leral.net | S'informer en temps réel

Média : l’information est – elle piégée ?

Ces dernières années, le paysage médiatique sénégalais a connu une profonde mutation. Aussi bien pour la presse audiovisuelle que celle dite écrite, les stations de radio et les journaux poussent comme des champignons. De prime abord, cette explosion médiatique semble renvoyer à une certaine vitalité de l’expression des opinions dans un contexte où les média sont devenus des outils incontournables de la communication de masse.


Rédigé par leral.net le Dimanche 27 Novembre 2011 à 23:10 | | 3 commentaire(s)|

Média : l’information est – elle piégée ?
Pourtant, ce bouillonnement médiatique se déroule sur fond de conflits latents ou manifestes et d’enjeux obscurs à tel point qu’on a l’impression que l’espace médiatique est devenu une foire d’empoignes où les protagonistes se livrent à une bataille impitoyable dans laquelle tous les coups sont permis. Dans ce contexte de floraison médiatique tous azimuts, les risques de manipulation de l’opinion sont réels.

En effet, l’entreprise de presse a profondément changé de sens et de forme. Elle n’est plus le monopole des professionnels de la communication. Paradoxalement, elle a tendance à la fois à se banaliser et à devenir un enjeu. En effet, si certains la prennent comme une simple officine de prestation de services. D’autres, par contre la considèrent comme un moyen de pouvoir ou d’accéder à un pouvoir. Dès lors, dans ce capharnaüm médiatique, il n’est pas surprenant de constater la crise d’identité et d’objectivité.qui sape la crédibilité de la presse. Les lignes éditoriales sont souvent adossées à des intérêts inavoués.

Même certains acteurs de la presse, longtemps réputés pour leur professionnalisme cèdent devant leurs émotions et leurs états d’âmes au risque de donner raison à l’ancien médiateur du journal Le Monde, Robert Solé, pour qui, « dans le journalisme, l’objectivité n’existe pas ». Dans une situation où l’offre ne manque pas, plus besoin de mises au point dans le même journal lorsque vous ne partagez pas le contenu d’un article vous concernant.

En effet, d’autres journaux sont là pour vous ouvrir leur espace pour des « articles » taillés sur mesure et sensés vous réhabiliter ou vous positionner. Un même personnage peut être ange ou démon selon l’organe de presse. Dans ce contexte, il n’est pas rare de voir, par exemple des journaux se dresser les uns contre les autres ou contre des citoyens tout court. Et les expressions de « cabale », « lynchage médiatique », « diabolisation », à tort ou à raison s’invitent dans le débat des média. Ce qui n’est pas tout à fait nouveau. Mais ce phénomène a pris des proportions inquiétantes. La manière réductrice dont des média rendent compte également de l’actualité sociale et politique est aussi inquiétante.

Le journaliste Latif Coulibaly nous avait habitués à des articles de haute facture, Mais nous avons été quelque peu déçus par son texte dans le dernier numéro de son journal « la gazette » sur l’affaire de la nomination controversée du mari du vérificateur général de l’IGE au sein de cette institution. En effet, quelle que soit la véracité du témoignage du journaliste sur la présupposée rigueur de l’individu concerné, une de ses vielles « connaissances à Sokone », l’article souffre d’une forte dose de subjectivisme.

L’affection manifeste de l’auteur pour le concerné fait que le texte pêche par manque de rigueur et a du mal à convaincre. Et contrairement à ce que semble suggérer le journaliste, ce qui a suscité des réactions et une certaine gêne, ce n’est pas le fait que le monsieur en question travaille sous les ordres de sa femme mais bien du fait de la conjonction d’intérêts entre les deux individus concernés. Cela, compte tenu de la position stratégique de sa femme dans le dispositif de nomination dans ce corps.

Même si, elle n’a qu’un pouvoir consultatif dans la procédure de nomination, on verrait mal, Mme le vérificateur général émettre un avis défavorable au dossier de son mari. Du reste, le journaliste note dans le même « article témoignage », « en atterrissant à l’IGE avec la bénédiction de sa femme, on croit avoir trouvé des moyens légitimes pour l’atteindre et déstabiliser son épouse » (sic).

Dans toutes les grandes démocraties une telle nomination dans un pareil scénario loin d’être ordinaire aurait suscité des réactions. L’argument du journaliste selon lequel, c’est sa tutelle qui aurait orchestré cette « cabale » à la suite d’un différend avec lui a du mal à convaincre. Rares sont aujourd’hui les hauts fonctionnaires qui ne nourrissent pas un jour le rêve d’accéder à l’IGE.

Pourtant, dans le même article, l’admission de François Collin par voie de concours dans cette institution est suspectée. Car selon les investigations du journaliste, la seule fois que le concours direct de l’IGE était organisé de manière exceptionnelle en 1990, c’était pour permettre à ce fils de l’ancien ministre de l’intérieur sous Abdou Diouf d’accéder à cette institution.

Ne sommes-nous pas devant deux poids deux mesures ? Son seul tort serait sans doute d’être le fils de Jean Collin. Un tel traitement relève d’une approche très réductrice. Il s’agit là d’un doute méthodique qui renvoie à une vision manichéenne de la société.

La plume ou la voix du journaliste ne doivent pas être à géométrie variable au gré de ses émotions ou de ses états d’âmes. En effet, si par affection pour une personne l’on s’autorise de prendre fait et cause et même de témoigner en sa faveur, l’inimitié envers une autre personne pourrait également vous pousser à avoir une posture forcément contestable. Le devoir de vérité invoqué n’est qu’un subterfuge pour se donner une bonne conscience.

Jadis, les lignes de partage étaient plus ou moins nettes entre la presse de propagande politique et celle d’informations générales. Mais aujourd’hui, on assiste à un flou total, d’autant plus que des membres des états major politiques revendiquent la paternité d’organes de presse à vocation « d’informations générales ». Dès lors les risques de dérives sont réels et c’est la démocratie qui prend un sacré coup.

Tous les jours, les stations de radio, la presse écrite et les télévisions relayent de façon mécanique, sans le moindre recul des « informations », comme les sondages politiques ou des propos prêtés à tel acteur politique, pour ne prendre que ces deux exemples. Les revues de presse à la télé ou à la radio servant d’amplificateurs à ces « informations ». Alors que ces « informations » participent, à dessein d’une stratégie manifeste de manipulation de l’opinion.

On ne peut pas empêcher le journaliste d’exprimer son opinion politique personnelle et même partisane car il est avant tout un citoyen. Par contre, ce qui pose une question d’ordre éthique, et interpelle la morale, c’est de passer par contrebande ses opinions partisanes sous une fausse posture « d’observateur indépendant » de la scène politique. Pourtant, dans une société démocratique, la presse est un rouage essentiel du jeu démocratique. Elle peut susciter et même encadrer le débat démocratique.

Pour prétendre informer juste et vrai, il est indispensable que le journaliste se dépouille de ses intérêts partisans et se mette au dessus de la mêlée. Plus facile à dire que de mettre en pratique...

Mamour Amina Fall
Grand Diourbel
boromrandgui@yahoo.fr



1.Posté par noosphere le 28/11/2011 03:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

NOUS POUVONS EVITER CE QUI C EST PASSE AU RWANDA AVEC LA RADIO OKAPI ET EN COTE D IVOIRE AVEC LES MEDIA PRO ET ANTI
WA SALAM

2.Posté par LA REVOLUTION COMMENCE le 28/11/2011 09:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

LA RÉVOLUTION COMMENCE LE 5 DÉCEMBRE
LA RÉVOLUTION COMMENCE LE 5 DÉCEMBRE
LA RÉVOLUTION COMMENCE LE 5 DÉCEMBRE
LA RÉVOLUTION COMMENCE LE 5 DÉCEMBRE
LA RÉVOLUTION COMMENCE LE 5 DÉCEMBRE
LA RÉVOLUTION COMMENCE LE 5 DÉCEMBRE
LA RÉVOLUTION COMMENCE LE 5 DÉCEMBRE
REJOIGNEZ LE MOUVEMENT SUR FACEBOOK!
REJOIGNEZ LE MOUVEMENT SUR FACEBOOK!
REJOIGNEZ LE MOUVEMENT SUR FACEBOOK!

3.Posté par GSI le 28/11/2011 09:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Professionnels et personnes actives ayant des difficultés à s’exprimer en public, prise de parole difficile, personnes timides. Chefs d’entreprise, Cadres, commerciaux, spécialistes de la distribution, vendeurs, étudiants etc, désireux d’améliorer leurs résultats, décrocher plus de contrats, développer leur relationnel, « booster » les ventes.
Le GSI accompagne votre évolution dans le monde professionnel. Venez participer à nos ateliers de formation en techniques de développement personnel (comment parler en public, défendre son point de vue lors d’une réunion). Agents commerciaux, responsables des ventes, nous vous aidons à améliorer votre potentiel pour atteindre de meilleurs résultats. « Le GSI, l’excellence à votre portée »
Renseignements : gsi_gsi@ymail.com: 00221 775057940

Transformez votre personnalité

On ne peut effectuer une démarche valable de développement personnel en négligeant nos facultés intérieures. Ce serait se couper d'une partie de soi-même. Comme il est dit dans le Boja Yoga: "La Connaissance sans le Pouvoir n'est qu'une plaisanterie." En ce qui concerne notre Groupe, le développement des facultés psychiques s'inscrit dans le cadre d'une démarche plus globale d'éveil spirituel. Notre but véritable est de vous engager sur le chemin de l' initiation, de libérer votre être et de vous permettre de maîtriser votre vie. Voici comment :

Imaginez que vos rêves deviennent soudain réalité. Que vous ayez en toutes circonstances une personnalité forte et sympathique. Que vous deveniez un leader admiré et respecté. Une personne qui attire et dont on recherche la présence. Que vous connaissiez toujours un état de sérénité et de paix intérieure. Cela vous semble trop beau pour être vrai ?

Et pourtant nous affirmons qu'il vous est possible de devenir la personne que vous avez toujours rêvé d'être ! Comment faire? Tout simplement en agissant sur votre subconscient.

En effet, les récentes découvertes de la psychologie prouvent que c'est votre subconscient qui est la clé de votre réussite. C'est là où se trouvent votre identité et vos programmes de comportement. Donc, si vous savez comment agir sur votre subconscient, vous devenez capable de transformer votre personnalité.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image