leral.net | S'informer en temps réel

Me Wade use maintenant de terrorisme à l’endroit de ses bailleurs, pour qu’on le laisse faire à sa guise !

La réaction épidermique démesurée, inopportune et tout à fait de base étage, à l’endroit de l’Ambassadeur des Etats Unis au Sénégal et de la Guinée Bissau, donne la dimension exacte de l’homme Abdoulaye Wade, qui ne supporte aucune critique, même objective et fondée.


Rédigé par leral.net le Lundi 31 Mai 2010 à 23:37 | | 1 commentaire(s)|


Pourtant, la lettre de l’Ambassadeur des USA, formulée en des termes très diplomatiques, ne fait que rappeler des principes et des engagements pris entre les deux pays, en toute indépendance et sur des objectifs clairement définis. N’est-il pas juste, que les USA qui accordent un don de 540 millions de Dollars au Sénégal – à son peuple et non, à Me Wade à titre personnel- veillent à ce que ce don ne soit pas détourné de sa destination exacte. Surtout, si l’on tient compte des antécédents, comme par exemple l’ex plateforme de Diamgnadio, la nature prédatrice du régime libéral qui est pratiquement incapable de tenir, un seul de ses engagements vis-à-vis de ses partenaires tout confondu. C’est une méfiance et un rappel largement justifiés pour tout homme raisonnable et de bonne foi, vivant au Sénégal. D’ailleurs, je pense que ceci intervient avec beaucoup de retard, car le Sénégal, depuis l’alternance, ne fonctionne que dans la malgouvernance, avec tout ce que cela renferme de malfaisance dont la corruption d’Etat. La corruption au Sénégal est une réalité incontestable et ses racines s’approfondissent chaque jour davantage, depuis l’arrivée de Me Wade au pouvoir.

L’Occident a une très large part de responsabilité dans ce qui est arrivé dans notre pays avec Me Wade, pour avoir couvé ou couvert ses dérives, en fermant les yeux sur tout ce qu’il faisait en mal. Je le disais dans une mes contributions sous le titre : « L’occident, le FMI, la BM et autres organisations internationales complices de la mal gouvernance des régimes africains hors la loi. » et dans mon ouvrage, « Le Sénégal sous Abdoulaye Wade1 »

En effet, Me Wade l’opposant, convaincu de la déclaration suivante dans son ouvrage : Un destin pour l’Afrique : « "L'occident a quelque pudeur à dénoncer un régime africain qui porte atteinte aux droits de l'homme. Il faut que cette atteinte arrive au niveau de l'intolérance, génocide par exemple, pour être dénoncée". », et j’exprimais ceci : « L’occident en prenant connaissance de cette déclaration, faite par Me Wade du temps où il était opposant, s’est rendu compte que, entre les phares de démocratie et de respect des institutions, qu’il projette en leur direction et la réalité sur le terrain, il y a un immense fossé pour ne pas dire la mer à boire.

Ainsi, Me Wade, fort de cet état d’esprit de l’Occident, qu’il qualifie de « pudeur » mais plutôt, une véritable hypocrisie sous-tendue d’un cynisme et d’intérêts personnels ; a par là, les mains libres pour faire ce que bon lui semble, sans être inquiété, tant qu’il se maintiendra au pouvoir et par n’importe quel moyen. Cette déclaration met à nu et révèle effectivement la complicité évidente de ces pays occidentaux avec des régimes africains hors la loi. En fermant les yeux sur ce qui se passe dans notre pays, ils donnent licence et soutiennent en connaissance de cause, des dictateurs, des régimes génocidaires qui foulent aux pieds leurs propres institutions qu’ils se sont dotées, les droits les plus élémentaires des citoyens en un mot le sens de la république. »

Je concluais cet article en ces termes : « Il faut que ces pays et organisations arrêtent de nous faire l’apologie de la démocratie, de la liberté, de la corruption, de la transparence etc.., en Afrique et dans le même temps, ils sont en intelligence avec justement ceux-là, qui enfreignent toute action vers le développement harmonieux de nos Etats et, dont les seules méthodes de gestion à leur connaissance, sont essentiellement fondées sur la déprédation. »

Ce qui devait arriver, arriva en fin. A savoir, la réaffirmation d’une lutte efficace contre la corruption au Sénégal, que les autorités américaines exigent de façon subtile à travers cette lettre. Le détournement fréquent de l’aide octroyée par des pays amis du Sénégal, destinée au peuple sénégalais, par les dirigeants de l’Etat à des fins personnelles ou étrangères, autres que celles auxquelles, elle était initialement destinée, ne pouvait plus prospérer et qu’il fallait un jour, que les pays bailleurs de fonds y mettent un terme, c’est ce qui est fait. Surtout encore, quand les pouvoirs publics dilapident d’une façon manifeste et exagérée l’aide publique par le biais de la corruption d’Etat. Au moment où, les populations manquent de tout, jusqu’au minimum vital.

La réaction de Me Wade, qui dénote, quelqu’un qui est pris dans son propre piège, est la preuve éclatante qu’un point très sensible et de fait réel –la corruption- a été enfin abordé par la diplomate américaine, avec juste raison, n’en déplaise aux troubadours et autres plumitifs qui tentent toujours de défendre l’indéfendable. Le camouflage ou le fait de se voiler la face, par rapport à la réalité de la corruption dans notre pays, est un combat perdu d’avance et que, tôt ou tard, allait rattraper Me Wade, de la façon calamiteuse et informelle de la gestion de nos deniers publics. Cette réaction populiste de Me Wade, nous est coutumière et ses ouailles, la font passer pour un acte révolutionnaire et patriotique, ce qui est loin de là. Rappelez-vous de la rupture, Sénélec - Hélio-Québec, ICS et les Indiens et tant d’autres, à chaque fois, nous étions perdants dans l’opération mais, l’homme ne tire jamais les leçons de ses déboires, quel dommage ! Cette réaction reflète plutôt, le comportement ou l’attitude de ces néo-colonisés, faux patriotes, qui font semblant de se rebiffer contre une injustice, à la face du monde, mais qui en vérité, dans les coulisses à l’abri des projecteurs courbent l’échine devant leurs maîtres, pour implorer le pardon, toute honte bue.

Comment comprendre, le plus grand quémandeur de notre temps, ce président du pays le plus aidé ou un des plus aidés, le voir tourner le dos aux mannes d’argent disponibles entre les mains de bailleurs de fonds sans distinction de couleur ? Lui pour qui, l’argent est Dieu !

Est-il nécessaire encore de rappeler, que toutes les aides sont conditionnelles, parce que visant au moins un objectif ? Cela va de soi, que celui qui donne son argent pour un but bien déterminé, doit être en mesure de contrôler et de savoir, si son aide a été utilisée à bon escient et en conformité avec les termes de l’accord conclu. Ceci est la moindre des choses, sinon, c’est une complicité pure et simple au détournement, voire à la corruption, comme le font les pays arabes.

Comment des dirigeants sérieux d’un pays quelconque, œuvrant pour le bien être de leur peuple, peuvent-ils être en déphasage ou désaccord avec ces passages de la lettre de l’Ambassadeur des USA ? Je cite : « Les Etats-Unis investissent beaucoup dans la prospérité du Sénégal », « un Sénégal économiquement prospère est à la fois un modèle et un facteur de stabilité ». « Cependant, la corruption, voire même la perception de la corruption ainsi que les politiques exécutées de façon inefficace peuvent facilement ruiner les efforts de développement ». « Un gouvernement responsable, demeure vital à la prospérité du pays ». Elle ajoute en outre que : « Pour bénéficier des fonds du Millenium Challenge Account ou plus important encore pour conserver le fonds alloué, les pays doivent montrer des résultats positifs de leur politique et s’engager dans la lutte contre la corruption ». Elle conclut en ces termes : « Nous espérons voir le Sénégal continuer l’exécution de ses engagements, afin que notre aide puisse devenir de plus en plus efficace ».

Il faut véritablement avoir des intentions douteuses ou, être irascible, pour que de tels propos puissent provoquer en vous une colère injustifiable. Et ceci présage, à n’en pas douter chers compatriotes, des lendemains sombres pour notre pays, après Abdoulaye Wade.

Aujourd’hui, notre pays est devenu malheureusement célèbre non pas, par l’exemplarité d’une bonne gestion des affaires publiques, par son gouvernement, mais par un nombre incalculable de scandales financiers et de détournements, les uns plus graves que les autres, qui devrait nécessiter dans un pays démocratique et doté d’Institutions fiables et indépendantes de l’Exécutif, la destitution pure et simple de la plus haute autorité responsable de tout cela, avec tous ceux qui l’ont assisté dans cette funeste œuvre.

La situation qui prévaut actuellement dans notre pays avec Me Wade, appelle de notre part à nous tous citoyens et patriotes, une prise de conscience plus accrue de nos responsabilités, face à l’hécatombe que le régime libéral nous léguera. Il nous faudra nous surpasser pour le balayer, en faisant abstraction des querelles ou divergences subjectives qui pourraient entraver notre marche vers l’objectif commun, d’une alternative crédible pour le salut du peuple sénégalais. Pour cela, il est absolument nécessaire, de réaliser l’unité d’actions et une solidarité réciproque dans les initiatives, pour éviter le dispersement inutile des forces patriotiques.

L’après Wade nécessitera forcément, pour la réparation de tous ces dégâts de tout genre et la remise à niveau au plan économique, social, culturel, éducationnel etc.., une équipe cosmopolite et pluridisciplinaire et non un homme supposé providentiel. La tâche est certes ardue, mais avec la volonté de tous, pour sortir notre pays de toutes ces difficultés, nous y arriverons surement.

Mandiaye Gaye

Gaye_mandiaye@hotmail.com



1.Posté par f pouye le 01/06/2010 14:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je ne me retrouve plus car je reconnais plus mon pays le senegal politquement de senghor et religieusement de nos saints chefs religieux mbackes mbackes les sy de tivaoune et de l eglise tellement leurs legs ont ete benefiques a tout ponit de vu aux senegalais mais helas il detruit tout lui a wade soyons patients car aucu n regne n est eternele sauf le regne de dieu bilahi walahi mbir mi diekh na be pare na gnou mougne rek ngir senegal bi gnou bok au nom de mon esprit republicain je demande pardon a mme l ambassadeur des etat unis d amerique

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image