jour a débité des contre vérités, mais jamais sa démarche ne prospérera. Idrissa SECK a choisi de sacrifier ses intérêts politiques au profit de ceux du peuple sénégalais et en homme d’état il a fait le meilleur choix. Quant à son candidat il doit se rendre à l’évidence et savoir que la messe est dite et que les sénégalais souhaitent un changement.

Les lecteurs de dakaractu doivent aussi savoir, que CYS tente de les manipuler, avec des articles bidons qui se contredisent les uns aux autres.

Haby Sirah DIA
habysirahdia@yahoo.fr





Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image